28e édition de la Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida : Les populations revisitent les statistiques effrayantes du Mono-Couffo

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur 28e édition de la Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida : Les populations revisitent les statistiques effrayantes du Mono-Couffo


28e édition de la Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida : Les populations revisitent les statistiques effrayantes du Mono-Couffo

Le conseil départemental de la lutte contre le VIH-Sida du Mono- Couffo a porté à l’honneur, mardi 1er décembre dernier à la Maison des peuples de Lokossa, les personnes vivant avec le VIH-Sida. C’était dans le cadre de la célébration de la 28e édition de la Journée mondiale de la lutte contre cette pandémie placée sous l’égide du préfet, Corentin Kouhoué et du conseiller aux Affaires sociales du chef de l’Etat, Zakari Ibrahim.

LIRE AUSSI:  Santé sexuelle et reproductive : La ligne jaune info-santé relancée

L’édition 2015 de la Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida aura été fortement marquée par des statistiques effrayantes concernant la prévalence de la pandémie notamment dans le Mono-Couffo.
En effet, au rang des activités prévues dans ce cadre, le conseil départemental de la lutte contre le VIH-Sida a préparé deux communications. L’une portant sur l’«Elimination de la transmission mère-enfants » et la seconde mettant en relief les actions de lutte et les résultats obtenus.
Œuvre du secrétaire permanent du conseil départemental, Raymond Djossou, la dernière communication renseigne que le taux de prévalence du VIH-Sida dans le Mono-Couffo s’élève globalement à 2,1%. Soit un taux deux fois supérieur à celui national stagnant à 1,2% depuis 2006. Le communicateur alerte que la pandémie prend de l’ampleur notamment dans le Mono tandis que les actions de sensibilisation portent leurs fruits dans le Couffo dont le taux de prévalence a chuté jusqu’à 1,4%.
Revenant sur ces données dans son allocution consacrant l’ouverture des manifestations, le préfet Corentin Kohoué précise que ce sont les hommes qui sont les plus infectés dans le Mono contrairement au Couffo où les femmes constituent les victimes. Il va stigmatiser les serveuses des débits de boisson comme les vecteurs de la propagation de la pandémie pour en appeler à la prudence quant au choix du partenaire sexuel.
Cette même communication a révélé quelques motifs d’espérer tant dans le changement de comportement des populations que le renforcement du dispositif approprié pour contrer les ravages du Sida. C’est le cas de la mise en service de 87 sites de prévention contre la transmission de la mère-enfant dont 43 dans le Mono qui disposera, à son tour, dès le début de l’année prochaine, d’un appareil de dépistage des femmes enceintes.
Tout en saluant ces efforts, le président de l’Association des personnes vivant avec le VIH-Sida dans le Mono-Couffo, Nicolas Ahouansou s’est plaint de la défaillance du plateau technique des centres sanitaires de la région et ensuite de la fréquente pénurie des antirétroviraux nécessaires au maintien des séropositifs.
Pour finir, les officiels ont visité, toujours à la Maison du peuple, les stands d’exposition animés par des groupements de personnes vivant avec le VIH. On y a découvert, entre autres, des produits tels que des bouteilles d’huile de palme, plusieurs formes dérivées de la transformation de moringa et des céréales ainsi que des animaux, signe des activités d’élevage. Au niveau du stand de sensibilisation sur le VIH-Sida, le préfet Corentin Kohoué s’est prêté au test de dépistage avant d’inviter le public à lui emboiter le pas ¦

LIRE AUSSI:  Santé et bien-être : Les techniques de la médecine traditionnelle chinoise exposées