7e Sommet de la Ticad à Yokohama: « Cette rencontre a été un succès », dixit le ministre Aurélien Agbénonci

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur 7e Sommet de la Ticad à Yokohama: « Cette rencontre a été un succès », dixit le ministre Aurélien Agbénonci


La participation du Bénin à la Ticad7 tenue du 28 au 30 août dernier à Yokohama au Japon a été remarquable. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, de même que l’ambassadeur du Japon près le Bénin en conviennent. Ce mardi 3 septembre à Cotonou, ils ont, au cours d’une conférence de presse, fait le point de cette participation. Ils en ont profité pour dévoiler le nouveau format de la coopération entre les deux pays.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : Les députés entament l’examen du Code du numérique

53 pays d’Afrique, 42 chefs d’Etat et de gouvernement et de milliers d’autres personnes, pour l’essentiel des responsables d’organisations internationales, des personnalités de haut rang et des acteurs du secteur privé ont pris part, du 28 au 30 août dernier à Yokohama au Japon à la septième édition de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (Ticad). « Faire progresser l’Afrique en recourant aux peuples, à la technologie et à l’innovation », c’est le thème de cette septième conférence à laquelle le Bénin a pris part à travers une importante délégation conduite par le président Patrice Talon en personne. «Cette Ticad a été un succès », a introduit le ministre Aurélien Agbénonci. Les débats au cours de cette conférence ont retenu l’attention du ministre des Affaires étrangères pour deux raisons. La première, c’est la similitude qu’il note entre les points forts de la Ticad 7 et le Programme d’action du gouvernement. L’accélération de la croissance économique dans un esprit de continuité inspiré de la Ticad 5 et de la 6 voulue par la conférence de cette année constitue un autre élément important qu’il a mis en exergue au cours de sa conférence de presse.
Aurélien Agbénonci note également d’autres domaines prioritaires dans lesquels le Japon et l’Afrique doivent agir. Il cite pêle-mêle, la promotion de la diversification, l’industrialisation et la compétitivité, le renforcement de la connectivité et l’intégration à travers les infrastructures, la promotion du secteur privé, le développement du capital humain, l’accélération de la couverture santé universelle, l’amélioration de la nutrition et de la résilience aux catastrophes… « Il y a eu un engagement du Japon pour renforcer certaines promesses déjà faites… Le Japon envisage la réalisation de plus de vingt milliards d’investissements en Afrique pour les trois années à venir pour la transformation économique du continent, l’innovation, le développement d’infrastructures de qualité… », fait-il observer. « Notre partenaire s’est aussi engagé en faveur de l’amélioration de la qualité de vie sur le continent, la prise en compte des besoins des populations, l’apport de la diaspora africaine au développement du continent», poursuit-il. Mais, rien de tout cela ne peut être entrepris sans « la stabilité et la sécurité du continent qui doivent être renforcées et améliorées ». Les problèmes africains doivent être d’abord réglés par les Africains eux-mêmes, rappelle-t-il.  En somme, entre le Japon et l’Afrique, c’est « une excellente coopération » et cette Ticad 7 a permis de le constater davantage. D’ailleurs, rappelle le ministre, «plusieurs participants africains ont fait part de leur satisfaction sur le déroulement des travaux et l’organisation mise en place côté japonais ».

LIRE AUSSI:  Nouvel appui de la Banque mondiale à l’électrification au Bénin: 109 milliards F Cfa pour sortir 150 000 ménages du noir