Afrique de l’Ouest/Rapport Wendu 2018-2019 : tout sur les tendances de l’offre et de l’usage de drogues illicites

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Afrique de l’Ouest/Rapport Wendu 2018-2019 : tout sur les tendances de l’offre et de l’usage de drogues illicites

Rapport Wendu 2018-2019

Faciliter la programmation des actions, la prise de décisions politiques et la sensibilisation, nécessaires pour aborder les conséquences sociales, sanitaires et économiques de l’abus de substances et du trafic de drogues dans la région. Tel est le but du rapport Wendu 2018-2019 lancé par visioconférence ce mardi 14 septembre par la Commission de la Cedeao.

LIRE AUSSI:  Retard inquiétant dans la distribution des cartes d’électeur: Sacca Lafia fait part de ses appréhensions au président du Ces

Fournir aux décideurs les éléments nécessaires à la prise de décisions politiques et pratiques fondées sur des données probantes permettant d’aborder les conséquences sociales, sanitaires et économiques de l’abus d’alcool et de drogues. Tel est l’objectif du Réseau ouest-africain d’épidémiologie sur la consommation de drogues (Wendu, en anglais). A cette fin, le réseau collecte des données dans chaque site concernant certains aspects de l’offre et de la demande de drogues, contribue à identifier les évolutions dans la consommation de drogues et les tendances émergentes, et à les communiquer aux agences et organisations chargées des questions liées à la toxicomanie ou bénéficiant directement de l’acquisition d’informations sur la consommation de drogues. La finalité de cet exercice étant que des réponses nouvelles et adéquates concernant à la fois l’offre et la demande puissent être disponibles. Les données fournies par le Rapport Wendu contribuent aux politiques nationales et régionales, en ce sens qu’il permet d’évaluer efficacement les modes et les tendances de l’offre et de la demande de drogues, ainsi que les réponses régionales et nationales apportées à ce problème croissant. Ainsi, des actions mieux ciblées sont menées par les pays qui disposent de fait d’un mécanisme permettant de surveiller régulièrement l’ampleur du phénomène.
En effet, les conséquences accablantes de la consommation de drogues illicites et des troubles qui y sont liés dans la région ouest-africaine, tels que les comportements criminels, la pauvreté, la violence, les problèmes de santé graves et l’exclusion sociale, ont rendu nécessaire une approche coordonnée, axée sur la santé publique et interinstitutionnelle de la part des acteurs des secteurs de la santé et de la répression. Le rapport Wendu de 2018-2019, comme les précédents, lancé ce mardi 14 septembre, avec la présence en ligne d’éminentes personnalités de la Cedeao et d’experts de la question, fournit des indications claires sur le type d’interventions indispensables pour traiter de manière globale la menace de la consommation et du trafic de drogues dans la région. Ceci, grâce à un travail tatillon effectué par les points focaux Wendu mis en place par la Commission de la Cedeao, un réseau local de surveillance dans les Etats membres, en collaboration avec l’Onudc (l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le crime organisé (Onudc)) qui permet l’interprétation des données et la génération d’une base de données probantes pouvant faciliter le suivi-évaluation des interventions, ainsi que l’élaboration des politiques dans la région.
Réunion essentielle des experts techniques, le lancement du Rapport Wendu se veut un forum où les États membres de la Cedeao rendent compte de la situation de la consommation de drogues et de l’offre de drogues illicites dans leurs pays respectifs. Occasion propice d’indiquer les Lignes directrices et recommandations politiques aux États membres de la Cedeao et à la Mauritanie pour lutter efficacement contre la demande et l’offre de drogues illicites dans la région. La visioconférence de ce mardi, managée depuis Abuja où siège la Commission de la Cedeao, a connu la participation des points focaux nationaux Wendu des États membres de la Cedeao et de la Mauritanie; des représentants du Réseau Ouest-africain de la Société civile sur l’abus des drogues (Wancsa) ; des représentants du Réseau régional de journalistes pour la prévention du crime et le contrôle des drogues ; les partenaires au développement; les représentants des directions concernées de la Commission de la Cedeao et d’autres institutions de l’organisation régionale ouest-africaine.

LIRE AUSSI:  Reprise des cours dans le contexte du Covid-19: Les orientations du Memp pour une bonne rentrée