31e Journée nationale de l’arbre à Parakou: 200 plants mis en terre pour lancer la campagne de reboisement

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur 31e Journée nationale de l’arbre à Parakou: 200 plants mis en terre pour lancer la campagne de reboisement


La ville de Parakou n’est pas restée en marge de la célébration, hier lundi 1er juin, de la 31e Journée nationale de l’arbre. Autorités politico-administratives sous la direction du préfet Salamatou Kora Ponou, se sont mobilisées à la place Idi du quartier Madina à Parakou où 200 badamiers ont été mis en terre.

LIRE AUSSI:  Pour une promotion de la pêche artisanale sur le lac Nokoué : Focus sur «acadja»

Top, c’est parti : prenez des plants et mettez-les en terre ! Place Idi du quartier Madina à Parakou, s’est déroulé le lancement des manifestations officielles au niveau départemental de la célébration de la 31e Journée nationale de l’arbre placée sous le thème « Plantons et entretenons des arbres, chaque jour, à chaque événement, pour un Bénin plus vert ». Au total, 200 badamiers (terminalia catappa), une essence forestière d’ombrage, ont été plantés sur un hectare environ sous la houlette du préfet du Borgou-Alibori, Salamatou Kora Ponou, par des agents de l’Inspection forestière, de la police, de la gendarmerie, les directeurs départementaux et autres membres de la Conférence administrative départementale (CAD Borgou-Alibori), appuyés par de jeunes scouts. Tous les maires des 14 communes des deux départements procédaient au même geste dans la matinée d’hier, à en croire le préfet. « Un geste non seulement prestigieux mais surtout salvateur en ce sens qu’il est important de planter des arbres pour contrer la désertification qui a déjà frappé fortement à nos portes», a laissé entendre l’autorité préfectorale. « Nous allons suivre ces arbres, les arroser, les entretenir pour qu’ils ne meurent pas et que notre pays soit vert», a rassuré Salamatou Kora Ponou. Elle sera appuyée par le 1er adjoint au maire de Parakou, Mohamed Nonsou Alidou, qui indique que la politique de la commune par rapport à l’entretien des plants, est de «responsabiliser les riverains des aires retenues pour abriter les arbres afin qu’ils s’en occupent vraiment et qu’il y ait 100% de réussite». Un prix du meilleur quartier vert est envisagé au niveau de la municipalité pour encourager la plantation et le suivi des arbres, ajoute Mohamed Nonsou Alidou.
Pour le chef d’inspection forestière Borgou-Alibori, colonel Boukari Adam Ouarakpé, cette journée du 1er juin marque le début de la campagne de reboisement au niveau national, laquelle s’étend jusqu’au mois d’octobre prochain. «C’est l’arbre qui fait la vie : sans l’arbre, il n’y a simplement pas d’oxygène ; or sans oxygène, nous sommes tous morts. Il est normal, pour sauvegarder l’humanité, que chaque jour où nous nous réveillons, nous puissions mettre un arbre en terre. Chaque événement de notre vie doit être marqué par la plantation d’un arbre. Ce faisant, nous réussirons à faire reculer le désert qui est déjà à nos portes et à pouvoir rétablir l’équilibre climatique», développe-t-il pour montrer l’importance de l’arbre. «L’absence des arbres cause le changement climatique, le réchauffement de la terre, les inondations, les tornades et autres catastrophes naturelles », soutient colonel Boukari Adam Ouarakpé. Tout en soulignant qu’il revient aux communes bénéficiaires des plantations d’arbres et à tous les citoyens béninois de veiller à l’entretien des plants mis en terre, il lance un appel citoyen à l’endroit de chacun et de tous pour que les arbres ne soient pas coupés en désordre, que les cages de protection des plants nouvellement mis en terre ne servent pas de bois de chauffe. Aussi, a-t-il demandé à tous ceux qui souhaitent avoir des plants à mettre en terre de se rapprocher de l’Inspection forestière Borgou-Alibori où près de 5000 plants sont disponibles, pour s’en procurer.
A noter que les coupes anarchiques de bois, l’agriculture extensive, le piétinement des plants par les animaux, la chasse traditionnelle à la battue avec les feux de brousse pour débusquer les gibiers, sont autant de facteurs qui mettent en péril le couvert végétal.

LIRE AUSSI:  Du 19 janvier au 23 février au stade de l’Amitié :Campagne de collecte des déchets électriques et électroniques