23e journée du procès Icc-services: L’accusé Justin Dimon clame son innocence

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur 23e journée du procès Icc-services: L’accusé Justin Dimon clame son innocence


L’accusé Justin Dimon dit n’être coupable de rien dans le cadre de l’affaire des structures illégales de collecte d’épargne et de placement de fonds dite Icc-Services. Pasteur de son état, il a clamé son innocence, ce mercredi, à la barre de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme.

LIRE AUSSI:  Fourniture de solutions aux entreprises:CFAO Technologies démarre ses activités au Bénin

Poursuivi pour les infractions de recel de produits d’escroquerie avec appel au public et corruption par Emile Tégbénou, l’accusé Justin Dimon dit ne pas se retrouver dans les faits mis à sa charge dans le cadre de l’affaire des structures illégales de collecte d’épargne et de placement de fonds dite Icc Services. Il a clamé tout au long de son audition son innocence. Le pasteur Justin Dimon accuse l’ancien président de la République, Boni Yayi, d’être la cause de son incarcération le 8 juin 2010. L’un des gardes du corps de ce dernier aurait mis dans la tête de l’ancien chef d’Etat qu’Emile Tégbénou lui aurait construit trois maisons à étages à Zopa dans la commune d’Abomey-Calavi et déposé des milliards F Cfa sur son compte. L’ex-président de la République aurait cru à l’information que lui a donnée le garde du corps en question qui nourrissait une haine viscérale contre lui depuis bien longtemps, sous le régime du général Mathieu Kérékou. Il a saisi l’affaire Icc-Services pour le charger auprès de Boni Yayi. Pour l’accusé Justin Dimon, tout ce qui lui est reproché est faux. Il dit avoir connu Emile Tégbénou en 2009 mais comme promoteur de la Société nouvelle alliance du Bénin (Snab), spécialisée dans les travaux de forage. Il lui faisait des prières parfois même au téléphone pour la prospérité de ses affaires et d’autres œuvres spirituelles. Ces prières auraient changé positivement la vie d’Emile Tégbénou. En retour, celui-ci lui fait, un jour, don d’une enveloppe d’un million F Cfa. Il l’a gratifié, un autre jour, de cinq cent mille F Cfa toujours pour la carburation. A sa demande un jour, Emile Tégbénou lui a passé un véhicule pour assurer le déplacement de certains de ses partenaires étrangers en visite au Bénin. Il lui a fait par la suite don du véhicule. Emile Tégbénou dit avoir reçu de Dieu l’inspiration de lui faire ce don. Justin Dimon dit avoir reçu chez le promoteur de Snab une enveloppe de dix millions F Cfa au profit de certains sinistrés, dans le cadre d’un appel à l’aide lancé à la communauté nationale pour soulager la peine de ces victimes de catastrophe. Il a montré les dix millions F Cfa au chef de l’Etat d’alors, qui lui aurait dit de remettre les fonds au ministère chargé de l’Intérieur où étaient centralisées lesdites aides. Ce qui aurait été fait. Il a remis les dix millions F Cfa au ministre d’alors devant les médias. Ce qui fait au total 11,5 millions F Cfa qu’il a eu des mains d’Emile Tégbénou dont 10 millions pour des sinistrés. Justin Dimon dit n’avoir donc bénéficié en tout et pour tout directement de 1,5 million F Cfa chez Emile Tégbénou et un véhicule. Un véhicule dont il a remis la clé le 8 juin 2010 au commissariat central de Porto-Novo lorsqu’il a appris pour la première fois qu’Emile Tégbénou était dans Icc Services. Il n’a jamais été question de milliard et de trois maisons à étages reçus comme don auprès d’Emile Tégbénou. Justin Dimon dit être injustement incarcéré dans cette affaire. Il va même plus loin en demandant à la cour d’inviter l’ancien président de la République à venir dire à la barre ce qu’il lui reproche. Le pasteur dit compter sur la cour de céans pour le tirer d’affaire.

LIRE AUSSI:  Rencontre de la plateforme des acteurs de la sécurité routière: Des actions pour protéger les vies humaines et les routes

Yannick Lègba, l’espoir

Le commissaire principal de police, Yannick Lègba, était le premier à passer à la barre ce mercredi. Il était l’espoir de la cour pour clarifier les chiffres issus de l’apurement des données d’Icc-Services après le recensement des déposants par l’Insae. Le nom de Yannick Lègba était abondamment cité comme étant la seule personne pouvant expliquer à la cour les paramètres ayant permis d’aboutir aux chiffres aujourd’hui querellés, en l’occurrence le solde positif de 72 961 815 420 F Cfa; le solde négatif de -4 041 642 737 F Cfa et un montant total de 68 920 172 683 F Cfa mis à la charge d’Icc-Services comme montant que cette structure reste devoir aujourd’hui à ses épargnants.
Répondant à la préoccupation de la cour, Yannick Lègba confirme avoir travaillé sur les résultats issus de l’opération de recensement des déposants d’Icc Services en tant que statisticien de formation. Mais il a fait ce travail en 2010 sur instruction de son supérieur hiérarchique, le directeur général de l’ex-Police nationale au moment des faits, à la demande du comité de suivi de l’affaire Icc-Services et consorts. Sa mission a consisté juste à insérer dans la base de données conçue à cet effet le montant de chaque déposant, ceux dont les soldes étaient positifs, ceux dont les soldes étaient négatifs et ceux dont les soldes étaient nuls. C’est ce calcul qui a donné les chiffres cités supra. Le commissaire principal de la Police nationale précise que cette base de données lui a été fournie par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae). Ces chiffres constituent l’avis technique qu’il a donné sur l’opération d’apurement des données issues du recensement des déposants. Le sachant fait comprendre à la cour que l’Insae avait aussi toutes les compétences requises pour faire le travail technique qui lui a été confié. Cependant, il ne peut pas juger de la fiabilité des chiffres que seuls pouvaient confirmer les agents qui ont fait ce recensement sur le terrain.