Apport des Tic au secteur de la santé: Cotonou accueille la Cimsa 2018 du 18 au 22 juin prochain

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Apport des Tic au secteur de la santé: Cotonou accueille la Cimsa 2018 du 18 au 22 juin prochain


En prélude à la deuxième Conférence internationale des ministres de la Santé et des ministres de l’Economie numérique, sur la sécurité des soins en Afrique (Cimsa 2018) qu’accueille le Bénin du 18 au 22 juin prochain, le ministre de la Santé et son homologue de l’Economie numérique et de la Communication ont animé, ce mardi 12 juin à Cotonou, une conférence de presse. Les deux ministres ont expliqué à l’occasion, l’importance d’une telle rencontre et les attentes pour révolutionner le monde de la santé par le biais des technologies de l’information et de la communication (Tic).

LIRE AUSSI:  Lancement de l’ouvrage «Le Vidomegonat …» à Cotonou: La socialisation et la protection de l’enfance valorisées

La deuxième Conférence internationale des ministres de la Santé et des ministres de l’Economie numérique, sur la sécurité des soins en Afrique (Cimsa) se penchera sur la problématique de la gouvernance de la sécurité des patients et la gestion des risques dans les établissements de santé en Afrique. Elle est une initiative conjointe du ministère de la Santé et du ministère de l’Economie numérique avec l’appui technique du l’Organisation mondiale de la santé (Oms). La rencontre a fait l’objet d’une conférence de presse animée à Cotonou, ce mardi 12 juin, par les ministres Benjamin 

Hounkpatin de la Santé et Adam Aurélie Soulé Zoumarou de l’Economie numérique.
Elle portera sur le thème « L’apport du numérique dans l’amélioration de la performance des systèmes de santé en Afrique: quels enjeux pour la gestion de la sécurité des patients et le développement du tourisme médical ? ». De l’avis du ministre Benjamin Hounkpatin, elle se veut « une rencontre internationale de haut niveau» et permettra de mobiliser les décideurs des systèmes de santé en Afrique sur la nécessité de faire de la problématique de la sécurité et de la gestion des risques dans les établissements de santé, une question prioritaire dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques nationales de santé.
Le ministre de la Santé explique que « L’urgence de la mise en œuvre de stratégies appropriées pour faire face à la problématique de la qualité des soins et de la gestion des risques en milieux de soins en Afrique par les crises sanitaires successives que la sous-région a connu au cours de ces deux dernières décennies. Il cite à titre d’exemples la grippe aviaire, la maladie à virus Ebola, l’épidémie à virus Lassa… Il y ajoute aussi l’insuffisance de ressources humaines qualifiées, de matériels, la mauvaise organisation du travail et leurs impacts sur la mortalité chez le personnel de santé et les patients admis dans les services de santé. La conférence vise, poursuit-il, à attirer l’attention des autorités à tous les niveaux, sur la problématique de la gestion des risques et de la sécurité dans les établissements de santé publics et privés, afin de mettre en place des stratégies appropriées utilisant les technologies du numérique dans une perspective d’amélioration des plateaux techniques médicaux, du développement de la télémédecine et du tourisme médical dans les pays de l’Afrique.
Avant lui, le ministre Adam
Aurélie Soulé Zoumarou de l’Economie numérique, heureuse de la thématique retenue pour cette conférence, trouve qu’elle sera l’occasion de s’appesantir sur la problématique santé-numérique. Un mariage de plus en plus réussi pour les pays africains pour offrir les meilleurs soins aux patients, assure-t-elle. Et comme le Bénin est résolument engagé pour l’amélioration des conditions de vie des populations avec une place de choix pour le numérique, il s’est doté en novembre 2017 de la cyberstratégie de la santé. «Une fierté », exulte Adam Aurélie Soulé Zoumarou qui soutient que le Bénin appartient au cercle des rares pays de la sous-région à faire des technologies de l’information et de la communication (Tic) un outil au service des prestations d’ordre sanitaire. «Les Tics viennent booster l’apport des soins de qualité aux populations», conclut-elle, appréciant l’utilité, l’urgence et l’opportunité de la deuxième Conférence internationale des ministres de la Santé et des ministres de l’Economie numérique.

LIRE AUSSI:  Pénurie d’eau à Natitingou: Les populations se plaignent, le gouvernement rassure