Annulation du concours des conseillers pédagogiques 2020: Les lauréats en sit-in, Salimane Karimou désapprouve

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Le ministre des Enseignements maternel et primaire (Memp), Salimane Karimou, a désapprouvé, ce lundi, un sit-in organisé dans l’enceinte du ministère à Porto-Novo, par les lauréats au concours probatoire pour l’obtention du Certificat d’aptitude aux fonctions de conseiller pédagogique (Cafcp) session d’octobre 2020 dont les résultats provisoires ont été annulés pour raison de soupçons de fraude.

LIRE AUSSI:  Enseignement maternel et primaire: 17 640 diplômés des Eni et Epfi évalués


Recevant la motion des manifestants, il a fait savoir à ces derniers qui exigent l’abrogation de la décision d’annulation dudit concours et leur admission définitive, qu’un résultat provisoire n’est pas un droit acquis qu’on peut revendiquer. Le ministre a d’emblée levé cette équivoque. Selon lui, le groupe de mots : «Sous réserve de vérification les candidats dont les noms suivent sont déclarés admis par ordre de mérite » dans la note de service du directeur des Examens et Concours (Dec) du Memp qui proclame lesdits résultats veut tout dire. « Ce qui est provisoire peut être corrigé ou remis en cause à tout moment », insiste Salimane Karimou. Il s’étonne qu’un enseignant qui aspire aux fonctions de conseiller pédagogique, un corps d’élite de l’enseignement maternel et primaire, ne puisse pas comprendre cela. Il n’y a pas encore une décision d’admission définitive au concours. Laquelle n’interviendra qu’après la formation des 50 lauréats concernés. La mise en formation n’est pas encore faite. Il n’y a donc pas matière à revendiquer quoi que ce soit, martèle l’autorité ministérielle.
Pas de confusion à faire. Selon lui, même si une décision définitive était prononcée pour déclarer les lauréats admis, celle-ci peut être encore remise en cause si entre-temps il y a eu des soupçons qui sont avérés après investigations. Le ministère est en droit d’annuler une attestation d’admission définitive délivrée à un lauréat contre qui il y a eu des dénonciations fondées. Il rappelle aux manifestants que le Bénin est un Etat de droit. Les voies de recours existent. Ils peuvent saisir les instances compétentes pour se faire entendre s’ils estiment être brimés dans ce dossier.
Par ailleurs, le ministre des Enseignements maternel et primaire s’interroge sur les vraies motivations de ce sit-in. Puisqu’il dit avoir tenu sur la question plusieurs rencontres notamment avec les différentes organisations syndicales du ministère et les secrétaires généraux des confédérations et centrales syndicales du Bénin. Il a expliqué de long en large à chacun des partenaires sociaux du ministère les raisons de cette annulation et les conclusions des différentes commissions d’investigations mises sur pied à cet effet pour faire la lumière sur les soupçons de fraudes. Mieux, ce sit-in intervient alors que tous les lauréats concernés se sont déjà inscrits pour l’édition 2021 de ce concours probatoire. Le ministre se demande le but de la revendication des contestataires qui est désormais sans objet.
Il faut signaler que les manifestants ont été soutenus par la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa Bénin) d’Anselme Amoussou.

LIRE AUSSI:  Baccalauréat session de juin 2021: Alibori : 2206 candidats inscrits