25e anniversaire de la banque Ecobank-Bénin:La rue Carrefour IITA-Tankpè désormais baptisée «Rue Ecobank»

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur 25e anniversaire de la banque Ecobank-Bénin:La rue Carrefour IITA-Tankpè désormais baptisée «Rue Ecobank»


La rue carrefour IITA-Tankpè dans la commune d’Abomey-Calavi est désormais baptisée «Rue Ecobank-25». C’est l’acte que le maire de ladite commune Patrice Hounsou-Guèdè et les responsables d’Ecobank-Bénin avec à leur tête le président du Conseil d’administration Abou Kabassi Kassimou et le directeur général Roger Dah Achinanon ont posé samedi 28 mars dernier. C’était dans le cadre des vingt-cinq ans de création de cette banque au Bénin au cours d’une cérémonie de mise en terre de plants de palmiers royaux sur cet axe avec l’encadrement des agents de la direction générale des Forêts et Ressources naturelles.

LIRE AUSSI:  Vote du budget exercice 2019 de Lokossa: Près de 2 milliards de F Cfa pour le développement

«Avec l’acte que nous venons de poser, Ecobank a dépassé le cadre commercial pour devenir une entreprise citoyenne». Par cette déclaration, le maire de la commune d’Abomey-Calavi ne sait comment remercier les responsables d’Ecobank-Bénin. «J’ai pris cette décision de baptiser la rue Rue Ecobank en attendant de réunir dans la semaine le Conseil communal pour entériner la décision», indique le maire qui a invité les entreprises qui opèrent non seulement sur son territoire mais également dans tout le Bénin à emboiter le pas à la banque panafricaine Ecobank.
Pour le maire Patrice Hounsou-Guèdè la commune d’Abomey-Calavi a des doléances à formuler encore à Ecobank. Mais reboiser une rue de 2,5 kilomètres environs, recruter une structure qui va l’entretenir pendant un an c’est déjà bien. «Nous sommes rassurés de ce que Ecobank participera au développement de notre commune», se réjouit le maire qui souligne que le reboisement est une priorité pour son Conseil communal rappelant que la commune a été retenue en 2009 comme première ville verte en Afrique francophone.
Patrice Hounsou-Guèdè rappelle que le projet «Dix millions d’âmes dix millions d’arbres» a été lancé dans sa commune par le chef de l’Etat pour tout le Bénin. C’est pourquoi, lui et son Conseil communal tiennent à toujours rester en tête de peloton dans ce projet de reboisement qui désormais constitue pour eux une priorité.

La fierté du P/CA

Pour le président du Conseil d’administration d’Ecobank-Bénin, Abou Kabassi Kassimou, «25 ans dans la vie d’une entreprise c’est beaucoup mais c’est en même temps peu». Lorsqu’on prend le cas d’Ecobank-Bénin il y a des raisons très légitimes qui, selon lui, doivent rendre fiers ses agents, car, la banque a réalisé pendant les 25 ans beaucoup de choses.
«Quand vous êtes dans un environnement qui vous a permis d’être une entreprise prospère, on ne peut pas rester insensible aux préoccupations de cet environnement», s’est réjoui le président du Conseil d’administration qui estime que l’environnement aujourd’hui au plan national et même au plan international est devenu une question essentielle. Et à partir du moment où c’est une priorité pour le Conseil communal, une priorité pour le gouvernement du Bénin, c’est également une priorité pour Ecobank-Bénin qui durant 25 ans, avec l’appui des uns et des autres a pu atteindre le niveau qui est le sien aujourd’hui. «Vous comprenez aisément que nous ne pouvons qu’accompagner les autorités dans leur vision de développement et de protection de l’environnement», souligne Abou Kabassi Kassimou qui précise que c’est ce qui justifie leur action du samedi 28 mars dernier.
La fierté du président du Conseil d’administration est partagée par le directeur général de la banque Roger Dah Achinanon selon qui Ecobank-Bénin a été adoptée par la population béninoise. «C’est une clientèle qui nous a fait entièrement confiance. Si on vous disait il y a 25 ans que des Africains pouvaient conduire une institution financière, les gens allaient dire non parce que c’était réservé à ceux que vous savez», indique-t-il. Donc, c’est la preuve que les Africains lorsqu’ils se font confiance, peuvent faire quelque chose.
Ecobank-Bénin selon le président du Conseil d’administration est aujourd’hui incontournable dans le système bancaire béninois. Car, si on prend la plupart des indicateurs de gestion, elle est en tête de peloton. «Nous avons aussi un personnel très qualifié, et très professionnel, qui ne se considère pas comme un simple employé de la banque ; ce sont des personnes animées d’une bonne dose de patriotisme et qui ancre chaque jour l’esprit Ecobank en eux. Et c’est ce qui fait notre fierté», a ajouté Abou Kabassi Kassimou. Il a remercié les autorités des eaux et forêts, pour avoir accompagné la banque dans son désir de marquer son caractère citoyen.

