5e Conférence annuelle de Borderless: Des engagements pour une économie sous-régionale forte et attractive

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 5e Conférence annuelle de Borderless: Des engagements pour une économie sous-régionale forte et attractive


Après Abidjan, Accra et Lagos, les acteurs du commerce et des transports de la sous-région ouest-africaine sont présents à Cotonou pour discuter des stratégies et des partenariats pour un développement économique durable. Pendant trois jours, à travers la conférence annuelle «Borderless 2016», ils espèrent renouer avec leur plate-forme de dialogue afin de trouver des solutions aux contraintes liées aux échanges intra-communautaires. Ils voudraient aussi proposer des pistes de solution pour le développement du commerce et des transports dans une Afrique de l’Ouest mieux intégrée.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: La fête du 1er août célébrée à Cotonou

La conférence annuelle est la principale plate-forme de dialogue public-privé de haut niveau et de plaidoyer créée par l’Alliance Borderless, pour réunir les différentes parties prenantes autour de thématiques liées à la facilitation du commerce et des transports, pour une meilleure intégration économique de l’Afrique de l’Ouest. Depuis cinq ans, elle mobilise des acteurs et des décideurs de haut niveau, soucieux de lever les multiples entraves qui plombent l’envol économique de la sous-région via une intégration réussie. « L’intégration régionale à travers le développement du commerce et des transports». C’est autour de ce thème que se dérouleront les assises de 72 heures dont le lancement officiel a eu lieu mercredi 18 mai à l’hôtel Azalaï de la plage à Cotonou. Et comme ils en ont pris l’habitude, tous les acteurs concernés y sont représentés, chacun voulant apporter sa contribution pour résorber les difficultés supra citées.
Ce n’est pas sans joie que le Bénin qui se positionne comme un centre névralgique pour les échanges dans la sous-région accueille cette rencontre. Souley Yacoubou, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin n’a pas caché son enthousiasme de voir mobilisés autour d’une même cause, les acteurs du commerce et des transports ainsi que les chefs d’entreprise pour réfléchir sur les goulots d’étranglement et envisager des approches de solution. Et même si la stabilité politique de ces dernières années dans la sous-région a permis une légère croissance économique, Souley Yacoubou estime qu’il faudra davantage retrousser les manches pour une meilleure croissance au regard des potentialités y contenues. Comme lui, Roland Riboux, président du comité national de l’alliance Borderless a plaidé devant les dizaines de représentants d’entreprises et organisations professionnelles clés du secteur privé, intervenant dans les domaines aussi divers tels que les transports et la logistique, l’industrie, le commerce, les finances, etc., des représentants des communautés économiques régionales, des ministres et des partenaires au développement de la région, pour l’accélération des efforts qui se font déjà. Il lie l’essor du commerce régional à une fluidité dans les transactions. La même doléance sera reprise par Ziad Hamoui, président de l’alliance Borderless.

LIRE AUSSI:  Gestion du contentieux électoral dans la sous-région: la création d’un réseau des hautes juridictions actée

Lever les obstacles

Fortement soutenus dans cette initiative par plusieurs institutions internationales et représentations diplomatiques, les participants à la 5e conférence annuelle de Borderless ont aussi eu droit aux messages de Todd Whatley, chef de mission adjoint représentant le gouvernement des Etats-Unis et son excellence Walter von den Driesch, ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne près le Bénin. Pour eux, il faut adopter une vision moderne avec des réformes institutionnelles qui lèvent les barrières à l’éclosion de la prospérité économique dans la sous-région. Mieux, le diplomate allemand lui, entrevoit à travers cette initiative annuelle, une « belle illustration du partenariat public-privé », promettant par ailleurs le soutien de l’Union européenne.
L’amélioration des infrastructures et des équipements, les réformes institutionnelles, l’amélioration de la desserte des pays enclavés… constituent autant de contraintes qui contribuent à augmenter les coûts des transports et à entraver le commerce intra-régional. Raison pour laquelle, la rencontre de Cotonou doit s’y pencher. Alors, Christophe Joseph Marie Dabiré, commissaire chargé du département du marché régional et du commerce de l’Uémoa, rappelle à l’intention des participants, la nécessité de performer ces indicateurs et de mettre un point d’honneur à l’amélioration des infrastructures de transport. Toute chose sans laquelle aucune croissance ne peut être espérée. Pendant trois jours, cette conférence offrira non seulement une plate-forme de partages de connaissances et d’expériences, mais aussi des opportunités de plaidoyer, de réseautage et de mise en relation d’affaires. « Elle sera surtout l’occasion d’interpeler les décideurs politiques et administratifs sur la nécessité de respecter les protocoles déjà adoptés et de formuler des politiques favorables à la promotion des échanges commerciaux, à travers une libre circulation effective des personnes et des marchandises ».
Ce qui suppose une forte implication des décideurs au plus haut niveau. Et si, pour sa part, Chibuike Rotimi Amaechi, ministre des Transports de la République fédérale du Nigeria promet que son pays jouera sa participation, Lazare Séhouéto, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat en ce qui le concerne, s’est engagé au nom du gouvernement pour des actions. Grâce à la vision du gouvernement béninois, il promet un leadership qui donnera lieu à une nouvelle dynamique économique.?