57e anniversaire de l’accession à l’indépendance: Les Forces armées béninoises font du développement leur priorité

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 57e anniversaire de l’accession à l’indépendance: Les Forces armées béninoises font du développement leur priorité


Le Bénin n’a pas dérogé, mardi 1er août, à la tradition de la célébration de sa fête nationale. En présence du chef de l’Etat et de nombreuses personnalités béninoises et étrangères, la place de l’Etoile-Rouge, lieu des manifestations officielles, a accueilli un défilé riche en prestations et en innovations. Thème retenu cette année : « les Forces de défense et de sécurité unies pour relever les défis du développement ».

LIRE AUSSI:  Lancement de Bénin Digital Tour à Nikki: Accès à l’outil informatique à plus de 1250 personnes

Le rituel du défilé militaire qui marque chaque année, l’anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale en tant qu’Etat souverain a été célébré, pour la cinquante-septième fois, ce mardi 1er août. Moment de ferveur et de fête donc entre populations, autorités et personnel des Forces armées béninoises (Fab). Cette année, tout aura été mis en œuvre pour offrir une belle parade, parade précédée d’un show de l’escadron de musique de l’Armée de terre et qui restera gravée dans les mémoires.
L’Escadron de musique de l’Armée de terre a présenté sous l’admiration des autorités présentes, trois symboles. La première figure, c’est une étoile rouge à cinq branches, pour saluer la place-hôte du défilé. La deuxième est une jarre trouée soutenue par des bras. « Si tous les fils du pays pouvaient boucher de leurs doigts les trous de la jarre trouée, le liquide à l’intérieur ne se perdrait pas », telle est la symbolique de cette jarre qui rappelle le roi Ghézo. Le symbole de la jarre trouée, faut-il le rappeler, a inspiré la conférence des forces vives de la nation et est devenu un patrimoine du Bénin. Troisième et dernier symbole de cette parade musicale de l’Escadron de musique de l’armée de terre fort bien appréciée, c’est le chiffre 57 en référence au cinquante-septième anniversaire de l’indépendance joué sur un air de happy birthday. Un peu comme pour souhaiter une bonne fête à tout le peuple béninois. Cette dernière prestation va d’ailleurs laisser place au défilé. Lequel avait déjà obtenu quelques minutes plus tôt son feu avec l’arrivée sur les lieux du défilé du président Patrice Talon qui a procédé à la revue des troupes aux côtés du chef d’état-major général des Forces armées béninoises (Fab).

LIRE AUSSI:  Le ministre Didier Tonato face aux députés: 1 543 logements sociaux construits sur 10 000 prévus

Un défilé pédestre fort apprécié

Sous les ordres de l’adjudant chef François Hounkpatin, ancien enfant de troupe de Katti, « le groupe des vieux », Le peloton des anciens combattants donne le top du défilé pédestre de ce 1er août. Suivront les détachements des écoles de formation. Le lycée militaire des jeunes filles de Natitingou, le Prytanée militaire de Bembèrèkè, pépinière de l’armée béninoise passent en premier. Des lieux d’excellence dont la notoriété va grandissant avec des résultats excellents. Le lycée militaire de jeunes filles a obtenu un taux de 100% au Bepc et 79,50 au Bac. Pour ce qui est du Prytanée militaire, ses apprenants ont obtenu une réussite de 100% au Bepc et 93,33% au Bac.
Les détachements des écoles de formation de la police nationale, l’école des officiers de Toffo, établissement nationale d’enseignement militaire ayant pour mission la formation initiale, des cours de qualification et de perfectionnement vont ensuite défiler, laissant place à leurs homologues de la gendarmerie nationale qui, dans une parfaite maitrise des gestes et dans un mouvement d’ensemble bien réussi, passent devant l’assistance. La douane prendra ensuite le relais. Les disciples de Saint-Mathieu ont innové cette année en défilant avec comme chef de détachement, le commandant des douanes Mauricette Adjibi épouse Dafia. Un autre symbole puisqu’elle est la toute première femme à occuper le poste de chef de brigade des douanes de Kraké-plage. Au niveau des eaux, forêts et chasse, la section Trophée n’est pas passée inaperçue avec l’exhibition des restes d’animaux. Un exercice qui vise à illustrer la victoire de cette unité sur les braconniers et autres criminels de la faune et de la flore.
Le détachement de la Police nationale avec ses différents pelotons a surtout retenu l’attention avec ses unités spécialisées. Lesquelles qui sont assez connues des populations, soit en raison du maintien d’ordre, soit des actions de lutte contre la criminalité et le grand banditisme. Force de frappe et de fer de la police nationale, ces policiers en noirs se feront ovationnés à l’occasion de l’exécution de la « Marche de la victoire » sous le commandement du commissaire principal de police Rachidath Boni. De la police à la gendarmerie nationale, il y a eu changement de cadence avec le relais de l’animation à la musique de la gendarmerie nationale. Les unités sont d’ailleurs attendues pour être fusionnées dès le 1er janvier 2018. Personnel féminin et masculin, unités spécialisées défileront donc devant les autorités présentes, sous le regard admiratif de la plupart d’entre elles.
L’autre parade fort bien appréciée, c’est celle des forces navales dont la tenue, d’une rare beauté, est toujours bien vue par le public et les spectateurs. Mais avant elles, les éléments des forces aériennes sont passés. Comme à l’accoutumée, les disciples de l’Archange Saint Michel, les parachutistes étaient sous les feux de la rampe. « Vaincre ou mourir » ! Telle est leur devise et ils l’illustrent si bien à travers la « Marche para », symbole de l’assurance et de la confiance qui les caractérise en tout temps. C’est d’ailleurs ces parachutistes qui mettront un terme au défilé pédestre.

LIRE AUSSI:  Formation sur l’analyse des risques industriels: Les banquiers outillés pour mieux accompagner les entreprises industrielles

Un défilé motorisé bien rythmé

Bien succinct est le défilé motorisé de la cinquante-septième célébration de la fête nationale. En l’absence des engins à deux roues, sans doute en raison du chrono du défilé, prévu pour ne pas excéder deux heures d’horloge, ce sont des engins à quatre roues qui ont offert la parade motorisée du défilé. Le bataillon du train, le bataillon d’intervention motorisé, le premier groupement blindé, le premier bataillon du génie, le groupement national des sapeurs pompiers n’avaient donc pas grand-chose à montrer en dehors de l’exhibition des moyens roulants dont ils se servent pour accomplir leurs missions républicaines. Et c’en sera ainsi fini pour le numéro 57 du défilé de la fête nationale. Défilé empreinte de quelques innovations et dans son ensemble assez bien rythmé sur des airs dansants de la musique populaire béninoise exécutés par l’escadron de musique.