Après la restitution des trésors royaux : un plaidoyer pour le retour de 146 Afro-descendants

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Après la restitution des trésors royaux : un plaidoyer pour le retour de 146 Afro-descendants

Association_Mir_BeninAssociation_Mir_Benin

L’association internationale « Médiation internationale pour les réparations » (Mir-Bénin) a plaidé pour le retour de 146 Afro-descendants sur leur terre natale, à l’instar des objets d’arts. C’est à la faveur d’une rencontre tenue, jeudi 25 novembre dernier à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Exposition d’œuvres d’art : Hervé Alladayè présente sa «vision analytique d’un monde en crise»

C’est autour du thème «Restitution des œuvres d’arts, prélude du retour organisé des 146 afro-descendants au Bénin », que l’association « Médiation internationale pour les réparations » (Mir-Bénin) a réuni le public, jeudi 25 novembre dernier à Cotonou. L’objectif de ce colloque est de demander collectivement la naturalisation de 146 Afro descendants volontaires de retour au Bénin. La Mir-Bénin se veut être un outil juridique essentiel au service des Afro-descendants en leur permettant de se réapproprier leur mémoire et de maitriser leur destin avec les Africaines et Africains du continent.
En effet, après la restitution des trésors royaux d’Abomey, l’heure du droit au retour organisé et constitutionnalisé des Afro-descendants en terre béninoise a sonné, selon Akhsamiya Sandra Claire Martial, présidente de Mir-Bénin. La reconnexion terre-mère Afrique vient donc comme un pont pour Mir-Bénin, selon ses explications.

Mission et enjeux de la Mir-Bénin

Pour la Mir-Bénin, le retour des 146 Afro-descendants doit être une réalité, car selon elle, le sang appelle le sang. Mir-Bénin a alors pour mission, selon ses initiateurs, la promotion et l’organisation du retour et de l’accueil de la diaspora ou des personnes d’ascendance africaine au Bénin, la facilitation de la reconnexion des Afro-descendants à la terre africaine et le rétablissement des ancêtres déportés par l’abandon du qualificatif « esclave » au profit de «Africain réduit en esclavage ». Paul Akogni, directeur du patrimoine culturel du ministère, représentant le ministre en charge de la Culture et promet de transmettre le message des conférenciers à qui de droit. « Je souhaiterais que ces 146 personnes, et peut-être au-delà, soient ici sur la terre africaine. Les mots que vous avez sortis ainsi que ces magnifiques présents, je me chargerai fidèlement de les transmettre au ministre de la Culture et lui à son tour, se chargera de les transmettre au chef de l’Etat », rassure-t-il. Après avoir félicité et rendu hommage au président de la République pour la réussite de la démarche du retour à la maison des 26 trésors royaux d’Abomey, Mir-Bénin plaide pour la naturalisation et la réappropriation d’un nom africain par les Afro-descendants volontaires au retour au Bénin. « Nous souhaitons vivement une révision et une réforme du statut et des droits des Afro-descendants désireux de se réapproprier une identité africaine et pour la plupart de se réimplanter en Terre du Bénin en y apportant leurs compétences». Pour l’association, les dispositions concrètes doivent être prises pour leur ouvrir la voie et faciliter leur retour, leur réintégration, leur réinsertion, leur réimplantation et leur réhabilitation sur leur terre. Née soit dans une famille martiniquaise, soit guadeloupéenne, soit guyanaise, avec une nationalité française du fait de la déportation, les 146 Afro-descendants, à la faveur d’une lettre adressée à cette association, demandent aux ministères de la Culture et de la Législation un certificat de nationalité béninoise pour le retour au bercail.

LIRE AUSSI:  97e édition de Nonvitcha à Grand-Popo: Les innovations de la fête de retrouvailles des Xwla et Xwéla

Par Estelle VODOUNNOU (Stag.)