Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers: Le nouveau Conseil d’administration installé

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers: Le nouveau Conseil d’administration installé


Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Sacca Lafia, a procédé ce mardi 7 janvier à l’installation officielle des membres du Conseil d’administration de l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers (Abegief). Ils sont chargés d’orienter, de contrôler et d’accompagner les structures en charge de la gestion des espaces frontaliers.

LIRE AUSSI:  Rencontre avec des Béninois de la diaspora: Talon apporte des solutions aux préoccupations des Béninois de Chine

Le nouveau Conseil d’administration de l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers (Abegief) est officiellement installé dans ses fonctions. C’est le décret 219/518 du 20 novembre 2019 qui consacre sa nomination. Sept membres au total dont une femme, ils sont investis des pouvoirs les plus étendus pour agir au nom de l’agence ou autoriser tous les actes ou opérations relatives à son objet social.
Ils ont pour noms, Delphin Tokpon, représentant le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique et présidente du Conseil d’administration, Olola Vieyra, représentant la présidence de la République, Yacoubou Amadou, représentant le ministre du Plan et du Développement, Rodrigue Tchaou, représentant le ministère de l’Economie et des Finances et Alain Ayadokoun, représentant le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, le colonel Fructueux Gbaguidi, représentant le ministre de la Défense nationale et Oumarou Lafia Bakary, représentant l’Association béninoise des communes frontalières. Ils sont nommés pour un mandat de trois ans renouvelable une seule fois.
La tâche qui leur incombe est énorme. Le Conseil d’administration a en charge, entre autres, de « proposer au gouvernement les grandes orientations de la politique nationale de développement des espaces frontaliers, d’adopter les programmes d’actions conformément à la loi d’orientation et de programmation de l’Abegief et aux objectifs de développement et de sécurisation des espaces frontaliers, d’approuver les rapports d’activités du directeur général…», explique Marcel Ayité Baglo, directeur général de l’agence.
Les nouveaux administrateurs ne doivent pas perdre également de vue les conflits sécuritaires qui menacent la sous-région en proposant des actions conséquentes. « Notre sous-région est dans une situation extrêmement grave liée à la montée de l’extrémisme violent. Ce qui la caractérise, c’est la marginalisation, l’oubli et le faible développement de ses espaces frontaliers », souligne-t-il.

LIRE AUSSI:  Comparution exigée de Sébastien Ajavon et Cie à la Criet: Les avocats des prévenus s’insurgent !

Finalité

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Sacca Lafia renchérit : « Notre sous-région est en proie à l’insécurité grandissante entretenue par l’extrémisme violent dans les pays du Sahel et du bassin du lac Tchad. Ce phénomène puise ses sources dans de nombreux facteurs qui varient en fonction des contextes ». C’est fort de ce constat que le ministère de l’Intérieur à travers l’Abegief met en œuvre des actions dont la finalité est la sécurisation des espaces frontaliers. Le rôle des administrateurs est d’appuyer toutes les actions pouvant concourir à la paix au niveau des espaces frontaliers qui subissent des menaces.
Il se dit satisfait du bilan à mi-parcours de l’agence qui œuvre beaucoup au renforcement des espaces frontaliers au Bénin à travers la création de l’Unité de surveillance des frontières, la construction d’infrastructures de sécurité, la récupération de villages jadis sous administration des pays voisins.
L’Abegief se distingue aussi sur le terrain du social à travers « l’accroissement de l’offre de services de base aux populations frontalières à travers la fourniture d’eau, la construction de modules de classe, les consultations médicales foraines, le désenclavement des villages et hameaux, l’autonomisation des femmes, la fourniture des équipements roulants aux forces de sécurité et de défense ».Ces réalisations ont fortement contribué à renforcer le sentiment d’appartenance de ces zones autrefois considérées comme abandonnées. Davantage d’attention est attendue du Conseil d’administration pour renforcer ces acquis en vue de la sécurisation des espaces frontaliers au Bénin.

LIRE AUSSI:  Rencontre avec des Béninois de la diaspora: Talon apporte des solutions aux préoccupations des Béninois de Chine