Incendie à Porto-Novo: Oloyé et son chauffeur condamnés à 24 et 18 mois de prison ferme

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Incendie à Porto-Novo: Oloyé et son chauffeur condamnés à 24 et 18 mois de prison ferme


24 mois d’emprisonnement ferme et deux millions F Cfa d’amende pour trafic illicite de produits pétroliers et 18 mois de prison ferme plus cinq cent mille francs Cfa d’amende à payer au Trésor public pour les chefs d’inculpation d’homicide involontaire, d’incendie involontaire et blessures involontaires. Ce sont les peines infligées respectivement contre Joseph Midodjiho alias Oloyé, 64 ans et Nicolas Tankpinou Alodégnon, chauffeur de profession âgé de 44 ans, par le tribunal correctionnel de première instance de première classe de Porto-Novo. Ce dernier a statué contradictoirement et en premier ressort en fin d’après-midi de ce vendredi 6 octobre, l’affaire de l’incendie survenu suite à la chute d’un camion chargé de plusieurs dizaines de bidons d’essence de contrebande au petit matin du mercredi 4 octobre dernier au quartier de Louho dans le cinquième arrondissement de Porto-Novo. Lequel incendie a fait un mort, une fillette complétement calcinée, deux blessés dont un grièvement et dix maisons réduites en cendres. Le juge s’est appuyé dans sa condamnation sur des dispositions du code pénal et celles du décret de 1983 qui réprime le trafic illicite de produits pétroliers sur toute l’étendue du territoire de la République du Bénin. Les intérêts-civils sont envoyés à plus tard. Les deux prévenus ont quinze jours pour relever appel du jugement s’ils ne sont pas d’accord.    

LIRE AUSSI:  Procès en appel de l'affaire d'incendie d'essence frelatée: Comment Oloyé et son chauffeur ont été libérés

L’affaire a été jugée en procédure de flagrant délit. En effet, les choses sont allées très vite au tribunal de première instance de Porto-Novo. Alors que d’aucuns s’attendaient à voir les deux prévenus présentés au procureur de la République puis l’affectation du dossier à un juge d’instruction pour la suite de l’affaire, c’est plutôt à une procédure de comparution immédiate qu’on a eu droit. Tout a été fait très rapidement. L’audience a commencé à 18h30mn et a duré jusqu’à 19h45mn où le débat a été clôturé après les dépositions des deux prévenus, les réquisitions du ministère public et la plaidoirie des avocats. Une suspension sera ensuite observée pour permettre au tribunal de céans de se retirer pour délibérer.

Tous complices du drame ?

Au retour du délibéré à 20h 49m, le président de céans annonce le verdict du jugement. Oloyé, propriétaire du camion et des marchandises a écopé de la lourde peine par rapport à son chauffeur qui a obtenu six mois de moins que lui. Le tribunal n’a pas trop suivi ainsi les réquisitions du ministère public qui a retenu contre chacun d’eux la peine de trois ans d’emprisonnement ferme pour homicide involontaire, incendie involontaire et blessures involontaires à l’endroit du chauffeur Nicolas Tankpinou Alodégnon et complicité des trois chefs d’accusation en plus de trafic illicite de produits pétroliers contre Joseph Midodjiho alias Oloyé. Les deux prévenus ont été défendus par les Maîtres Raphaël Hounvènou, Saturnin Agbani et Hervé Soukpon. Ils ont battu en brèche les réquisitions du procureur de la République surtout en ce qui concerne les délits de complicité d’homicide involontaire, d’incendie involontaire et de blessures involontaires retenus contre leur client Oloyé. Selon eux, s’appuyant sur la jurisprudence, il ne saurait y avoir de complicité dans un délit involontaire. Le tribunal de céans leur donnera par la suite raison lors du délibéré. Mais les avocats ont plaidé en revanche coupable pour le délit de trafic illicite de produits pétroliers ; tout en invitant le tribunal de céans à tenir compte du contexte social de cette activité qui nourrit des milliers de personnes au Bénin et du jeu des politiques dont la complaisance dans la lutte contre ce commerce illicite a conduit à ce drame qu’on déplore aujourd’hui. « Cette audience interpelle tout le monde. Nous sommes tous complices du drame », insiste la défense qui considère Oloyé qui exerce cette activité depuis 48 ans comme un cobaye. La sentence du juge tombée, les deux prévenus ont été embarqués aussitôt par la police en direction de la prison. Le tribunal de première instance de Porto-Novo et ses alentours étaient hautement sous surveillance policière. Un dispositif spécial de sécurité a été pris pour prévenir certainement un éventuel soulèvement compte tenu surtout du statut d’Oloyé qui n’est pas n’importe qui dans le secteur de vente des produits pétroliers de contrebande.    

