Agenda 2020 du numérique et de la digitalisation: La majorité des activités exécutée malgré le coronavirus

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Agenda 2020 du numérique et de la digitalisation: La majorité des activités exécutée malgré le coronavirus


En dépit de la pandémie du coronavirus, la plupart des activités inscrites dans l’agenda 2020 du numérique et de la digitalisation ont été réalisées. Sous l’égide d’Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation, ces projets, déclinés autour de l’accélération du déploiement de l’internet, l’appui aux start-up, l’installation des salles numériques, la dématérialisation de l’administration et autres, ont permis le développement des infrastructures numériques et des services et systèmes d’information sécurisés.

LIRE AUSSI:  Douloureuse explication entre militaires à la base aérienne de Cotonou hier :Le sergent Roméo Glessou élimine le lieutenant Michel Houéssou avant de s’abattre

Les grands projets inscrits dans l’agenda 2020 du numérique et de la digitalisation lancés, en février dernier, ont été réalisés dans leur majorité malgré la pandémie du coronavirus.
Attaché à sa vision de faire du Bénin la plateforme numérique de l’Afrique de l’Ouest, le gouvernement du président Patrice Talon a poursuivi les investissements dans ce secteur sous la dynamique d’Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation. De l’accélération du déploiement de l’internet fixe haut et très haut débit dans les entreprises et les foyers par les Fournisseurs d’Accès internet existants à l’opérationnalisation du Fonds d’Appui à l’entre-preneuriat du numérique, en passant par l’installation des salles numériques dans les établissements d’enseignements secondaires et supérieurs, le projet intégré de transformation numérique des régions rurales (Pitn2r) et la dématérialisation des formalités d’obtention de certaines pièces administratives, plusieurs chantiers ont été exécutés l’année écroulée.
En effet, 2020 a démarré sur les chapeaux de roue avec le lancement le 26 mars du portail national des services publics. Accessible sur le site www.service-public.bj, il simplifie et facilite les démarches administratives aux usagers grâce au numérique. Preuve de la volonté du gouvernement de rapprocher les usagers de l’administration, cette plateforme donne accès aux informations relatives à plus de 250 services publics. Depuis onze mois, les usagers de l’administration publique ont accès à des e-services comme l’Extrait du registre du commerce, du permis de construire, du certificat de nationalité, attestation de prise en charge, attestation d’affiliation du Fonds national des retraités du Bénin, l’attestation de jouissance de droit de pension et autres.
Face au Covid-19, le gouvernement a autorisé au mois de mai la mise en place de la plateforme e-learning https://etudiant.bj en vue de permettre aux étudiants des universités publiques du Bénin de suivre les cours en ligne. Lancée en juillet, la plateforme e-résultats permet aux candidats aux différents examens et concours d’avoir leurs résultats et leurs relevés de notes plus facilement en ligne. A tout ceci s’ajoutent la plateforme du répertoire électronique des sûretés relatives aux personnes physiques et morales et les initiatives privées grâce aux différents allègements du gouvernement. Les risques pour les populations de payer des faux frais lors de l’accomplissement des formalités d’établissement des passeports et du casier judiciaire sont écartés depuis le 29 juillet 2020 avec le lancement des e-services passeports et e-casier judiciaire. Pour un meilleur usage de ses services, l’Agence des Services et Systèmes d’Information (Assi) a organisé des formations au profit des points focaux des guichets uniques du certificat de nationalité du tribunal de première instance de Cotonou, les juges délégués ainsi que les points focaux des guichets uniques du permis de construire des mairies de Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi et Parakou.
Déterminé à offrir des services d’accès à internet, aux ressources et aux contenus numériques aux populations afin de réduire la fracture numérique, le gouvernement a mis en place trois points numériques communautaires haut débit à Tanguiéta, Sèmè-Kpodji et Toucountouna en décembre dernier. L’élaboration des lignes directrices pour l’intégration du numérique dans les plans communaux de développement en vue d’associer davantage les autorités et les populations à la base à l’usage du numérique est effective depuis l’année dernière.

LIRE AUSSI:  Sécurité alimentaire au Bénin : L’approche chinoise de production de maïs adoptée à Ifangni

Sécurisation des services numériques

Avec le développement des services numériques et leur utilisation largement répandue, le gouvernement a fait un pas de géant en octobre dernier en matière de sécurisation du cyberespace béninois en adoptant en Conseil des ministres le décret portant attributions, organisation et fonctionnement de l’organe de contrôle des prestataires de services de confiance numérique en République du Bénin. Ce faisant, il a favorisé l’opérationnalisation de cette structure. Nommés par décret 2020-488 du 7 octobre 2020, les membres du comité de qualification des prestataires de services de confiance de l’organe de contrôle des prestataires de services de confiance numérique en République du Bénin ont été installés par Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation en respect du code du numérique en République du Bénin le 7 décembre dernier.

