12e Conférence des ministres du Cpco: Unir les actions pour une pêche artisanale durable

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 12e Conférence des ministres du Cpco: Unir les actions pour une pêche artisanale durable


Cotonou a abrité, vendredi 13 décembre dernier, la douzième conférence des ministres du Comité des pêches du Centre-ouest du Golfe de Guinée (Cpco). L’exercice 2020 de l’organisation est orienté vers la synergie d’actions contre la pêche illicite et l’amenuisement drastique des ressources halieutiques.

LIRE AUSSI:  Fête du travail: La Cour constitutionnelle célèbre ses agents méritants

Le Comité des pêches du Centre-ouest du Golfe de Guinée(Cpco) lance un plaidoyer pour des actions d’envergure au profit des pêcheries dans les politiques et stratégies de développement des Etats membres. C’est à la faveur de la session de la douzième conférence des ministres en charge des Pêches placée sous le thème « Unir nos actions pour la durabilité de la pêche artisanale en Afrique de l’Ouest ». Tel sera le leitmotiv de l’exercice 2020 de cette organisation qui regroupe la Côte d’Ivoire, le Togo, le Nigeria, le Ghana, le
Liberia et le Bénin. Tous ces pays étaient représentés à la session ministérielle qui fait suite à deux jours de travaux des experts qui ont proposé des documents à valider.
Selon le secrétaire général du Cpco, Séraphin Dédi Nadjé, le Comité des pêches entend mobiliser les acteurs et les ressources humaines, techniques et financières disponibles pour la mise en œuvre des activités qui pourront impacter la durabilité de la ressource ainsi que les conditions de vie des communautés qui en dépendent directement. Le choix de ce thème traduit également l’ambition de faire de ces acteurs un levier de réduction de la pauvreté et d’inclusion sociale, ajoute Kossi Hounkanli, représentant du ministre togolais de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, président en exercice du Cpco.
L’amenuisement inquiétant des ressources halieutiques face aux besoins accrus des populations avec comme corollaires l’appauvrissement des communautés de pêcheurs et une faible contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, appelle à une meilleure politique de leur gestion. Force est de constater que dans le secteur de la pêche, les Etats de la sous-région ouest-africaine sont confrontés à de nombreux défis relatifs à une faible application des cadres juridiques et des stratégies régionales, note M. Hounkanli.
Pallier ces insuffisances passe par la mise en œuvre d’actions concertées dans un cadre régional. Pour le ministre de l’Agriculture et de la Pêche du Bénin, Gaston Dossouhoui, l’opérationnalisation de cette ambition pourra se faire à travers l’élaboration et la mise en œuvre de plans d’aménagement et de gestion des pêches au niveau régional. Pour ce faire, souligne-t-il, la coopération régionale que promeut le Cpco constitue l’une des solutions efficaces dans la gestion des ressources partagées, en particulier la lutte contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée (Inn).
Dans ce cadre, le Cpco peut compter sur le Japon à travers l’Agence de coopération japonaise (Jica), à en croire l’ambassadeur nippon près le Bénin, Kiyofumi Konishi, en plus de l’Union européenne (Ue) et du gouvernement norvégien (Norad). Ces derniers financent le Programme Gouvernance des pêches en Afrique de l’Ouest (Pescao) et le projet « Renseignements sur les pêches et appui aux systèmes Suivi, contrôle et surveillance (Scs) en Afrique de l’Ouest », qu’il importe de poursuivre selon le ministre Dossouhoui.

LIRE AUSSI:  Fête du travail: La Cour constitutionnelle célèbre ses agents méritants