25e Journée mondiale des zones humides: 10 000 plants mis en terre à Grand-Popo pour marquer l’événement

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur 25e Journée mondiale des zones humides: 10 000 plants mis en terre à Grand-Popo pour marquer l’événement


La Journée mondiale des zones humides célébrée, le 2 février de chaque année a été marquée, hier, au Bénin, par la plantation de dix mille palétuviers à Ayiguinnou, dans la commune de Grand-Popo. Ce geste de l’Agence béninoise pour l’environnement (Abe) et ses partenaires sera suivi de plusieurs autres activités.

LIRE AUSSI:  Ecolo four Dev: Une initiative de gestion intelligente des déchets solides ménagers

Organisée autour du thème « Zones humides et eau», la vingt-cinquième édition de la Journée mondiale des zones humides est marquée, au Bénin, par une série d’activités. Notamment, la mise en terre de dix mille plants de palétuviers sur le site Ramsar 1017 à Ayiguinnou, dans le Mono. La campagne de reboisement a démarré, hier mardi 2 février, sous la direction du préfet du département, Komlan Zinsou.
Sur le site Ramsar 1017 à Grand-Popo, l’Agence béninoise pour l’environnement (Abe), structure organisatrice de la célébration, et ses partenaires ainsi que le préfet ont mis en terre les premiers plants avant de laisser des groupements de femmes de la localité poursuivre la plantation. L’édition de cette année de la Journée mondiale des zones humides coïncide avec le cinquantenaire de la signature de la Convention de Ramsar. Le Bénin fait partie des 157 pays ayant signé en Iran en 1971, la Convention de Ramsar qui donne son nom aux zones humides reconnues au plan international.
La célébration officielle, au plan national, du double événement à Grand-Popo est une marque d’attention que le maire et ses administrés ont saluée. Pour le maire Jocelyn Ahyi, le choix de Grand-Popo a « sa raison d’être». Le maire rappelle que les zones humides occupent quatre-vingts pour cent du territoire de Grand-Popo, selon les résultats des travaux effectués, en 2014, par l’Institut géographique national. En plus de cela, poursuit-il, la commune abrite le site Ramsar 1017 à Ayiguinnou.
François-Corneille Kèdowidé, directeur général de l’Abe, renchérit : « Le choix de Grand-Popo n’est pas anodin ». Il explique que les reboisements successifs engagés, depuis 2019, sont destinés à aider la commune à satisfaire ses besoins et contribuer à la protection de sa côte. L’Abe promet aussi de donner, dans les jours à venir, satisfaction à la requête du maire relative à la prise en compte des cocotiers dans le projet de reboisement.
Pour le reste des activités prévues dans le cadre de la célébration, il est annoncé, entre autres, une séance de sensibilisation des populations de la commune de Dangbo sur la protection des zones humides.
Relativement au thème de la Journée : « Zones humides et eau », M. Kèdowidé indique qu’il s’inscrit dans la décennie d’action de l’eau potable. Laquelle décennie a été proclamée par les Nations Unies, en 2018, afin d’atteindre le sixième point des Objectifs de développement durable (Odd) relatif à l’accès à l’eau propre et à l’assainissement. Le Dg/Abe fait savoir que la zone humide joue un rôle de premier plan dans le cycle de l’eau puisque cette zone stocke de l’eau en période d’inondation et la restitue en période de sécheresse. Dans la zone côtière, poursuit-il, les zones humides jouent le rôle de barrière pour éviter la dévastation des côtes surtout par ces temps de changements climatiques.

LIRE AUSSI:  Préservation des ressources naturelles: L’écosystème exposé aux effets pervers des pesticides