54e Journée mondiale de l’environnement: Faire de l’utilisation durable des ressources naturelles une priorité

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur 54e Journée mondiale de l’environnement: Faire de l’utilisation durable des ressources naturelles une priorité


Aujourd’hui, 5 juin, à l’instar de la communauté internationale, le Bénin commémore la 54e édition de la Journée mondiale de l’environnement. Le ministre de l’Environnement, de la Gestion des Changements climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources naturelles et forestières, Raphaël Edou a animé, à cette occasion, entouré de ses cadres, une conférence de presse hier jeudi 4 juin à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Protection de l’environnement: Grand-Popo fait son bilan

Le thème choisi par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement pour la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, ce 5 juin, est «Sept milliards de rêves, une seule planète. Consommons avec modération». Ce thème évocateur permet aux Nations Unies, a affirmé Raphaël Edou, d’inviter les différents Etats à faire de l’utilisation durable des ressources naturelles, une priorité afin qu’elle puisse constituer la pierre d’assise d’une économie verte pour l’élimination de la pauvreté et le développement durable. Il s’agit, selon lui, d’éveiller les consciences des populations et de les inciter à adopter des modes de production sains, économes et respectueux de l’environnement.

Pour Raphaël Edou, la gestion des ressources naturelles qui englobe la protection et l’exploitation durable des ressources animales, végétales, minérales, marines, minières et forestières, soulève dans la plupart des pays, d’importants problèmes de développement relatifs aux déterminants sociaux et économiques complexes.
«Selon les statistiques sur l’évolution quantitative du stock de ressources naturelles, leur raréfaction peut être mesurée par un indicateur simple appelé empreinte écologique», a expliqué Raphaël Edou pour qui l’empreinte écologique dépasse depuis les années 1970 la capacité de la terre à renouveler les ressources naturelles, du fait de la démographie galopante et de la mauvaise gestion qui en est faite. A titre d’illustration, le ministre de l’Environnement justifie que les ressources en eau deviennent insuffisantes dans certaines régions du monde, pendant que la ressource en produits halieutiques marins est déjà mise à mal du fait de la pollution des plans d’eau.
«Une personne sur sept est affaiblie par la faim et plus de 20 000 enfants de moins de 5 ans en meurent quotidiennement. Les coûts totaux du gaspillage alimentaire représentent environ 2600 milliards de dollars US chaque année dont 700 milliards de coûts environnementaux et 900 milliards de coûts sociaux», déplore le ministre de l’Environnement qui estime que le Bénin subit également les affres de la dégradation de ces ressources qui s’est accentuée ces dernières années. Il s’ensuit, selon lui, que l’élaboration d’un programme destiné à la consommation et à la production durable s’avère nécessaire pour maintenir une base de production alimentaire mondiale et réduire les impacts associés aux impacts environnementaux, en vue de satisfaire au mieux les besoins d’une population humaine en croissance. «Il urge d’améliorer radicalement l’efficacité de nos chaines d’approvisionnement alimentaire et changer nos comportements de consommation pour limiter les pertes et gaspillages et réduire la pression sur l’environnement en réduisant notamment la contribution de l’agriculture et du déboisement aux émissions de gaz à effet de serre», a insisté Raphaël Edou, appelant tous les Béninois et Béninoises à réduire l’empreinte écologique à travers des choix responsables et judicieux dont la production et la distribution présentent moins d’impacts sur l’environnement.
En dehors des comportements qu’il suggère dans ce cadre, Raphaël Edou a apporté des réponses aux préoccupations des hommes des médias qui ont porté entre autres sur l’utilisation, la gestion et la législation sur déchets/sachets plastiques, la gestion de l’espace côtier et les substances appauvrissant la couche d’ozone. Il a reçu l’appui du secrétaire général du ministère.
Intervenant à l’occasion, Martin Aïna, directeur général de l’Environnement, a annoncé que le mois de juin est consacré à l’environnement où diverses activités seront organisées. Aujourd’hui, poursuit-il, le personnel et 4000 jeunes se sont donnés rendez-vous pour planter 4000 arbres à Hêvié, la matinée de demain samedi sera réservée pour une caravane festive, lundi 8 juin prochain aura lieu la journée mondiale de l’Océan et le 17 juin prochain sera consacré à la journée mondiale contre la désertification.

LIRE AUSSI:  Espèce rare: Le Kosso, un bois prisé