Actualisation du fichier électoral: Les membres du Cos-Lépi s’entretiennent avec la Cour constitutionnelle

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Actualisation du fichier électoral: Les membres du Cos-Lépi s’entretiennent avec la Cour constitutionnelle


Pour mener à bien leur mission d’actualisation du fichier électoral, les membres du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) étaient à la Cour constitutionnelle, mardi 27 septembre. Cette rencontre leur a permis d’aborder avec les sages de la Cour, différentes préoccupations liées à leur cahier de charges.

La disponibilité du fichier électoral actualisé à la date du 15 janvier prochain est une préoccupation majeure pour les membres du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) présidé par le député Badirou Aguèmon. C’est d’ailleurs lui qui a conduit la délégation de l’institution qui s’est rendu mardi 27 septembre à la Cour constitutionnelle pour échanger avec les sages. Ladite séance a surtout permis aux deux parties de discuter de la mission du Cos-Lépi. Plusieurs inquiétudes ont été également portées à la connaissance de la Cour à l’occasion. Le président du Cos-Lépi, Badirou Aguèmon, à la sortie de la séance, a expliqué les raisons fondamentales de cet échange entre les deux institutions.

« Cette séance qui a été très riche en conseils, informations et autres formes d’appui est liée à l’actualisation du fichier électoral puis les dispositions à mettre en œuvre par les membres du Conseil d’orientation et de supervision pour rendre disponible cette liste au plus tard le 15 janvier 2017 ». Au cours de cette même séance, la gestion à faire des cartes d’électeurs de 2015 entreposées ainsi que la situation des 365.000 autres cartes de 2016 non retirées ou distribuées ont été soulevées par les membres du Cos-Lépi. Il faut dire que c’est le sort qu’il faille réserver à ces cartes qui préoccupent surtout le président Badirou Aguèmon et les siens. Là-dessus, « ils ont reçu des conseils d’abord de la part des membres de la Céna puis ceux de la Cour constitutionnelle pour ne pas tordre le cou au droit ». Faut-il les détruire ? Qu’en faire ? A ces interrogations et autres soulevées par le Cos-Lépi, la réponse a été en faveur d’un respect scrupuleux des textes. « Nous avons été félicités pour tout ce qui a été fait, surtout que les opérations se poursuivent et on nous a exhortés à continuer sur la même lancée », a déclaré le président du Cos-Lépi Badirou Aguèmon à la fin des échanges?