Activisme pour la sauvegarde des Biens publics mondiaux : Les acteurs des Osc outillés

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Activisme pour la sauvegarde des Biens publics mondiaux : Les acteurs des Osc outillés


Les acteurs de la société civile renforcent leurs capacités sur la notion d’activisme dans le cadre du programme Ressources partagées, solutions communes que met en œuvre l’Ong Eco-Bénin. Du 4 au 6 décembre, ils vont être entretenus sur la protection des Biens publics mondiaux dont dépendent les écosystèmes. La rencontre se tient à Adjatokpa, au bord du lac Ahémé.

LIRE AUSSI:  Accès à l’enseignement à distance dans le monde en temps de Covid-19: L’Unicef redoute une crise de l’apprentissage

Le programme Shared ressources, joint solutions entendez Ressources partagées, solutions communes, met l’accent sur le rôle des Organisations de la société civile en matière de la sauvegarde des Biens publics mondiaux (Bpm) dont dépendent les écosystèmes à savoir l’eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience aux changements climatiques. C’est dans ce cadre que l’Ong Eco-Bénin mobilise plusieurs acteurs de la société civile pour une formation sur l’activisme. A travers le programme Srjs, l’Ong Eco-Bénin appuie le renforcement des capacités des acteurs à tous les niveaux pour une meilleure connaissance des textes de lois environnementales. Elle initie la présente formation qui permet également d’asseoir une base de gestion concertée des ressources naturelles de l’aire communautaire de conservation de la biodiversité (Accb) Bouche du Roy.
L’objectif de cette formation de trois jours est d’informer les leaders et membres des groupes de pression, des associations et des organisations non gouvernementales du paysage du Delta du Mono sur les principes de l’activisme et surtout de l’activisme environnemental, les démarches, moyens et techniques de déploiement des actions d’activisme, les sujets environnementaux et les problématiques en matière de la sauvegarde des Biens publics mondiaux. Elle vise également à mettre en place un programme d’actions de pression dans le paysage du Delta du Mono. De la définition à la catégorisation des biens publics mondiaux en passant par les problèmes environnementaux en République du Bénin, rien n’a manqué aux explications de Thierry Azonhè, enseignant à l’Université d’Abomey-Calavi, assisté de Martial Dossou. Parlant des Biens publics mondiaux : « Chacun en a sa part et tous l’ont tout entier », a indiqué l’enseignant, rapportant ainsi une citation de Victor Hugo.
Ainsi, les Biens publics mondiaux, poursuit-il, sont des choses auxquelles les gens et les peuples ont droit, et qui sont produites et réparties dans les conditions d’équité et de liberté qui sont la définition même du service public, quels que soient les statuts des entreprises qui assurent cette mission. L’eau, l’environnement, la santé, l’éducation, la justice font partie de ces biens que tout citoyen est appelé à défendre.

LIRE AUSSI:  Secteur de la justice: Le ministre Djogbénou s’insurge contre les déviances dans les prisons