2e édition du Festival international de Porto-Novo: Oswald Homéky lance les manifestations

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 2e édition du Festival international de Porto-Novo: Oswald Homéky lance les manifestations


Les projecteurs sont allumés depuis, samedi 6 janvier dernier, sur la deuxième édition du Festival international de Porto-Novo. Le top des manifestations qui s’étendent jusqu’au 13 janvier prochain, a été donné au musée Honmè par le ministre chargé de la Culture, Oswald Homéky qui avait à ses côtés ses collègues Aurélien Agbénonci, Jean-Claude Houssou et Serge Ahissou.

LIRE AUSSI:  Covid-19 : Le gouvernement dément avoir imposé la vaccination aux écoliers et élèves

C’est parti depuis samedi dernier pour sept jours d’attractions culturelles et cultuelles dans la ville capitale avec le lancement officiel du Festival international de Porto-Novo (Fip). L’évènement qui est à sa deuxième édition, cette année 2018, mobilise plusieurs acteurs des arts et cultures vaudou. Il se veut le plus grand rassemblement culturel de Porto-Novo, a souligné le maire Emmanuel Zossou, dans son mot de bienvenue, lors de l’ouverture des manifestations qui a eu lieu au musée Honmè de Porto-Novo.
Selon lui, le développement de Porto-Novo ne peut pas être effectif sans la valorisation des richesses du patrimoine matériel et immatériel de la ville. Raison pour laquelle Emmanuel Zossou promet de faire de ce festival un levier de développement de la ville aux trois noms. Surtout que l’Organisation des Nations Unies pour la science, l’éducation et la culture (Unesco) a hissé Porto-Novo au rang des villes créatives. Cette distinction est l’une des grandes retombées de la première édition du Fip, souligne Emmanuel Zossou. Il annonce un festival plus structuré d’année en année pour satisfaire le niveau d’exigence d’une manifestation de cette envergure culturelle.
Le maire de Porto-Novo salue la forte implication du gouvernement dans l’organisation de l’édition 2018. Il félicite le chef de l’Etat pour son projet visant à faire de Porto-Novo, une capitale des arts et masques du Bénin. Emmanuel Zossou n’oublie pas le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji qui a mis aussi la main à la pâte pour accompagner le festival. Le maire de Porto-Novo décerne la mention spéciale au ministre chargé de la Culture pour son implication remarquable. Oswald Homéky aurait suffisamment mouillé le maillot pour que le festival honore son rendez-vous de 2018, témoigne le maire Emmanuel Zossou, par ailleurs président du comité d’organisation du festival.
Il a levé un coin de voile sur le programme des festivités qui seront marquées par des concerts, la tenue d’un colloque scientifique sur le vaudou et l’organisation d’une caravane qui verra défiler plus de mille masques dans Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Festival Adjra 2018: Le roi Alèkpéhanhou impressionne les festivaliers

L’appui du gouvernement

Pour le ministre chargé de la Culture, le Fip est désormais le festival du Bénin. C’est pour cela que le gouvernement a décidé désormais d’accompagner son édition. Et cet appui qui va monter en puissance dans les années à venir traduit la vision du gouvernement de faire abriter par Porto-Novo le premier musée d’Afrique des arts et civilisation, promet Oswald Homéky qui a officiellement donné le top des manifestations en présence de ses collègues Aurélien Agbénonci, Jean-Claude Houssou et Serge Ahissou.
L’un des temps forts de la soirée inaugurale, samedi 6 janvier dernier, a été la présentation de la pièce théâtrale sur le roi Toffa, l’un des rois les plus célèbres de Porto-Novo. C’est une pièce écrite par l’écrivain Florent Couao-Zotti et mise en scène par Tola Koukoui qui avait présenté « Kondo le Requin » pour l’édition passée. La pièce a été présentée au palais du roi Toffa, où ce dernier a vécu pendant trente-quatre ans.
Mais avant cette présentation théâtrale, le public a eu droit à la prestation de la star camerounaise Manu Dibango venue tout droit de la France. Il a joué deux de ses morceaux pour agrémenter la soirée, en attendant de sortir le grand jeu le mercredi prochain lors du géant concert de la musique moderne prévue à l’agenda du Fip 2018. Manu Dibango se dit très content de prendre part à ce festival à l’invitation de son ami, Nazaire Gonhoué, parrain de l’évènement. L’icône internationale de la musique loue l’initiative du conseil municipal de Porto-Novo de faire découvrir les richesses culturelles et cultuelles de la ville capitale. Il invite les autres villes africaines à s’inspirer de l’exemple de Porto-Novo. Car, il est vraiment important que l’Afrique se fasse découvrir au monde entier à travers son patrimoine culturel et cultuel et non par les guerres, insiste le saxophoniste Manu Dibango. En dehors de l’artiste camerounais, l’assistance a savouré plusieurs autres belles mélodies dont celles de Nel Oliver qui a soulevé le public avec ses morceaux « Démocratie » et « Apartheid »?