LIRE AUSSI:  Renforcement de capacités des graphistes de l’Upmb: Les bénéficiaires reçoivent leurs attestations

Les indicateurs qui mettent Ecobank en tête de peloton

Le groupe Ecobank vient de la volonté des opérateurs économiques de la sous-région de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de doter la zone d’un instrument économique très fort. Et c’est cette volonté qui a dépassé les limites de la zone. Pour l’administrateur directeur général, Roger Dah Achinanon c’est de cette volonté qu’est née la filiale du Bénin qui est la quatrième filiale du groupe Ecobank à ouvrir ses portes. Et au jour du 28 mars dernier, cela faisait exactement 25 ans que Ecobank-Benin a ouvert ses portes au public du Bénin. Mais depuis ce temps-là jusqu’à maintenant, du chemin a été parcouru et les réalisations sont légion.
Au plan des ressources humaines d’abord, Roger Dah Achinanon informe que la banque emploie 416 personnes. Cela veut dire que Ecobank, selon le directeur général, a d’une certaine façon contribué à la lutte contre le chômage au Bénin. Toujours au plan des ressources humaines la banque a ce qu’on appelle une académie bancaire. Bon nombre de cadres et de dirigeants de banque en Afrique de l’Ouest sont formés par Ecobank.
Au plan financier, Ecobank a, à fin 2014, accordé plus de 316 milliards de francs CFA de prêt à la clientèle, mieux que toute autre banque au Bénin. «Nous avons contribué donc au financement de l’économie nationale et Ecobank-Bénin est aujourd’hui la première banque à apporter son concours à l’économie béninoise», se réjouit le directeur général.
Au plan de la bancarisation, la banque dispose d‘agences dans toutes les régions de la place. «Nous avons développé les moyens modernes d’accès à la banque, à savoir les distributeurs automatiques. Ecobank est la première banque qui en a le plus dans le pays. Nous en comptons 80 sur toute l’étendue du territoire», informe Roger Dah Achinanon qui rappelle que c’est Ecobank qui a initié la bancarisation des étudiants au Bénin.
Au plan des résultats, Ecobank est une institution financière qui crée de la richesse. Les actionnaires qui y ont mis leur argent sont aujourd’hui contents ; ils ont été rémunérés pour le compte de l’exercice 2014 à pratiquement 146% de la valeur nominale des actions qu’ils ont souscrites en 1990.
Dans toute l’Afrique, il est clair que Ecobank est la banque qui a décomplexé les Africains parce que c’est la banque qui a lentement mais sûrement mis à la tête de chacune de ses filiales, des africains bon teint, démontrant ainsi qu’ils sont capables de piloter des banques.

LIRE AUSSI:  Vote du budget exercice 2019 de Lokossa: Près de 2 milliards de F Cfa pour le développement