Amélioration de la santé des populations et atteinte des OMD: La responsabilité sociale des facultés de médecine au cœur d’un atelier

Par Sabin LOUMEDJINON,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Amélioration de la santé des populations et atteinte des OMD: La responsabilité sociale des facultés de médecine au cœur d’un atelier


Les doyens, vice-doyens des facultés de médecine de l’Afrique de l’Ouest ainsi que d’autres responsables intervenant dans le secteur de la santé, sont en conclave du 9 au 11 mai à Cotonou. Leurs assises portent sur la responsabilité sociale des facultés de médecine dans la sous-région.

LIRE AUSSI:  Dr Horace Degnonvi, spécialiste en épidémiologie : « Omicron est tellement contagieux… »

Analyser, proposer des initiatives liées à la responsabilité sociale des facultés de médecine, c’est entre autres le but des assises qui se tiennent à Cotonou et réunissent les cadres intervenant dans le domaine de la santé.

Selon certains spécialistes, la responsabilité sociale, c’est d’abord et avant tout d’assumer les conséquences de ses actes à court et à long termes. Quelle est alors celle des facultés de médecine en Afrique de l’Ouest? C’est autour de cette problématique que s’associent certains acteurs de la sous-région.
En intervenant à la cérémonie d’ouverture des travaux, le représentant de l’Oms au Bénin, Pierre M’pele Kilibou, a insisté sur l’impact des facultés sur les populations. Il a affirmé que cela fait l’objet de préoccupation pour l’Oms. Les facultés de santé sont de haut lieu du savoir, de la connaissance et de la recherche, du donner et du recevoir. Elles doivent envisager la réconciliation entre les enseignants, les étudiants, et la société dans laquelle ils vivent, enseignent ou font leurs recherches. Il ajoute que ces facultés doivent se prescrire la mission de contribuer à répondre aux défis de la santé de chaque société où elles se trouvent. «Une contribution qui ne peut se réaliser que si le partenariat et les synergies sont mutuellement bénéfiques pour le système», souligne t-il
Pierre M’pele Kilibou a ensuite révélé qu’en Afrique, le constat général sur la santé reste en deçà des espérances. De nombreux pays ont raté l’atteinte des Omd pour la santé, précise t-il, fondant néanmoins un nouvel espoir dans l’Objectif du Développement durable pour la santé, afin que d’ici à 2030 les pays africains aient accès aux soins et aux services de santé de qualité abordable pour envisager la couverture universelle. « C’est parce qu’il y a espoir que, toute initiative noble allant dans ce sens doit faire l’objet d’une attention particulière alors que la responsabilité sociale en santé doit être exploitée au mieux pour contribuer au développement sanitaire», a-t-il insisté.
Pour sa part, le représentant du ministre en charge de la Santé, le docteur Christian Chaffa, a fait remarquer que les assises se tiennent dans un contexte de réorganisation du système de santé du pays pour une couverture sanitaire plus efficace. Puis, il a rappelé les nombreux dysfonctionnements pour lesquels le gouvernement veut être appuyé par les institutions de formation des personnels de santé, la collaboration avec le Conseil national hospitalo-universitaire et les autres acteurs du développement pour entreprendre des réformes aux travers de négociations sociales avec le personnel de santé, le renforcement des plateaux techniques, des formations sanitaires, l’analyse d’un partenariat public-privé en faveur de la population. «Etre socialement responsable, c’est être comptable devant la société des actions que l’on entend mener en sa faveur », a indiqué le représentant du ministre de la Santé.
Il sera appuyé respectivement par le représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Médenou Daton, ainsi que le vice-recteur de l’Uac, Maxime da-Cruz qui ont soutenu le bien-fondé de l’initiative et ont exhorté à l’aboutissement d’un travail de qualité à la fin des travaux.

LIRE AUSSI:  Campagne nationale de repeuplement des plans et cours d’eau : Des eaux du Mono-Couffo reçoivent 40 000 alevins