Affaire meurtre de fidèles de Banamè à Porto-Novo: Le juge convoque Daagbo et le pape Christophe XVIII

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Affaire meurtre de fidèles de Banamè à Porto-Novo: Le juge convoque Daagbo et le pape Christophe XVIII


Le tribunal de première instance de première classe de Porto-Novo connaîtra, demain jeudi 21 septembre, de l’affaire de meurtre et de pratique de charlatanisme pour laquelle sont mis sous mandat de dépôt à la prison civile de Porto-Novo, quatre prêtres de l’église de Banamè.

LIRE AUSSI:  Célébration de la Tabaski: Les fidèles musulmans reconnaissants à Dieu à Akpakpa

De sources judiciaires, le juge en charge de l’instruction du dossier a convoqué les deux premiers responsables de cette confession religieuse. Il s’agit de dame Parfaite dite ‘’Daagbo, Dieu Esprit saint’’ et du sieur ‘’pape Christophe XVIII’’. Ils sont invités à comparaître devant le juge demain pour permettre à ce dernier d’approfondir ses enquêtes. Ils vont donner leur version des faits sur le dossier pour la manifestation de la vérité. Après leurs auditions, il reviendra au juge de décider de leur sort, c’est-à-dire soit de les inculper ou de les laisser retourner chez eux.
Pour rappel, un drame est survenu le dimanche 29 janvier dernier à Porto-Novo, et a fait six morts, tous des personnes se réclamant fidèles de l’église de Banamè. Ils sont décédés par asphyxie suite à un rituel qui leur serait exigé par des responsables de cette secte pour leur permettre d’échapper à la mort liée à une prétendue fin du monde. Le rituel s’est déroulé dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 janvier dernier et a consisté à jeuner, à s’enfermer dans une chambre close et embaumée d’un encens spécial, à fermer les yeux, et à prier avec une bougie préparée pour la circonstance. C’est donc au cours de ce rituel que certains de ces fidèles appartenant à plusieurs familles sont tombés dans le coma ; certains sont décédés par asphyxie après inhalation du monoxyde de carbone. Les victimes ont été recensées à Porto-Novo, Adjarra et Adjohoun.
A la suite de ce drame, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Porto-Novo a ouvert une enquête ; laquelle a abouti, le 17 février dernier, à l’arrestation et au placement sous mandat de dépôt de quatre prêtres dont l’évêque à Porto-Novo de la secte, Théodoros Houngbédji. Ils sont poursuivis pour, entre autres chefs d’inculpation, meurtre et pratique de charlatanisme. L’instruction de l’affaire fait son petit bonhomme de chemin devant le juge qui a décidé d’écouter demain les deux premiers responsables de l’église, pour mieux situer les responsabilités. Soit Daagbo et le pape Christophe XVIII décident de ne pas répondre aux convocations du juge et obliger ce dernier à tirer les conséquences de droit de leur absence, ou ils se présentent d’eux-mêmes pour éclairer la religion du juge. En aucun cas, ils ne devraient se faire représenter, même pas par leurs avocats puisqu’il s’agit ici d’une procédure pénale où la responsabilité est individuelle. Que va-t-il alors se passer demain devant le juge ? La suite des faits va nous édifier?

LIRE AUSSI:  Insécurité à Parakou: Un policier tué lors d’une patrouille

Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau