25e anniversaire de l’Institut des artisans de justice et de paix: Un symposium pour évaluer le chemin parcouru (Il relance le débat sur le Parlement en démocratie)

Par LANATION,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur 25e anniversaire de l’Institut des artisans de justice et de paix: Un symposium pour évaluer le chemin parcouru (Il relance le débat sur le Parlement en démocratie)

25e anniversaire de l’Institut des artisans de justice et de paix

Réuni à Cotonou, sous l’égide de Mgr Antoine Ganyé, archevêque émérite de Cotonou, le comité directeur de l’Institut des Artisans de Justice et de Paix (Iajp) se penche, depuis hier, sur son parcours en vingt-cinq ans d’activités. L’objectif est de faire le point du cheminement en focalisant l’attention sur les questions de justice sociale, de fonction du parlement et du peuple en démocratie.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale du cœur: 3 millions de décès pour cause de pollution atmosphérique

Sur fond de profondes réflexions assorties de diverses propositions concrètes, l’Institut des artisans de justice et de paix (Iajp), célèbre depuis hier ses noces d’argent. Devant un parterre de participants notamment des universitaires politologues, enseignants de droit, acteurs de la société civile, et représentants d’institutions, le Père Eric Aguénounon, directeur de l’Iajp, a reprécisé l’objectif principal. Selon lui, ce symposium vise à commémorer de façon réflexive les vingt-cinq ans d’existence de l’Iajp/Co.
« Il est aussi question de revisiter toute l’activité menée au service de la paix au Bénin », a-t-il souligné. Au-delà de cette commémoration, cette rencontre revêt un caractère intellectuel et social de grande importance. Les échanges permettront de mieux comprendre le thème autour duquel s’articulent les travaux, et qui engage la qualité du citoyen.
Pour la Fondation Konrad Adenaeur, l’Iajp s’offre aujourd’hui comme une plate-forme aux acteurs politiques pour s’exprimer, et ceci contribue à la promotion de la démocratie. Ce qui mobilise l’organisation allemande autour d’une telle initiative, c’est la sauvegarde de la démocratie et de la paix.
Invité à titre personnel, et en tant que secrétaire général de la Cour Constitutionnelle, Gilles Badet a salué les efforts consentis par l’institut depuis sa création. Il a notamment mis l’accent sur « le travail de contribution, d’anticipation et de pacification » qu’a abattu cet organe de l’Eglise catholique au Bénin. « Ce symposium arrive à point nommé », a-t-il estimé, en référence aux élections législatives de janvier prochain.
Avant de procéder à l’ouverture officielle des travaux qui s’achèvent ce jour, Mgr Antoine Ganyé s’est réjoui que l’Eglise ait pu contribuer de façon efficace à l’enracinement de la démocratie au Bénin, avant de saluer les pères fondateurs de l’Iajp. A travers les échanges qui se feront autour du thème ‘’Le peuple et le parlement en démocratie’’, l’archevêque émérite de Cotonou confie que « l’Eglise s’offre encore une fois le pari de nous plonger dans l’interrogation de nos représentations sociopolitiques. »
C’est donc un jubilé d’argent qui relance le débat politique sur la problématique de la représentation nationale au parlement.

LIRE AUSSI:  Décédé le 30 mai dernier: Yves Trougnin ne nous flashera plus

——————- —————————

La création de l’Institut des Artisans de Justice et de Paix / Chant d’Oiseau (Iajp/Co) est une initiative de Monseigneur Isidore de Souza qui, après les travaux de la Conférence des forces vives de la nation béninoise de février 1990, ressentit qu’il était du devoir de l’Eglise catholique au Bénin d’accompagner, sans distinction ethnique ni religieuse, les hommes et les femmes politiques, les cadres, les acteurs sociaux et surtout les agents pastoraux et les étudiants dans leurs projet et vision d’un Bénin pacifique et prospère. Ainsi, ce projet, pensé depuis 1990, a connu son début d’implantation en décembre 1997 par le Père Raymond Goudjo, fondateur et premier directeur de l’Iajp/Co. Le rendez-vous intellectuel qui en dessinera les grands axes est le symposium sur « Identité ethnique et intégration sociale » tenu au Grand Séminaire Saint Gall de Ouidah. Il consacre la création de l’Institut. C’était le 22 décembre 1997. Aujourd’hui, il est dirigé par le père Arnaud Eric Aguénounon.
Aussi, sous l’autorité de la Conférence épiscopale du Bénin, la mission de l’Iajp/Co est la recherche et la formation dans l’esprit de la Doctrine sociale de l’Eglise. Ces recherches et formations portent sur des questions liées à la vie au cœur de la cité. Des opportunités et parcours pédagogiques sont offerts à cet effet. Implanté à Cotonou, l’Iajp/Co couvre, par sa mission, le Bénin et s’ouvre à un rayonnement continental et international pour des partages de compétences et des échanges mutuels.