Amélioration de la formation et de la recherche dans l’enseignement supérieur: L’Uemoa en tournée dans les Universités du Bénin

Par LANATION,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Amélioration de la formation et de la recherche dans l’enseignement supérieur: L’Uemoa en tournée dans les Universités du Bénin


Les universités du Bénin (publiques comme privées) ont reçu, du 11 au 17 juin dernier, la visite du Bureau de la Représentation de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Loin d’être une simple randonnée, cette visite de l’institution économique et monétaire sous-régionale dans ces pôles de connaissances académiques béninoises permet un réglage dans la formation et surtout dans la recherche pour un arrimage aux standards internationaux en vigueur.

LIRE AUSSI:  5 ans de propagation de chance: Chacun a besoin d’un peu d’aide

Mettre en évidence ses réalisations et réformes afin d’anticiper sur les projets qui sont les siens, tel est l’objectif de la visite de la délégation de l’Uemoa dans les universités du Bénin. De l’université d’Abomey-Calavi à celles de Parakou, Kétou en passant par l’Ucao et Abomey, le discours et les communications ont été les mêmes. Informer les étudiants et enseignants des universités du Bénin des nouvelles dispositions de l’Uemoa pour faire de l’enseignement supérieur un facteur d’amélioration, de compétitivité à travers la disponibilité d’une offre régionale de formation et de recherche de qualité conforme aux normes internationales en vugueur.
L’Uemoa, quant à ses réalisations dans la sphère académique béninoise, peut se targuer d’une série d’activités dont le Programme de soutien à la formation et à la recherche de l’excellence (Bourses en Master et fin de thèse à des étudiants de -35 ans); la Formation suivie dans des Instituts d’enseignement publics ou communautaires de l’Union; le Programme d’appui et de développement des Centres d’excellence régionaux (Pacer), l’accompagnement de la mise en œuvre du Lmd; le projet de renforcement des Tics pour la réforme Lmd; le projet d’appui à l’assurance qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche dans l’espace Uemoa avec le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) et l’harmonisation du Baccalauréat au sein de l’espace Uemoa.
Les étudiants des universités béninoises appelés à faire une formation académique moderne à la pointe des Nouvelles technologies ont apprécié à sa juste valeur cette tournée de l’Uemoa et ont surtout exprimé leur satisfaction quant à la fréquence de telles initiatives.
Selon les propos des différentes autorités rectorales et académiques, l’Uemoa aura fait œuvre utile à travers cette tournée. Celle-ci aura permis aux recteurs et enseignants des universités visitées de replonger dans l’univers de l’institution d’intégration régionale. Les communications et échanges ont permis aux différents acteurs de nos universités de saisir la quintessence des activités et dispositions qui meublent le quotidien de l’Uemoa.

LIRE AUSSI:  Lancement officiel des activités de l’Ong Wodyfa: Une synergie d’actions pour le bien-être des familles

Des perspectives

Pour Gauthier Biaou, recteur de l’Université de Kétou, «il faut surtout que de telles initiatives se poursuivent pour le développement de nos nations et l’intégration sous-régionale sur fond de performances académiques» sous toutes ses formes.
Par rapport aux réalisations et projets, Yawovi Batchassi, Représentant résident de la Commission de l’Uemoa au Bénin a, sur la base de son expérience personnelle, montré aux étudiants le vide d’intégration qui existait avant la création de l’institution en 1994 par huit Etats côtiers et sahéliens, liés par l’usage d’une monnaie commune et partageant des traditions culturelles communes. Il a ensuite insisté sur les avancées du processus d’intégration régionale évoquant les convergences des politiques économiques, l’harmonisation des législations en matière économique, fiscale, la construction de marché commun, des projets et programmes en cours au Bénin (programme Bid-Uemoa d’hydraulique et d’assainissement en milieu rural, le projet d’appui à la structuration de la filière riz, l’aménagement de 100 ha de périmètres à des fins agro-sylvo-pastorales, …)
Ces projets, programmes et réalisations, selon lui, sont possibles grâce à un système institutionnel bien structuré avec entre autres une Commission, une Cour de justice, une Cour des comptes, un Comité interparlementaire, etc.
Abordant les perspectives, Yawovi Batchassi a cité la nouvelle feuille de route de la Commission pour la période 2021-2025, le nouveau plan stratégique de la Commission, les questions politiques, paix et sécurité.
Il est important de souligner que la cérémonie d’ouverture a été rehaussée par la présence du représentant du ministre de l’Economie et des Finances, Guillaume Dègan, de la représentante de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de l’archevêque de Cotonou, Mgr Roger Houngbédji sans oublier Mme Soglo Akpata, représentante du recteur de l’Université d’Abomey-Calavi.

LIRE AUSSI:  Développement de la filière semence au Bénin:Le document de politique nationale validé

Source : LE CADRE ECO