Visite des chantiers financés par le Japon: Des actes salutaires qui consolident la coopération nippo-béninoise

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Visite des chantiers financés par le Japon: Des actes salutaires qui consolident la coopération nippo-béninoise


Les chantiers financés par le Japon ont été visités par l’Ambassade de ca pays au cours d’une tournée entreprise, vendredi 6 décembre dernier. La délégation conduite par le chef de la coopération, Hirotaka Kato s’est rendue à Ouidah, Godomey-Togoudo puis à Cotonou pour constater de visu la mise en œuvre des projets financés par le Japon.

LIRE AUSSI:  Récurrence des grossesses en milieu scolaire : CeRADIS-ONG sonne la mobilisation contre le fléau

La visite des chantiers financés par le Japon au Bénin a conduit la délégation composée du chef de la coopération, Hirotaka Kato à Ouidah, précisément au camp militaire, à l’école primaire publique de
Godomey-Togoudo puis à Cotonou. Une occasion pour la mission de constater de visu la mise en œuvre des différents projets financés par le Japon dans les départements de l’Atlantique et du Littoral. A Ouidah, le Centre de perfectionnement aux actions post-conflictuelles de déminage et de dépollution (Cpadd) a bénéficié d’une troisième phase de projet d’un coût total d’environ cinq cent millions de francs Cfa. Ce financement a permis, selon le lieutenant-colonel Saturnin Obélakou, directeur du Cpadd de construire un bâtiment de type R+1 avec vingt-quatre chambres stagiaires portant ainsi le nombre total des dortoirs à soixante-douze. « Nous avons réalisé des bonds qualitatifs avec l’accompagnement du Japon. Grâce au Japon, nous avons des moyens roulants qui nous permettent de mener nos activités », a informé le lieutenant-colonel. Selon ses explications, c’est depuis 2008 que le Japon s’intéresse aux activités du Cpadd. Le Japon a compris que nos activités concourent à la réduction de la souffrance humaine en Afrique et dans le monde, soutient-il, avant d’affirmer que l’aventure est très salutaire. Car, grâce au financement japonais, l’école connait une amélioration de son cadre. Un cadre adéquat et attrayant pour les stagiaires, selon les confirmations du major Mohamed Tarawalie, venu de la Sierra Leone pour suivre le cours d’état-major déminage dépollution au Cpadd. A en croire l’ambassadeur du Japon Kiyofumi Konishi, le troisième projet ayant permis de construire un nouveau bâtiment au Cpadd s’inscrit dans la préservation des acquis des deux premières phases du projet financées en 2009 pour un montant d’environ un milliard et en 2013 pour un montant de 250 millions. « Ces projets permettront non seulement de sauver des vies humaines mais contribueront à décourager l’utilisation des mines en Afrique », a-t-il dit.

LIRE AUSSI:  Récurrence des grossesses en milieu scolaire : CeRADIS-ONG sonne la mobilisation contre le fléau

Divers domaines

Dans le domaine de l’éducation, le Japon finance le projet de construction des écoles dans les communes du Bénin. Grâce à ce projet, environ deux cents salles de classe seront construites dans trente-quatre écoles du département de l’Atlantique pour un coût global de sept milliards 285 millions de francs Cfa. L’école primaire publique de Togoudo dans la commune d’Abomey-Calavi est l’une des premières bénéficiaires du projet. Selon le superviseur général, Yuasa Tomoo, le projet est subdivisé en trois lots et le maître d’ouvrage est le ministère des Enseignements maternel et primaire. Le lot 1 concerne neuf écoles, le lot 2, onze et le dernier est relatif à treize écoles. Yuasa Tomoo informe que les travaux du lot A vont durer quinze mois et les lots 2 et 3 vont durer treize mois.
A terme, ce sera un soulagement pour l’Epp Togoudo, selon la directrice du groupe C, Simone Kouassi-Anani, soutenue par le président de l’Association des parents d’élèves (Ape). « L’école existe depuis quarante et un ans. C’est un quartier dortoir et nous avons beaucoup de difficultés concernant l’emplacement des enfants, le manque d’enseignants… », informe la directrice très impatiente de voir s’achever les travaux pour offrir un beau cadre d’études aux enfants. Selon Michel Nanoukon, président Ape, ce projet japonais est venu régler 50 % des problèmes de l’Epp Togoudo. Il faut dire que le Japon a contribué à la réalisation de plus de 1092 salles de classe au Bénin.
Le Port de pêche artisanale de Cotonou (Popac) a bénéficié de la construction de diverses installations dont le quai de débarquement des pirogues, la zone de manutention de poissons et fournit des services dont la fabrique et le stockage de glace, les locaux frigorifiques… Il est annoncé un financement complémentaire au mois d’avril 2020 d’environ 200 millions francs Cfa pour renforcer le mécanisme du port en améliorant la capacité des équipements fournis. Diverses activités s’y mènent sous la direction des volontaires japonais du Service de volontariat pour la coopération à l’étranger.
Il faut dire que le Groupement des sapeurs-pompiers a bénéficié également de l’appui du Japon. Sept ambulances leur ont été offertes et sont déployées à Cotonou, Aplahoué, Comè, Kandi, Pobè et Abomey-Calavi pour le secours aux personnes vulnérables.

LIRE AUSSI:  Pour une cadence de manutention de 131 mouvements/heure : Bénin Terminal réalise un record de productivité au port de Cotonou