Affaire complot contre la sûreté de l’Etat et autres: Joël Aïvo devant la commission de l’instruction de la Criet

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Affaire complot contre la sûreté de l’Etat et autres: Joël Aïvo devant la commission de l’instruction de la Criet

Joel Aïvo

Le professeur titulaire de droit constitutionnel, Joël Aïvo, poursuivi pour de présumés faits de complot contre la sûreté de l’Etat et de blanchiment de capitaux, a comparu ce lundi 11 octobre, devant la commission de l’instruction de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

LIRE AUSSI:  Répression des infractions économiques et du terrorisme: Une Cour spéciale en création au Parlement

C’est sa toute première comparution pour l’interrogatoire au fond depuis le renvoi du dossier devant cette commission par la Criet statuant en matière de flagrant délit, le 5 août dernier. Laquelle cour s’est déclarée incompétente pour connaître de l’affaire et a décidé de son renvoi devant la commission de l’instruction de la Criet pour l’instruction préparatoire. Jöël Aivo était vêtu hier d’une tenue bazin de couleur blanche et portait le gilet de la prison civile par-dessus. L’ex-candidat recalé à la présidentielle du 11 avril dernier avait également un petit sac en main qu’il a l’habitude de tenir lors de ses différentes auditions à la Criet. Il était visiblement en forme et avait l’air serein et décontracté. Mais Joël Aivo a été écouté seul hier. Il n’y avait pas ses trois autres co-accusés incarcérés dans le même dossier que lui. Certainement que la présence de ces derniers n’était pas encore nécessaire à cette étape de l’instruction préparatoire. Des audiences d’interrogatoire au fond et des confrontations entre lui et les autres inculpés pourraient avoir lieu si la commission de l’instruction en juge utiles. L’ancien doyen de la Faculté de droit et de sciences politiques (Fadesp) de l’Université d’Abomey-Calavi a été assisté ce lundi d’une demi-douzaine d’avocats du barreau du Bénin. Mais rien n’a filtré de l’audience. D’autant que l’instruction judiciaire est secrète. Les travaux de la commission de l’instruction sont à huis clos et ne sont pas ouverts au public. L’audience qui a commencé un peu après 10 h s’est achevée autour de 16 h. Joël Aïvo est retourné en prison d’où il y avait été extrait le matin. Le procureur spécial près la Criet, Mario Mètonou, avait requis, lors de l’audience du 15 juillet dernier qui a précédé le délibéré du 5 août dernier, que le maintien en détention des prévenus était indispensable en ce sens que les faits à eux reprochés constituent un crime et non un délit. Mieux, soutient-il, il y a deux prévenus cités dans le dossier actuellement en fuite et dont la présence est nécessaire pour la manifestation de la vérité dans le dossier. Le sort de Joël Aïvo et consorts est désormais dans les mains de la commission de l’instruction de la Criet. Celle-ci peut, aux termes de son instruction préparatoire, conclure à un non-lieu et ordonner dans ce cas la libération d’office des mis en cause. La commission de l’instruction de la Criet peut tout aussi relever, à l’issue de ses travaux, qu’il y a suffisamment de preuves qui accablent les inculpés et décider de renvoyer dans ce cas le dossier devant l’instance de jugement de la Criet?

LIRE AUSSI:  Bénin : 2,575 tonnes de cocaïne saisies dans un magasin à Sèmè-Podji