Affaire Cnss : L’audience reportée au 3 juillet prochain

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Affaire Cnss : L’audience reportée au 3 juillet prochain


La chambre correctionnelle du flagrant délit du tribunal de première instance de première classe de Cotonou a décidé de reporter l’audience des mis en cause dans l’affaire de rétro-commission occulte sur placement de fonds à la Banque internationale du Bénin (Bibe). Au tribunal ce mardi 5 juin 2018, les débats n’ont pas abouti après deux suspensions intervenues respectivement à 11H15 et à 12H07 minutes. L’audience est renvoyée en effet au 3 juillet 2018 prochain à la surprise des avocats de la défense. Ces derniers ont fait fi de leur exigence relative au rapport de l’Uemoa qui incrimine les mis en cause, appelant le juge à tenir l’audience pour les débats de fond. Mais la décision du report a surpris ces derniers suite à une incompréhension entre les avocats.

Selon Maître Aboubakar Baparapé, le juge avait la possibilité de réclamer le silence pour poursuivre plutôt que de reporter. Il faut dire que l’un des mis en cause notamment M. Boco, ancien directeur général de la Bibe invité à la barre a fait sa déclaration répondant aux questions du ministère public et du président du tribunal. D’après ses explications, il n’a rencontré Laurent Mètongnon, le secrétaire général de la Fésyntra-finance que deux fois. Une première fois à la Bourse du travail quand il négociait le Dat à la banque et une seconde fois à la brigade économique et financière. Sur la question de la rétro-commission, l’ancien Dg de la Bibe a notifié à la Cour que la convention collective des banques l’institue et que le conseil d’administration de la Bibe a fixé le taux d’intéressement de la clientèle à 0,5%. Cette commission, d’après M. Boco, est faite sur le budget de la banque. Il a indiqué que le conseil d’administration de la Cnss n’est pas demandeur d’une quelconque commission, mais que c’est une option de la Bibe pour fidéliser sa clientèle. Sur la question de la faillite, M. Boco a indiqué qu’après deux ans d’exercice, il a redressé la Bibe. Le débat va se poursuivre à l’audience du 3 juillet prochain, une audience dont le verdict du juge est fortement attendu.

LIRE AUSSI:  Œuvres caritatives de la Jama’at islamique: Ahmadiyya Bénin Des démunis de l'Ouémé reçoivent des dons

 

 

 

La chambre correctionnelle du flagrant délit du tribunal de première instance de première classe de Cotonou a décidé de reporter l’audience des mis en cause dans l’affaire de rétro-commission occulte sur placement de fonds à la Banque internationale du Bénin (Bibe). Au tribunal ce mardi 5 juin 2018, les débats n’ont pas abouti après deux suspensions intervenues respectivement à 11H15 et à 12H07 minutes. L’audience est renvoyée en effet au 3 juillet 2018 prochain à la surprise des avocats de la défense. Ces derniers ont fait fi de leur exigence relative au rapport de l’Uemoa qui incrimine les mis en cause, appelant le juge à tenir l’audience pour les débats de fond. Mais la décision du report a surpris ces derniers suite à une incompréhension entre les avocats.

Selon Maître Aboubakar Baparapé, le juge avait la possibilité de réclamer le silence pour poursuivre plutôt que de reporter. Il faut dire que l’un des mis en cause notamment M. Boco, ancien directeur général de la Bibe invité à la barre a fait sa déclaration répondant aux questions du ministère public et du président du tribunal. D’après ses explications, il n’a rencontré Laurent Mètongnon, le secrétaire général de la Fésyntra-finance que deux fois. Une première fois à la Bourse du travail quand il négociait le Dat à la banque et une seconde fois à la brigade économique et financière. Sur la question de la rétro-commission, l’ancien Dg de la Bibe a notifié à la Cour que la convention collective des banques l’institue et que le conseil d’administration de la Bibe a fixé le taux d’intéressement de la clientèle à 0,5%. Cette commission, d’après M. Boco, est faite sur le budget de la banque. Il a indiqué que le conseil d’administration de la Cnss n’est pas demandeur d’une quelconque commission, mais que c’est une option de la Bibe pour fidéliser sa clientèle. Sur la question de la faillite, M. Boco a indiqué qu’après deux ans d’exercice, il a redressé la Bibe. Le débat va se poursuivre à l’audience du 3 juillet prochain, une audience dont le verdict du juge est fortement attendu.

LIRE AUSSI:  Allocution du président Patrice Talon à l'occasion de la restitution des 26 œuvres : « Désormais, l'espoir est permis... »