Après des jours de protestation à Natitingou : Reprise d’activité au niveau des dépôts de ciment

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Après des jours de protestation à Natitingou : Reprise d’activité au niveau des dépôts de ciment

Après des jours de protestation à Natitingou Reprise d’activité au niveau des dépôts de cimentComme ce dépôt de ciment de Natitingou, beaucoup d’autres ont rouvert leurs portes

Les dépôts de ciment de Natitingou ont repris leurs activités après quelques jours de protestation. Ces centres commerciaux ont fermé unanimement suite à la décision du gouvernement de baisser les prix de certains produits dont le ciment pour soulager les populations.

LIRE AUSSI:  Education inclusive: Handicap international a élaboré son plan de plaidoyer

Les dépôts de ciment de Natitingou ont rouvert leurs portes pour servir la population. Après quelques jours de protestation relativement à la décision du gouvernement de réduire les prix de certains produits de grande consommation, ces établissements commerciaux ont repris la vente pour servir les acheteurs au prix de 85 000 francs la tonne comme l’a exigé le gouvernement. Ce prix, faut-il le rappeler, a été l’objet de grande protestation dans les rangs des promoteurs de dépôts. Ces derniers ont unanimement décidé de fermer les dépôts pensant obtenir un consensus sur le prix de 105 000 francs auquel ils cédaient le ciment.
Ils l’ont martelé au cours d’une réunion, vendredi 25 mars 2022, à la direction départementale de l’Industrie et du Commerce de Natitingou. Cette séance initiée après le conseil des ministres du mercredi 23 mars qui fixe les nouveaux prix des produits de grande consommation a été une occasion pour les tenanciers de dépôts d’exprimer leurs inquiétudes. « Il ressort des interventions des uns et des autres qu’appliquer le prix de quatre-vingt-cinq mille francs fixé par le gouvernement engendrerait à leurs entreprises une perte de dix-sept mille sur la tonne au regard du prix d’achat à l’usine et du coût de transport actuel. A cet effet, une doléance a été faite pour que le gouvernement permette de vendre le stock actuel à cent cinq mille (105 000) francs pendant une période de deux mois au plus », détaille le compte rendu ayant sanctionné la rencontre entre les acteurs et la direction départementale de l’industrie et du commerce de l’Atacora-Donga. Cette doléance n’a pas reçu une suite favorable de la part de Rufus Sarè, directeur départemental de l’Industrie et du Commerce. Il a invité chaque distributeur à se conformer au prix de cession fixé par le gouvernement.

LIRE AUSSI:  Le mois de Ramadan: En attendant que Djougou se lâche