1re session criminelle du Tpi de Porto-Novo : 21 dossiers au rôle pour 31 accusés

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur 1re session criminelle du Tpi de Porto-Novo : 21 dossiers au rôle pour 31 accusés


La première session criminelle au titre de l’année judiciaire 2019-2020 du Tribunal de première instance de première classe de Porto-Novo s’est ouverte, lundi 9 décembre dernier, et va se poursuivre jusqu’au 15 janvier 2020. Au total, 21 dossiers criminels seront jugés impliquant 31 accusés dont 22 en détention préventive. Il s’agit de trois dossiers d’assassinat ; quatre dossiers de coups mortels ; deux dossiers de meurtre ; sept dossiers de viol ; deux dossiers d’association de malfaiteurs connexes à des faits de vol qualifié ; deux dossiers de coups et blessures volontaires ayant entrainé une infirmité permanente et un dossier de faux et usage de faux en écriture publique.
Avant le démarrage du procès criminel lundi dernier, le procureur de la République par intérim du Tribunal de première instance de première classe de Porto- Novo, Raymond Codjo Godemin a, animé un point de presse. Il a précisé l’ancrage juridique de la session criminelle du Tpi de Porto-Novo qui, à l’instar de celles des autres tribunaux du Bénin, s’inscrit dans la droite ligne des réformes majeures entreprises dans le secteur judiciaire permettant notamment aux tribunaux de connaitre des faits criminels. Une innovation dont il salue l’intérêt et la portée. Car, selon lui, ces réformes constituent une réponse aux lenteurs procédurales mais aussi rapprochent les justiciables de la justice et enfin instituent le double degré de juridiction pour les affaires criminelles, une garantie contre les erreurs éventuelles des juges du premier degré. Le procureur de la République intérimaire invite la population de Porto-Novo et environs à venir suivre les débats, car les audiences sont publiques, sauf décision contraire du tribunal.
« Au-delà du caractère répressif de la justice pénale, elle a aussi un aspect préventif et donc pédagogique», observe Raymond Codjo Godemin.

LIRE AUSSI:  Actions caritatives: La Fondation Claudine Talon lance officiellement ses activités

Thibaud C. NAGNONHOU

La première session criminelle au titre de l’année judiciaire 2019-2020 du Tribunal de première instance de première classe de Porto-Novo s’est ouverte, lundi 9 décembre dernier, et va se poursuivre jusqu’au 15 janvier 2020. Au total, 21 dossiers criminels seront jugés impliquant 31 accusés dont 22 en détention préventive. Il s’agit de trois dossiers d’assassinat ; quatre dossiers de coups mortels ; deux dossiers de meurtre ; sept dossiers de viol ; deux dossiers d’association de malfaiteurs connexes à des faits de vol qualifié ; deux dossiers de coups et blessures volontaires ayant entrainé une infirmité permanente et un dossier de faux et usage de faux en écriture publique.
Avant le démarrage du procès criminel lundi dernier, le procureur de la République par intérim du Tribunal de première instance de première classe de Porto- Novo, Raymond Codjo Godemin a, animé un point de presse. Il a précisé l’ancrage juridique de la session criminelle du Tpi de Porto-Novo qui, à l’instar de celles des autres tribunaux du Bénin, s’inscrit dans la droite ligne des réformes majeures entreprises dans le secteur judiciaire permettant notamment aux tribunaux de connaitre des faits criminels. Une innovation dont il salue l’intérêt et la portée. Car, selon lui, ces réformes constituent une réponse aux lenteurs procédurales mais aussi rapprochent les justiciables de la justice et enfin instituent le double degré de juridiction pour les affaires criminelles, une garantie contre les erreurs éventuelles des juges du premier degré. Le procureur de la République intérimaire invite la population de Porto-Novo et environs à venir suivre les débats, car les audiences sont publiques, sauf décision contraire du tribunal.
« Au-delà du caractère répressif de la justice pénale, elle a aussi un aspect préventif et donc pédagogique», observe Raymond Codjo Godemin.

LIRE AUSSI:  Gestion de la filière coton: Les producteurs approuvent les 4 ans sous la gouvernance Talon

Thibaud C. NAGNONHOU