Amélioration de l’accessibilité des communications électroniques et de la poste: Le gouvernement met les bouchées doubles

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Amélioration de l’accessibilité des communications électroniques et de la poste: Le gouvernement met les bouchées doubles


La ministre du Numérique et de la Digitalisation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, a procédé, ce mardi 15 octobre, au lancement de l’étude visant à améliorer l’accessibilité des communications électroniques et de la poste pour tous au Bénin. Il s’agit d’en faire bénéficier équitablement à toute la population.

LIRE AUSSI:  Préfectures du Zou et des Collines: Firmin Kouton et Donatien Nonhouégnon prennent fonction

Le Bénin accélère les pas vers l’amélioration de l’accessibilité des communications électroniques et de la poste. C’est à travers un contrat signé avec l’Alliance pour un internet abordable (A4AI) en vue de stimuler la connectivité et les usages numériques. Cette dynamique est portée par l’Agence béninoise du service universel des communications électroniques (Absu- Cep) et l’Agence pour le développement du numérique (Adn) sous le leadership de la ministre du Numérique et de la Digitalisation.
Tout en relevant quelques disparités dans le secteur, le directeur général de l’Absu-Cep, Emile Kougbadi, souligne l’urgence d’agir au profit du secteur. «La plupart des opérateurs de réseaux mobiles et fournisseurs d’accès internet sont en retard sur leurs obligations de couverture; ce qui accentue la fracture numérique dans le pays. Pendant ce temps, dans les secteurs de l’Education, de la Santé, de l’Agriculture,… les défis du numérique sont énormes », évoque-t-il.
En dépit des initiatives fortes du gouvernement ces dernières années, une grande partie de la population reste sans accès internet. Le tableau qu’il peint révèle de nombreux gaps à combler. «La couverture internet mobile 3G de la population avoisine 60 %, le taux de pénétration internet est de
48,02 %», dévoile-t-il, se référant aux statistiques de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep).
S’agissant des services postaux et financiers, la pénétration est encore plus faible au regard des normes de l’Union postale universelle: « un bureau de poste pour trente-cinq mille habitants », révèle-t-il.
L’étude relative à l’amélioration de l’accessibilité des communications électroniques et de la Poste au Bénin se veut une boussole pour agir en faveur de toutes les populations béninoises. Elle s’inscrit dans la dynamique du gouvernement au profit du secteur du numérique et ambitionne de promouvoir l’accès universel à internet, aux usages numériques et aux services postaux.
Selon la ministre du Numérique et de la Digitalisation,
Aurélie Adam Soulé Zoumarou, le réseau postal représente un potentiel majeur pour tous les Béninois quels que soient leur situation géographique et leur secteur d’activité. Elle souligne que le numérique tout comme la poste sont des leviers indispensables pour le développement rural, inclusif et durable.

LIRE AUSSI:  Grogne dans le secteur de l'éducation: L’Intersyndicale de la maternelle et du primaire menace

Des enjeux incommensurables

Les enjeux liés à l’accessibilité des communications électroniques et de la poste sont énormes et illimités. « Le seul fait d’avoir accès à un réseau de communication électronique mobile ou fixe, haut débit ou très haut débit ouvre la voie à un ensemble de possibilités qu’on ne saurait quantifier », assure-t-elle.
La liste des enjeux n’est pas exhaustive: « Grâce au déploiement d’une salle multimédia, les élèves peuvent avoir accès à des ressources scolaires…. Nos mères et nos sœurs peuvent accéder à la microfinance mobile grâce au déploiement d’un réseau mobile dans leurs communautés afin d’améliorer leurs revenus », apprécie la ministre. Idem pour les producteurs qui accèdent facilement aux informations dans le secteur agricole pour améliorer leur productivité grâce aux communications électroniques.
Au regard de ces atouts, il importe d’agir pour éviter les disparités et améliorer l’existant. « Il n’y a pas de raisons que des contrées du Bénin soient privées des communications électroniques et du réseau postal. Quand on a pris le pari d’améliorer l’accessibilité et le développement des usages pour toute la population, on ne peut que rechercher des stratégies pour l’intensifier », tranche Aurélie Adam Soulé Zoumarou, pour justifier la pertinence de la présente étude avec A4AI en vue d’améliorer l’accès, la connectivité, les usages numériques.  
Le projet est dans sa phase active et s’étendra sur quatorze mois. Dans ce cadre, A4AI établira un diagnostic du secteur des Tic ainsi que son cadre politique et réglementaire. Son appui permettra au Bénin d’évoluer efficacement sur le chantier de l’accès universel de l’internet à tous les Béninois.