20e session du Conseil d’administration de l’Aa-Hjf: Faire le point des activités de 2017 et préparer celles de 2018

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 20e session du Conseil d’administration de l’Aa-Hjf: Faire le point des activités de 2017 et préparer celles de 2018


Les membres du Conseil d’administration de l’Association africaine des Hautes juridictions francophones ont tenu, ce lundi 18 décembre à Cotonou, la vingtième session ordinaire du conseil. Cette session a été consacrée essentiellement à l’examen des questions relevant de la compétence exclusive de ce conseil et touchant au fonctionnement régulier de l’association.

LIRE AUSSI:  Forum surla coopération sino-africaine:Le message du président Talon attendu ce jour à Pékin

La tenue à Cotonou de la vingtième session ordinaire du Conseil d’administration de l’Association africaine des Hautes juridictions francophones (Aa-Hjf) est un nouveau pas de franchi dans le processus de renforcement des capacités d’intervention de cette association. D’importantes questions ont été soumises à l’examen des administrateurs présents.
A l’ouverture des travaux de la session, le président du Conseil d’administration, Ousmane Batoko, président de la Cour suprême du Bénin, s’est réjoui de la présence à Cotonou des administrateurs. Cette présence, dit-il, témoigne de l’attachement de ces derniers non seulement au meilleur fonctionnement de l’association, mais, surtout à l’intégration juridique et judiciaire des Etats de l’espace que couvre ladite association.
En effet, souligne le président du Conseil d’administration, Cotonou n’était pas prévu pour abriter la vingtième session ordinaire. La rencontre à Cotonou au siège de l’association s’explique, selon le président, par le désistement, au mois de septembre dernier, de la Cour de cassation du Gabon qui devrait abriter les dix-septièmes assises statutaires de l’association. Devant cette situation, il n’a pas été possible au bureau du Conseil d’administration, regrette Ousmane Batoko, d’obtenir l’accord d’un autre pays pour accueillir ces assises, qui du coup, sont reportées à l’année prochaine. C’est ainsi que la session a été convoquée au siège de l’association en application des dispositions statutaires.
Après la cérémonie d’ouverture, le président du conseil a soumis aux administrateurs, un ordre du jour comportant six points. Au nombre de ces points, le rapport d’activités de l’année 2017 ; les rapports financiers exercice 2016, certifiés par le commissaire aux comptes ; le programme d’activités de l’année 2018, le projet de budget exercice 2018.

LIRE AUSSI:  Forum surla coopération sino-africaine:Le message du président Talon attendu ce jour à Pékin

Remerciement à la Francophonie

Ousmane Batoko a saisi l’occasion pour remercier l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) dont l’appui financier, matériel et technique a permis de tenir le pari de la construction, jour après jour, de l’intégration juridique et judiciaire des Etats africains francophones, raison d’être de l’association. En dépêchant à cette session du Conseil d’administration, un de ses cadres, l’Oif, selon le président Ousmane Batoko, témoigne de son soutien et de toute la considération qu’elle porte à l’association. Cette sollicitude constante devra, poursuit-il, les convaincre de la justesse de la cause qu’ils défendent et les encourager à persévérer dans les efforts, afin de faire de l’Afrique, un continent uni par le droit et la justice.
Pour sa part, le représentant de l’Oif, Michel Carrie, a souligné que la tenue de ces réunions importe à l’Aa-Hjf qui, selon lui, est un réseau particulier dans les hautes juridictions de la Francophonie. Car, elle est la seule haute juridiction régionale qui regroupe des juridictions qui fondent l’état de droit. Cette variété dans les origines, dans la perception des problématiques permanentes font que l’état de droit qui est à construire donne une caractéristique très spécifique aux travaux de l’association. Pour lui, la Francophonie le sait et y est très attachée comme à l’accoutumée. C’est pourquoi, elle soutient cette association qui est le levier et le vivier de ce creuset francophone, ajoute-t-il.

LIRE AUSSI:  Renforcement de capacités des graphistes de l’Upmb: Les bénéficiaires reçoivent leurs attestations