Afrique subsaharienne / Impact de la Covid-19: Une chute de 12,5 % des envois de fonds des migrants en 2020

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Afrique subsaharienne / Impact de la Covid-19: Une chute de 12,5 % des envois de fonds des migrants en 2020


La pandémie de Covid-19 n’a pas eu globalement grand effet sur les transferts d’argent des migrants vers leurs pays d’origine, mais l’écart est plus considérable en Afrique subsaharienne où est noté un repli de 12,5 %.

LIRE AUSSI:  Renforcement de la résilience face à la Covid-19: L’appui financier du Fmi entre en vigueur


Les envois de fonds officiellement enregistrés vers les pays à revenus faible et intermédiaire ont atteint 540 milliards de dollars en 2020, contre 548 milliards de dollars en 2019, soit une légère baisse de 8 milliards représentant à peine 1,6 % de moins. Ces chiffres émanent de la dernière édition de la Note d’information de la Banque mondiale sur les migrations et le développement.
Malgré la crise, les remises migratoires sont restées solides en 2020, avec un fléchissement plus faible que ce qui était annoncé. « La résilience des remises migratoires est remarquable, sachant que cet argent contribue toujours plus à la survie des ménages », fait remarquer Dilip Ratha, chef du Partenariat mondial pour les connaissances sur les migrations et le développement (programme Knomad) et auteur principal de la Note, cité dans un communiqué de presse de la Banque mondiale.
Les transferts de fonds ont progressé de 6,5 % en faveur de l’Amérique latine et des Caraïbes, contre 5,2 % pour l’Asie du Sud et 2,3 % pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Mais la situation inverse est observée dans les régions Asie de l’Est-Pacifique (-7,9 %), Europe-Asie centrale
(-9,7 %) et en Afrique subsaharienne (-12,5 %).
En ce qui concerne l’Afrique subsaharienne où la Banque mondiale avait projeté une chute initiale de 9 % des envois de fonds des migrants vers leurs pays d’origine, les analystes expliquent l’effondrement des flux par le plongeon de près de 28 % des envois destinés au Nigeria.
Dans la perspective du rebond attendu de la croissance mondiale en 2021 et 2022, les remises migratoires vers les pays à revenus faibles et intermédiaire devraient augmenter de 2,6 % en 2021, à 553 milliards de dollars, puis de
2,2 % en 2022, à 565 milliards, selon la Banque mondiale.
Le tarif moyen pour l’envoi de 200 dollars reste élevé : 6,5 % au quatrième trimestre de 2020, soit plus du double de la cible de 3 % fixée dans les Objectifs de développement durable (Odd). L’Afrique subsaharienne reste la région la plus chère avec un taux moyen de 8,2 %, tandis que l’Asie du Sud affiche le coût le plus faible: 4,9 % .

LIRE AUSSI:  Lutte contre la Covid-19 à Banikoara: La mairie distribue plus de 3 000 masques aux candidats aux examens