35e journée mondiale de l’habitat: Pour un cadre de vie résilient

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 35e journée mondiale de l’habitat: Pour un cadre de vie résilient


A l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat 2020, les acteurs ont échangé, ce lundi 5 octobre à Cotonou, sur l’impact de la Covid-19 sur le secteur du logement. Il s’agit pour eux d’explorer de nouvelles pistes en vue de repenser le cadre de vie de demain avec le logement comme catalyseur du progrès vis-à-vis des droits humains fondamentaux.

LIRE AUSSI:  Diplomatie: Le « Qatar national day » célébré avec faste à Cotonou

Le Bénin place la question du logement en lien avec la Covid-19 au cœur de la 35e édition de la Journée mondiale de l’Habitat. C’est à la faveur d’une conférence-débat en deux panels autour des thèmes « Un logement pour tous, amélioration de l’environnement urbain » et « Habitat humain à l’ère de la Covid-19 ».
« L’objectif du 1er thème est de justifier l’impact de la Covid-19 sur les populations confinées en général et les sans-abris en particulier et de mettre l’accent sur l’accès au logement dans la lutte contre la Covid -19 », explique Victor Ananouh, directeur de l’Habitat et de la Construction. Le second thème a pour objectif de réfléchir sur un nouveau modèle d’habitat en liaison avec la lutte contre la Covid-19 et de trouver des pistes liées à ce nouveau modèle d’habitat.
Il s’agit,au cours de cette rencontre, de questionner aujourd’hui dans l’environnement mondial la dynamique conquérante de ville globale, seule susceptible de capter des investissements directs étrangers vis-à-vis d’un aménagement du territoire plus équitable.
Selon ses témoignages, les personnes vivant dans les conditions d’hébergement difficiles (bidonvilles, campements) ont été durement touchées. « En plus de l’anxiété causée par le confinement, des logements trop fermés, surpeuplés et exigus, l’absence des services de première nécessité ont engendré une hausse de la violence commise sur les couches vulnérables, conduisant à une dégradation de la santé des individus », se désole-t-il.
Dans un contexte marqué par la propagation de la Covid-19, le logement devient alors une nécessité, une exigence plus qu’avant, admet José Didier Tonato, ministre de l’Environnement et du Cadre de vie. « Se mettre en confinement pendant une période indéterminée, observer rigoureusement les mesures barrières, travailler confortablement dans nos logements imposent de disposer d’un minimum décent en la matière. De ce point de vue, le logement, l’habitat, l’environnement et la ville s’affirment désormais comme un impératif social et économique pour les gouvernants », insiste-t-il.

LIRE AUSSI:  Dématérialisation des procédures fiscales: Les avantages de la plateforme « eBilan »

Fierté

Les panels organisés à Cotonou lui ont permis d’expliquer les actions du Bénin en matière d’un cadre de vie sain et durable. José Didier Tonato indique que la création depuis 2016 du secteur du cadre de vie et du développement durable a l’avantage de positionner le Bénin en phase avec les exigences du développement durable.
« Depuis 2016, les thèmes successifs retenus par Onu-Habitat pour la journée mondiale de l’habitat recoupent avec une coïncidence quasi heureuse le Programme d’action du gouvernement du secteur du cadre de vie et du développement durable dans ses programmes majeurs, tels que ‘’Environnement et climat’’, ‘’ville et territoire durable’’ et ‘’habitat’’ », se réjouit-il.
La cité de Ouèdo fait également la fierté du Bénin. « Le projet phare de construction de vingt mille logements sociaux et économiques est rentré dans sa phase opérationnelle avec la concrétisation de la cité de Ouèdo. Ce programme est innovant par sa démarche écologique, de viabilisation complète en amont, par le mode constructif, son modèle unique, son accès aux populations cibles, son ampleur », apprécie le ministre.
Il s’attarde sur les différents projets du gouvernement qui permettent d’accroître la résilience des populations et de leur cadre de vie. La protection du littoral urbain contre l’érosion côtière, la maîtrise de l’inondation par le programme de l’assainissement pluvial de Cotonou, l’aménagement des voies urbaines et le drainage des eaux pluviales à travers le projet asphaltage, la modernisation de la gestion des déchets et l’assainissement sont, entre autres, des réalisations salutaires du gouvernement en faveur de l’amélioration de l’environnement urbain.
Pour maintenir cette dynamique, les panélistes proposent que le Bénin pense à des initiatives mettant en lien l’internet, le cadre de vie et la santé publique. Ils souhaiten également que le Bénin actualise ses statistiques urbaines et oriente la décentralisation dans le sens des investissements urbains.

LIRE AUSSI:  Présidence de la Cour suprême : Ousmane Batoko entre officiellement en fonction