Amélioration des conditions de travail de la Cbdh : Une ligne budgétaire prévue au projet du BGE 2020

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Amélioration des conditions de travail de la Cbdh : Une ligne budgétaire prévue au projet du BGE 2020


Les commissaires se réjouissent de la prise en compte de la Cbdh dans le Budget général de l’Etat gestion 2020

La Commission béninoise des Droits de l’Homme (Cbdh) accomplira son mandat dans de meilleures conditions dès l’année prochaine. Elle a été prise en compte par le gouvernement dans le projet de Budget général de l’Etat gestion 2020.

 

« Le gouvernement a entendu notre plaidoyer… Je suis heureux de vous annoncer que le cri de cœur a été entendu par le ministère de l’Economie et des Finances et que dans le projet de budget 2020 adopté par le gouvernement le mercredi 25 septembre, une ligne budgétaire a été accordée à la Commission », a annoncé le président de la Commission béninoise des Droits de l’Homme (Cbdh) Clément Capo-Chichi à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de la Cbdh pour le compte de l’année 2019. Une bonne nouvelle pour les commissaires qui connaissent des difficultés de fonctionnement dans l’accomplissement de la noble mission qui est la leur.

LIRE AUSSI:  Essai politique: Hugues Hector Zogo lance Patrice Talon, un chef d’Etat audacieux

Entrée en fonction le 28 décembre 2018 puis installée début janvier, la Commission béninoise des Droits de l’Homme (Cbdh) a démarré, sans grands moyens avec pour siège, un lopin d’espace dans le bâtiment du Centre de documentation et d’information juridique sis dans l’enceinte de la Cour d’appel de Cotonou. Mais cela n’a pas émoussé son ardeur. En dépit du manque de moyens, les commissaires ont pu mettre en place le service transitoire de réception et de traitement des plaintes qui a déjà reçu et traité plus d’une soixantaine de plaintes. Ce service est composé de trois commissaires qui ont été renforcés par trois volontaires des Nations Unies et deux experts juristes pour aider la Cbdh à remplir sa mission quasi judiciaire d’assistance aux personnes lésées dans leurs droits fondamentaux.

A noter qu’au cours de sa deuxième session ordinaire, les commissaires, avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement, sont renforcés par des experts sur l’agenda 2030 et les Objectifs de développement durable et sur l’agenda 2063 sur l’Afrique que nous voulons et le rôle des institutions nationales des droits de l’homme la Commission béninoise des Droits de l’Homme. Ils seront également outillés sur le nouveau mandat à eux confié par le gouvernement notamment la mise en œuvre du mécanisme national de prévention contre la torture. Cette session sera aussi l’occasion pour la Cbdh de faire le point de 9 mois de gestion et de traitement des plaintes et de 9 mois d’exercice conformément à la note programmatique prédéfinie.

LIRE AUSSI:  Fc Porto - Juventus : L’équipe de Cr7 menée dès la première minute

 

 

Les commissaires se réjouissent de la prise en compte de la Cbdh dans le Budget général de l’Etat gestion 2020

La Commission béninoise des Droits de l’Homme (Cbdh) accomplira son mandat dans de meilleures conditions dès l’année prochaine. Elle a été prise en compte par le gouvernement dans le projet de Budget général de l’Etat gestion 2020.

 

« Le gouvernement a entendu notre plaidoyer… Je suis heureux de vous annoncer que le cri de cœur a été entendu par le ministère de l’Economie et des Finances et que dans le projet de budget 2020 adopté par le gouvernement le mercredi 25 septembre, une ligne budgétaire a été accordée à la Commission », a annoncé le président de la Commission béninoise des Droits de l’Homme (Cbdh) Clément Capo-Chichi à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de la Cbdh pour le compte de l’année 2019. Une bonne nouvelle pour les commissaires qui connaissent des difficultés de fonctionnement dans l’accomplissement de la noble mission qui est la leur.

LIRE AUSSI:  Dégel de la crise sociale dans le secteur de l’éducation: Les enseignants vacataires suspendent leur grève

Entrée en fonction le 28 décembre 2018 puis installée début janvier, la Commission béninoise des Droits de l’Homme (Cbdh) a démarré, sans grands moyens avec pour siège, un lopin d’espace dans le bâtiment du Centre de documentation et d’information juridique sis dans l’enceinte de la Cour d’appel de Cotonou. Mais cela n’a pas émoussé son ardeur. En dépit du manque de moyens, les commissaires ont pu mettre en place le service transitoire de réception et de traitement des plaintes qui a déjà reçu et traité plus d’une soixantaine de plaintes. Ce service est composé de trois commissaires qui ont été renforcés par trois volontaires des Nations Unies et deux experts juristes pour aider la Cbdh à remplir sa mission quasi judiciaire d’assistance aux personnes lésées dans leurs droits fondamentaux.

A noter qu’au cours de sa deuxième session ordinaire, les commissaires, avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement, sont renforcés par des experts sur l’agenda 2030 et les Objectifs de développement durable et sur l’agenda 2063 sur l’Afrique que nous voulons et le rôle des institutions nationales des droits de l’homme la Commission béninoise des Droits de l’Homme. Ils seront également outillés sur le nouveau mandat à eux confié par le gouvernement notamment la mise en œuvre du mécanisme national de prévention contre la torture. Cette session sera aussi l’occasion pour la Cbdh de faire le point de 9 mois de gestion et de traitement des plaintes et de 9 mois d’exercice conformément à la note programmatique prédéfinie.

LIRE AUSSI:  Recrutement à la Fonction publique: La Commission de vérification des concours «frauduleux» se met au travail