A la veille de la célébration du 56e anniversaire de l’indépendance : Le Bénin pleure un de ses anciens présidents, Emile-Derlin Zinsou

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur A la veille de la célébration du 56e anniversaire de l’indépendance : Le Bénin pleure un de ses anciens présidents, Emile-Derlin Zinsou


Le Bénin est deuil depuis la nuit du jeudi 28 juillet dernier. Un de ses anciens présidents de la République, le Docteur Emile-Derlin Zinsou a rendu l’âme à 98 ans. Il est parti pratiquement 10 mois après le décès d’un autre ancien président de la République, le général Mathieu Kérékou.

LIRE AUSSI:  Discours sur l’état de la nation 2018: Talon exalte la flamme de la République

Pour qui connait le président Emile-Derlin Zinsou, c’est un homme qui a marqué l’histoire politique du Bénin depuis les indépendances jusqu’au temps du Renouveau démocratique.
Né le 23 mars 1918, Emile-Derlin Zinsou, est un ancien élève de l’Ecole normale William Ponty à Dakar au Sénégal. Diplômé de la Faculté de Médecine de Dakar, il est également diplomate.
L’homme que le Bénin pleure à la veille de la célébration du 56e anniversaire de son indépendance, fut l’un des hommes de main du régime militaire qui a pris le pouvoir en 1967. Mais le 17 juillet 1968, il a été fait président par le régime militaire avant d’être renversé par un coup d’Etat militaire en décembre 1969 par le Lieutenant-colonel Maurice Kouandété.
Arrêté puis libéré après, Emile-Derlin Zinsou s’est opposé au régime révolutionnaire qui a renversé le 26 octobre 1972 le monstre à trois têtes. Depuis donc 1974 jusqu’en 1990 Emile Derlin Zinsou n’a pas fait de cadeau au régime militaire révolutionnaire de Mathieu Kérékou aussi son activisme politique a(-il contribué à ouvrir la voie à la Conférence nationale de février 1990. Cette ère du renouveau démocratique lui a permis de créer l’Union nationale pour la démocratie le progrès (UNDP). Emile Derlin Zinsou a été également membre du Haut conseil de la République avant de siéger à la Cour constitutionnelle, première mandature sous la présidence de Elisabeth Pognon.
Les sincères condoléances du quotidien La Nation à toute la famille éplorée

LIRE AUSSI:  France – Bénin : La dynamique d'une coopération

Bruno SEWADE