16e Conférence économique africaine: Appel à contributions sur le développement post-Covid-19

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur 16e Conférence économique africaine: Appel à contributions sur le développement post-Covid-19


La Conférence économique africaine 2021 explorera en décembre prochain la dimension financière du développement dans le contexte de Covid-19. Un appel à contributions est lancé pour retenir les communications sur les politiques et les solutions pertinentes en vue de la relance.

LIRE AUSSI:  Situation des établissements de crédit de l’Umoa en 2020: La qualité du portefeuille améliorée malgré la Covid-19


Du 4 au 6 décembre prochain, aura lieu au Cap-Vert la seizième Conférence économique africaine (Cea 2021) sur le thème « Le financement du développement dans l’Afrique post-Covid-19 ».
Un appel à contributions est lancé pour retenir les communications devant meubler les travaux de cette édition, coorganisée par le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), la Banque africaine de développement (Bad) et la Commission économique pour l’Afrique (Cea).
Les auteurs sont invités à soumettre, avant le 15 juillet prochain leurs communications. Celles-ci devront porter sur les politiques et les solutions, sur la base de travaux empiriques. Les jeunes chercheurs africains et de la diaspora sont particulièrement encouragés à soumettre leurs communications, en vue de partager les résultats de leurs travaux avec un public plus large.
L’Afrique ne sera pas en mesure de combler l’important déficit de financement pour satisfaire aux objectifs de développement durable (Odd), estimé à 200 milliards de dollars US par an, avec les seules recettes publiques existantes et l’aide au développement, indique la Note conceptuelle sur la Conférence.
Le choc de la crise liée au Covid-19 offre la possibilité d’innover et de pérenniser davantage les stratégies de financement. La Cea 2021 sera l’occasion de stimuler et d’approfondir la réflexion sur les institutions et le système financier nécessaires. Elle permettra également de discuter de la façon dont le continent peut appréhender la question de la viabilité de la dette dans le financement de son développement et, ainsi, de savoir comment l’Afrique peut croître et se développer durablement en sortant de l’endettement.

LIRE AUSSI:  Caucus africain: Les messages forts de la Déclaration de Cotonou
Trois sous-thèmes

La Cea 2021 réunira les chercheurs, les décideurs politiques et les professionnels du développement autour de trois piliers. Le premier sous-thème est relatif à la mobilisation des ressources nationales publiques et privées à l’ère de la révolution numérique. Il prend en compte le régime fiscal en Afrique sous ses différents aspects : assiette fiscale, ressources budgétaires, efficacité, gestion des ressources naturelles, secteur de l’économie parallèle, numérisation, Zone de libre-échange continentale africaine. Les communications pourront évoquer le secteur financier national (régulation, efficacité, outils financiers innovants, marché des capitaux, partenariats entre le secteur privé et le secteur public), la politique monétaire et la mobilisation des revenus issus des ressources naturelles.
Le deuxième sous-thème porte sur l’exploitation du système financier international privé et public pour le développement de l’Afrique. Les sujets devront aborder les questions de surendettement, de l’architecture et des outils financiers internationaux (investissements directs étrangers, droits de tirage spéciaux, aide publique au développement, transferts de fonds, financement vert, risque souverain, etc.). L’extension des marchés internationaux de capitaux au financement du développement de l’Afrique est aussi concernée.
Le troisième sous-thème concerne la voie vers une reprise résiliente et un développement durable par le biais d’un modèle de financement amélioré. Les communications dans ce sens prendront en compte les possibilités de mise en place d’un processus de développement plus résilient grâce à la protection sociale et à l’inclusion du secteur de l’économie parallèle dans le cadre du financement du développement de l’Afrique.