La mission a été assignée à certains cadres chevronnés du secteur. Il s’agit de Laurent Marc Layimola, Ouanilo Jérôme Médégan, Serge Laurent Adjovi, Aristide Adjinacou, Olayemi Ahouanmènou, Landry Zola, Claude Olympio et Hervé Coovi Guèdègbé qui ont pour mission de créer les conditions équitables pour tous les prestataires de services de confiance numérique, et de renforcer la confiance des consommateurs lors de l’usage des outils, écrits et transactions électroniques. Leur rôle est d’analyser les rapports d’évaluation de conformité des prestataires de services de confiance, d’informer les autres organes de contrôle en particulier et le public en général, de toutes atteintes à la sécurité ou des pertes d’intégrité des données, de procéder à des audits et évaluations de conformité des prestataires de services de confiance qualifiés et d’accorder ou de retirer le statut « qualifié » aux prestataires de services de confiance et aux services qu’ils fournissent.

LIRE AUSSI:  Mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement:Des jeunes entretenus sur les réformes et résultats

Soutien aux start-up

Prévu dans l’agenda 2020 du numérique et de la digitalisation, le soutien aux start-up en phase d’amorçage ou ayant besoin de fonds de contrepartie à travers l’opérationnalisation du Fonds d’Appui à l’Entrepreneuriat du Numérique (Faen) a été une réalité avec le lancement du financement Oumandera le 9 octobre dernier. Cette initiative vise à aider les jeunes entreprises à démarrer une nouvelle phase du développement de leurs activités en saisissant les nouvelles opportunités qu’offre le numérique. Le Faen s’inscrit dans la vision du gouvernement du Bénin d’asseoir un écosystème viable et solide pour l’entrepreneuriat numérique.

Le gouvernement entend créer un environnement d’innovation pour les jeunes pousses du numérique, mettre à leur disposition des outils et ressources favorisant leur transition vers des entreprises prospères et durables et améliorer la visibilité nationale et internationale des start-up béninoises. Le financement Oumandera est destiné également aux jeunes pousses capables de fournir un service ou un produit numérique et faisant une utilisation quantifiable et substantielle de technologie numérique dans la chaîne de valeur dans des secteurs tels que l’agriculture, la santé, le tourisme, l’éducation, les finances, etc. A côté de ces initiatives en faveur des jeunes, toutes les activités habituelles dont la Semaine du numérique se sont déroulées dans le respect des gestes barrières.

Partage des connaissances par le numérique

Dans le secteur de l’éducation, en plus des salles numériques, la connectivité haut débit sur 10 sites universitaires favorables est une réalité, depuis décembre dernier, avec le lancement du Réseau béninois d’Education et de Recherche (Rber). Les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé, de l’Ecole nationale de l’Economie appliquée et du Management, de l’Ecole normale supérieure de Porto-Novo (Ens) et de l’Institut de Mathématique et des Sciences Physiques de Dangbo bénéficient des services de cette infrastructure. A travers ce réseau, le gouvernement du président Patrice Talon offre l’opportunité à plus de 90 000 étudiants d’avoir accès à internet, à la documentation, aux cours en ligne et au savoir en général dans les mêmes conditions que leurs camarades des prestigieuses universités d’Europe et d’Afrique interconnectées. Toutes choses qui ouvrent nos universités aux centres de recherche et au monde pour favoriser le partage de connaissances à travers le numérique.

LIRE AUSSI:  Escroquerie sur fond d’usage de faux dans le Couffo: Plus de 6,4 millions francs CFA récupérés

La Tnt bientôt une réalité

Depuis octobre 2020, plusieurs actions ont été posées en vue de l’avènement de la télévision numérique terrestre au Bénin dans les prochains mois.
En effet, après l’acquisition et l’installation des équipements pour la collecte, la transmission et la diffusion des signaux numériques, la mise en place du cadre juridique et du plan de communication, le gouvernement a retenu l’option dite « Free to air »
pour permettre aux populations de s’approvisionner librement en décodeurs et accessoires de réception auprès des distributeurs. Une modalité qui offre l’avantage d’un signal non crypté, avec des programmes de base « en clair », c’est-à-dire accessibles gratuitement. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a prévu des mesures d’accompagnement et d’encadrement telles que l’exonération des droits de douane et de la Tva, l’obligation d’homologation, ainsi que la fixation d’un prix plafond pour la vente des décodeurs et équipements de réception d’entrée de gamme. Aussi, une note stratégique relative au lancement de la Tnt au Bénin a été approuvée et les ministres concernés ont été instruits pour accomplir toutes les diligences nécessaires. En vue de l’exécution de cette feuille de route, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a rencontré les différentes parties impliquées dans la mise en œuvre de ce projet phare du gouvernement à savoir le président de la Haac, les opérateurs économiques, les prestataires des organes de presse et autres.