5e anniversaire de décès du père André Quenum: Un prophète de la vérité au sens évangélique et journalistique

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur 5e anniversaire de décès du père André Quenum: Un prophète de la vérité au sens évangélique et journalistique


L’Eglise catholique commémore le 5e anniversaire de décès du père André Quenum. A cet effet, une messe a été dite, ce dimanche 10 novembre, au grand séminaire St Gall de Ouidah par l’évêque de Porto-Novo, Monseigneur Aristide Gonsallo pour non seulement honorer la mémoire de l’illustre disparu mais aussi prier pour le repos de son âme.

LIRE AUSSI:  Viol sur mineure (12e dossier): 20 ans pour Angelo Dossoumo, Herman Sèglobo et Enoch Toko

L’Eglise catholique continue de pleurer le père André Quenum parti pour l’Eucharistie éternelle il y a 5 ans. Au séminaire St Gall de Ouidah ce dimanche 10 novembre, au cours d’une messe célébrée par Monseigneur Aristide Gonsallo, parents, amis, confrères religieux sont venus nombreux exprimer leur attachement à l’illustre disparu et prier l’Eternel pour le repos de son âme.
Selon le père Raymond Sobakin, recteur du grand séminaire St Gall de Ouidah, le père André Quenum a été un prophète de la vérité, au sens non seulement évangélique et sacerdotal, mais aussi journalistique et socio politique du terme. Il note que le père André Quenum a exercé ce ministère prophétique sans complexe ni complaisance devant les simples comme les puissants. « Il n’a jamais eu peur de témoigner de Jésus-Christ. Je présume que c’est impressionnés entre autres, par cette dimension du serviteur de Dieu que vous vous êtes mis en route ce matin pour venir vivre cette eucharistie à la fois en hommage et en suffrage pour lui », a-t-il ajouté. A l’en croire, le Bénin a plus que jamais besoin de chrétiens qui, comme le père André Quenum, acceptent d’être prophètes, c’est-à-dire de se consacrer sans peur à la vérité au sens évangélique et socio politique pour le salut de la cité.
Dans son homélie, Mgr Aristide Gonsallo affirme qu’au lendemain de la Toussaint et de la commémoration des fidèles défunts, le chrétien catholique doit prendre conscience de sa fragilité humaine et se réconforter dans son espérance à la résurrection de tous les frères et sœurs défunts, en l’occurrence l’abbé André Quenum. «André est pour moi un compagnon de route depuis le séminaire de Djimé jusque dans le ministère presbytéral en passant par le séminaire Notre-Dame de Fatima et ce grand séminaire St Gall de Ouidah. Prêtre, homme des médias, journaliste prônant les valeurs de justice, de vérité et de miséricorde, l’abbé André ne reculait devant rien dans sa liberté de parole et d’esprit pour faire connaitre et partager ses opinions que nous lui connaissions depuis le séminaire », a-t-il rappelé.
Mgr Aristide Gonsallo ajoute qu’en étant homme de culture et de science, André Quenum était plein d’humour et d’amour et a su apporter sa goutte d’eau dans l’océan des besoins de ses frères et sœurs en humanité. « Les éditoriaux du père André étaient à juste titre largement inspirés de la parole de Dieu et de la doctrine sociale de l’Eglise», a-t-il noté.

LIRE AUSSI:  TALENTS GEST PAIE: Une révolution dans la gestion des salaires