Action sociale du chef de l’Etat : Le président Patrice Talon libère les « prisonniers des hôpitaux »

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Action sociale du chef de l’Etat : Le président Patrice Talon libère les « prisonniers des hôpitaux »


Le président Patrice Talon sait faire du social. Il en a donné la preuve, jeudi 31 décembre dernier en faisant payer les frais qui maintiennent ‘’prisonniers’’ dans les hôpitaux de nombreux patients.

LIRE AUSSI:  Tête-à-tête entre Cour suprême et juridictions de fond: Des recommandations formulées pour une justice de qualité

Aucun patient d’un centre de santé public au Bénin n’a fêté le nouvel an à l’hôpital pour non-paiement des frais sanitaires. Retenus prisonniers pour des soins non payés, ils étaient des dizaines un peu partout à repartir chez eux, sourire aux lèvres en cette veille de nouvel an pour retrouver la joie, la chaleur et l’ambiance familiales.

« Le président Patrice Talon a ordonné le paiement des frais de tous les patients guéris et bloqués dans les hôpitaux, en vue de leur retour chez eux », ont indiqué plusieurs sources. Les mêmes sources ont précisé qu’en dehors du Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga de Cotonou, le chef de l’Etat « a, après avoir reçu le point des frais de santé en attente de paiement dans tous les hôpitaux et centres de santé publics du pays par les patients guéris mais qui manquent de moyens, ordonné au nom du gouvernement, le règlement intégral par le ministère des Finances desdits frais afin que les intéressés rentrent fêter en famille ».

LIRE AUSSI:  En raison de la journée de la citoyenneté: La campagne électorale au ralenti dans la 15e circonscription électorale

Le 31 décembre dernier, les ministres Benjamin Hounkpatin de la Santé, Véronique Tognifodé Mewanou des Affaires sociales et Romuald Wadagni de l’Economie et des Finances étaient à la manette aux fins de régler la situation et permettre à ces patients guéris mais gardés pour non-paiement de leurs soins de repartir chez eux.