31e journée mondiale de lutte contre le sida: Les communautés au cœur de la lutte à Natitingou

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur 31e journée mondiale de lutte contre le sida: Les communautés au cœur de la lutte à Natitingou


La trente et unième journée mondiale de lutte contre le sida a été célébrée par anticipation, samedi 30 novembre dernier, à Natitingou. C’est le chargé de mission du préfet de Natitingou, Maguidi Gbéré Kora qui a lancé les manifestations en présence des acteurs et autres autorités politico-administratives.

LIRE AUSSI:  Mathieu Sossou, directeur exécutif du réseau Raphal: « Notre souci est que le développement soit inclusif à la base… »

Pour le chargé de mission du préfet de Natitingou, Maguidi Gbéré Kora, le concept de ‘’One health’’ introduit dans les réformes au niveau du système de santé et à mettre à l’actif du gouvernement doit être intégré par toutes les composantes de la société. C’est pourquoi, a-t-il insisté, les communautés doivent s’approprier les nouveaux instruments de lutte.
Ce que confirme Eric Landry Paraïso, chef Cellule départementale du Conseil national de lutte contre le sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les Ist et les épidémies. Ceci, parce que, selon ce dernier, le gouvernement, conformément à sa volonté de placer l’homme au centre du développement, a affiché à travers son programme d’action, l’ambition de procéder à l’élimination des grandes endémies telles que le sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les Ist et les épidémies.
Fort de cet engagement, a-t-il poursuivi, le chef de l’Etat a jugé utile de disposer d’un cadre holistique d’orientation stratégique et de coordination de la lutte contre ces maladies. Et l’installation récente du Comité départemental de lutte contre lesdites maladies prouve à suffisance la volonté des autorités départementales de bouter ces fléaux hors de l’Atacora.
Ainsi, relève-t-il, l’objectif 90-90-90 pour 2020 reste un défi de taille que seul le système sanitaire ne pourra relever. D’où une participation et une implication actives des communautés s’avèrent indispensables, précise-t-il.
Une implication que traduit, à travers son intervention, Marguerite G. Daraté, la deuxième adjointe au maire qui le représentait. Car oser, a-t-elle rapporté, c’est accepter de changer. Elle a donc invité chacun à cultiver en lui le meilleur afin d’impacter le collectif. Elle s’est réjouie de la qualité des échanges faits à l’occasion des différentes communications suivies d’une projection de film.
Les manifestations se sont poursuivies sur l’esplanade de la mairie avec une séance de dépistage gratuit afin que les habitants de la ville connaissent leur état sérologique.

LIRE AUSSI:  Et dit tôt: Jeu de dames !

Didier Pascal DOGUE A/R Atacora-Donga