Appui belge aux filières riz, anacarde et maraichage: Enabel évalue les acquis du Profi Vo

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Appui belge aux filières riz, anacarde et maraichage: Enabel évalue les acquis du Profi Vo


L’Agence belge de développement (Enabel) a organisé, jeudi 21 novembre, un atelier de partage des acquis du Programme d’appui au développement des filières agricoles (Profi Vo) dans quatre départements. Toutes les parties prenantes au projet prennent part à cet atelier qui se veut un moment de capitalisation des acquis, mais aussi de partage de bonnes pratiques dans une perspective d’amélioration.

LIRE AUSSI:  Tirage au sort de la Can 2019: Les Ecureuils du Bénin fixés sur leurs adversaires ce jour

L’Agence belge de développement (Enabel) a lancé son Programme d’appui au développement des filières agricoles (Profi Vo) en janvier 2016. Ce programme s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation du Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa). Il a pour objectif d’améliorer et de sécuriser la plus-value économique des exploitations familiales et des entreprises rurales à travers une intégration formelle dans des chaînes de valeur performantes, respectueuses des normes environnementales et sanitaires. Pour atteindre cet objectif, l’un des piliers fondamentaux du programme consiste à soutenir les projets portés par les opérateurs privés agricoles. A cet effet, le Fonds de financement des filières (Fff) a été mis en place pour financer les investissements qui visent à améliorer les productivités et la compétitivité des filières riz, maraîchage et anacarde dans les départements de l’Atacora- Donga et du Mono-Couffo.
Au total, dans le cadre du Profi Vo, 204 microprojets de production et de commercialisation et 59 projets relatifs à l’accès aux services de labour, aux intrants et à la transformation au profit de 12 communes dans le Mono-Couffo et 13 communes dans l’Atacora Donga ont été financés. Cet appui a impacté environ 9950 bénéficiaires dont 43 % de femmes pour un coût total estimé à un milliard huit cent quatre cinq millions de francs Cfa. Des acquis importants et de l’expérience capitalisée tout au long de la mise en œuvre dudit programme grâce à Enabel. Des acquis qui, de l’avis du responsable délégué du Profi Vo, méritent d’être partagés pour mettre tous les acteurs au même niveau d’information, d’où la pertinence de cet atelier. Atelier qu’il entrevoit comme un moment d’échange d’expériences et de bonnes pratiques. Pour lui, la fin de ce programme n’est qu’un prélude, au regard des résultats qui en sont issus pour pérenniser l’œuvre.
Mélanie Schellens, chef de la coopération à l’ambassade du Royaume de Belgique, est pour sa part sidérée par le travail. Elle souhaite que le travail puisse se poursuivre. Son vœu, c’est que la clôture du programme ne soit pas assimilée à sa fin. Faut-il le rappeler, le programme a travaillé sur plusieurs axes parmi lesquels la professionnalisation des exploitations familiales, la fourniture par les entreprises rurales de services de qualité accessibles aux exploitations agricoles des filières, la réalisation par les communes d’infrastructures structurantes de concert avec les acteurs des filières, l’amélioration de la gouvernance des filières à travers une meilleure articulation des acteurs.

LIRE AUSSI:  Ministère du Travail et de la Fonction publique: Adidjatou Mathys lance le Plan de travail annuel 2018

Les filières riz, anacarde et maraichage impactées

Pendant quatre ans, le Profi Vo avec l’ensemble des acteurs des filières riz, anacarde et maraichage, a facilité des processus, développé et mis en œuvre des approches et initié des actions dans de nombreux domaines en droite ligne avec les axes prioritaires du Psdsa, relève Jean-François Michel, représentant résident de Enabel. La professionnalisation des exploitations agricoles familiales, le développement d’une offre de services de qualité, l’appui aux communes dans les processus de planification et d’investissements dans le secteur agricole, le renforcement des acteurs et l’amélioration de la gouvernance des filières agricoles sont autant de domaines ayant bénéficié avec succès du soutien technique et financier du programme, souligne-t-il. Ce qui le réjouit surtout, c’est le lien avec les réformes voulues dans le secteur par l’Axe stratégique 4 du Programme d’action du gouvernement (Pag). Au nombre des actions qui y ont concouru, il retient la sélection des filières prioritaires à promouvoir, la spécialisation des régions dans la production à travers la délimitation des pôles de développement agricoles, la réorganisation du système d’encadrement des acteurs agricoles ayant abouti à la mise en place des Agences territoriales de développement agricole…
« Cette volonté de mener des actions qui auront un impact positif et durable sur les conditions de vie de la population béninoise tout entière, est partagée par la Belgique et fonde depuis bientôt vingt ans la coopération fructueuse entre le Royaume de Belgique et le Bénin, en particulier dans le secteur de l’agriculture », laisse entendre Jean-François Michel. A sa suite, Emmanuel Zinsou, au nom du ministère de l’Agriculture a invité à la capitalisation des bonnes pratiques et au développement des synergies nécessaires pour partager les acquis du programme.

LIRE AUSSI:  Clôture de la 2e session de la Cour d’assises de la Cour d'appel de Cotonou: Pour plus de professionnalisme et de noblesse