Affaires fraude douanière, violence et voies de fait: Six ans de prison pour Mohamed Atao Hinnouho

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Affaires fraude douanière, violence et voies de fait: Six ans de prison pour Mohamed Atao Hinnouho


Le tribunal correctionnel de flagrant délit a rendu son verdict dans les deux dossiers de fraude douanière, violence et voies de fait pour lesquels le député Mohamed Atao Hinnouho est en détention depuis mai 2018. C’est à l’issue d’une audience au tribunal de première instance de première classe de Cotonou, ce mardi 6 novembre, en présence des avocats, parents et amis du député.

LIRE AUSSI:  Renforcement des patrouilles dans les corridors au Bénin : La police et la gendarmerie dotées de 30 véhicules pick-up

Le député Mohamed Atao Hinnouho est désormais fixé sur son sort dans les affaires de fraude douanière, violence et voies de fait pour lesquelles il est poursuivi. Il écope de soixante mois d’emprisonnement ferme, soit cinq ans dans le dossier fraude douanière. Un an de prison ferme pour acte de rébellion puis relaxe pure et simple pour violence et voies de fait sur agent dans l’exercice de ses fonctions. Concernant les dommages et intérêts, le député doit payer à l’Etat un milliard de francs Cfa et deux milliards à la Douane béninoise, soit un total de trois milliards contrairement à la demande de la partie civile qui a réclamé 32 milliards de dommages et intérêts lors de la précédente audience, à raison de 22 milliards pour la douane et 10 milliards pour l’Etat.C’est en substance le verdict rendu par le juge du flagrant délit, Rodolphe Azo.
Maître Aboubakar Baparapé, l’un des avocats du député, indique avoir dénoncé au prétoire tout l’arbitraire organisé dans ce dossier. « C’est un procès politico-judiciaire », a-t-il dit à sa sortie de l’audience. A en croire cet avocat militant des droits de l’Homme, le député Atao Mohamed Hinnouho a été condamné à tort au regard des arguments développés par les avocats. Il souligne qu’il fera appel après cet arrêt du juge.
Pour rappel, le député Mohamed Atao Hinnouho visé par une convocation du tribunal a été mis sous mandat de dépôt depuis le 3 mai 2018 après sa comparution au tribunal de première instance pour répondre des accusations portées à son encontre. Le député serait impliqué dans une affaire de faux médicaments. Le vendredi 27 avril 2018, il a été écouté au tribunal de première instance de première classe de Cotonou. A l’issue de l’audience, le juge des libertés et de la détention, Éric Marcel Ahéhéhinnou, a pris l’ordonnance de refus d’arrestation de député en exercice pour défaut d’autorisation préalable de l’Assemblée nationale ou de son bureau. Si cette décision devrait réjouir ses avocats, le député ne pouvait pas retourner chez lui, parce qu’il aurait été roué de coups par des agents en tenue civile dans le couloir du procureur de la République, selon ses déclarations. Ce dernier a fait appel au Samu pour l’évacuer en urgence au Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga (Cnhu-Hkm). Son transfert du Cnhu en prison est intervenu le 13 mai dernier. Un transfert effectué dans les règles de l’art selon les explications du procureur au moment des faits. La poursuite du député Atao Hinnouho sera conditionnée par la levée de son immunité. Ce qui a été fait le 24 juillet 2018. Après plusieurs audiences au tribunal, il est condamné à six ans de prison plus une amende de trois milliards.

LIRE AUSSI:  Disponibilité de l’énergie électrique en période de fêtes: Le ministre Jean-Claude Houssou informé des dispositions sécuritaires