LIRE AUSSI:  Lutte contre l’essence de contrebande: En finir avec le commerce du ‘’kpayo’’ tout en sauvant ses acteurs

 

 

24 mois d’emprisonnement ferme et deux millions F Cfa d’amende pour trafic illicite de produits pétroliers et 18 mois de prison ferme plus cinq cent mille francs Cfa d’amende à payer au Trésor public pour les chefs d’inculpation d’homicide involontaire, d’incendie involontaire et blessures involontaires. Ce sont les peines infligées respectivement contre Joseph Midodjiho alias Oloyé, 64 ans et Nicolas Tankpinou Alodégnon, chauffeur de profession âgé de 44 ans, par le tribunal correctionnel de première instance de première classe de Porto-Novo. Ce dernier a statué contradictoirement et en premier ressort en fin d’après-midi de ce vendredi 6 octobre, l’affaire de l’incendie survenu suite à la chute d’un camion chargé de plusieurs dizaines de bidons d’essence de contrebande au petit matin du mercredi 4 octobre dernier au quartier de Louho dans le cinquième arrondissement de Porto-Novo. Lequel incendie a fait un mort, une fillette complétement calcinée, deux blessés dont un grièvement et dix maisons réduites en cendres. Le juge s’est appuyé dans sa condamnation sur des dispositions du code pénal et celles du décret de 1983 qui réprime le trafic illicite de produits pétroliers sur toute l’étendue du territoire de la République du Bénin. Les intérêts-civils sont envoyés à plus tard. Les deux prévenus ont quinze jours pour relever appel du jugement s’ils ne sont pas d’accord.    

LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul Amoussou: Modèle ?

L’affaire a été jugée en procédure de flagrant délit. En effet, les choses sont allées très vite au tribunal de première instance de Porto-Novo. Alors que d’aucuns s’attendaient à voir les deux prévenus présentés au procureur de la République puis l’affectation du dossier à un juge d’instruction pour la suite de l’affaire, c’est plutôt à une procédure de comparution immédiate qu’on a eu droit. Tout a été fait très rapidement. L’audience a commencé à 18h30mn et a duré jusqu’à 19h45mn où le débat a été clôturé après les dépositions des deux prévenus, les réquisitions du ministère public et la plaidoirie des avocats. Une suspension sera ensuite observée pour permettre au tribunal de céans de se retirer pour délibérer.

Tous complices du drame ?

Au retour du délibéré à 20h 49m, le président de céans annonce le verdict du jugement. Oloyé, propriétaire du camion et des marchandises a écopé de la lourde peine par rapport à son chauffeur qui a obtenu six mois de moins que lui. Le tribunal n’a pas trop suivi ainsi les réquisitions du ministère public qui a retenu contre chacun d’eux la peine de trois ans d’emprisonnement ferme pour homicide involontaire, incendie involontaire et blessures involontaires à l’endroit du chauffeur Nicolas Tankpinou Alodégnon et complicité des trois chefs d’accusation en plus de trafic illicite de produits pétroliers contre Joseph Midodjiho alias Oloyé. Les deux prévenus ont été défendus par les Maîtres Raphaël Hounvènou, Saturnin Agbani et Hervé Soukpon. Ils ont battu en brèche les réquisitions du procureur de la République surtout en ce qui concerne les délits de complicité d’homicide involontaire, d’incendie involontaire et de blessures involontaires retenus contre leur client Oloyé. Selon eux, s’appuyant sur la jurisprudence, il ne saurait y avoir de complicité dans un délit involontaire. Le tribunal de céans leur donnera par la suite raison lors du délibéré. Mais les avocats ont plaidé en revanche coupable pour le délit de trafic illicite de produits pétroliers ; tout en invitant le tribunal de céans à tenir compte du contexte social de cette activité qui nourrit des milliers de personnes au Bénin et du jeu des politiques dont la complaisance dans la lutte contre ce commerce illicite a conduit à ce drame qu’on déplore aujourd’hui. « Cette audience interpelle tout le monde. Nous sommes tous complices du drame », insiste la défense qui considère Oloyé qui exerce cette activité depuis 48 ans comme un cobaye. La sentence du juge tombée, les deux prévenus ont été embarqués aussitôt par la police en direction de la prison. Le tribunal de première instance de Porto-Novo et ses alentours étaient hautement sous surveillance policière. Un dispositif spécial de sécurité a été pris pour prévenir certainement un éventuel soulèvement compte tenu surtout du statut d’Oloyé qui n’est pas n’importe qui dans le secteur de vente des produits pétroliers de contrebande.    

LIRE AUSSI:  Lagune de Cotonou : Des travaux confortatifs sur la berge ouest