Après les maires et leurs adjoints : les réformes sur la gouvernance locale présentées aux députés

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Après les maires et leurs adjoints : les réformes sur la gouvernance locale présentées aux députés

Les réformes sur la gouvernance locale présentées aux députés

Conviée à un séminaire national, jeudi 23 septembre, au palais des Congrès de Cotonou, la représentation nationale a été entretenue sur les innovations majeures que le gouvernement projette d’apporter au fonctionnement des collectivités locales. Lesdites réformes ont reçu l’assentiment des députés qui ont fait tout de même des observations.

LIRE AUSSI:  Recensement administratif initial à vocation d’identification de la population (Ravip): Démarrage des opérations le 1er novembre prochain

Les députés adhèrent aux innovations à apporter par le gouvernement au fonctionnement des mairies. La réforme sur la décentralisation et la gouvernance locale que projette de mettre en œuvre le gouvernement plait bien aux députés qui ont été entretenus sur le sujet, jeudi 23 septembre à Cotonou. Réunis en séminaire national, les grands axes de cette réforme leur ont été présentés par Claude Olympio, coordonnateur de la cellule juridique de la présidence de la République, et président du comité de réforme. Avant lui, Pascal Irenée Koupaki, ministre d’Etat secrétaire général à la présidence de la République a expliqué le bien-fondé de cette réforme qui, dira-t-il, permettra de faire des 77 communes, des communes qui apportent le développement. Ce qui passe par l’amélioration des performances livrées jusque-là par les administrations locales. La création du poste de secrétaire exécutif dans les communes, le profil recherché, le mode de désignation, les attributions y afférentes, celles du maire, l’avènement des secrétaires administratifs pour les arrondissements, la confection de leurs budgets, les exigences faites à l’ordonnateur du budget, l’amélioration des conditions de vie et de travail des maires… sans oublier la question de la tutelle, la révocation du maire ou même du secrétaire exécutif de la mairie constituent autant de points abordés par le communicateur.
Comme il fallait s’y attendre, plusieurs députés dont certains ont déjà occupé le poste de maire ont donné de la voix pour des contributions, mais aussi pour remettre en cause certains aspects de cette réforme qu’ils ont jugés crisogènes. Ils ont notamment relevé les pouvoirs exorbitants des secrétaires exécutifs qui pourraient en venir à empêcher les maires ne provenant pas de leurs bords politiques de travailler pour le développement. Autre réserve, le fait de tirer au sort les secrétaires exécutifs dans la base du fichier national et les niveaux d’instruction exigés pour occuper le poste de secrétaire dans les mairies et les arrondissements.
A chacune de ces préoccupations, le communicateur a apporté des réponses pour rassurer les élus et leur réitérer l’ambition du gouvernement à travers cette initiative. Le président Patrice Talon s’est lui aussi prêté à l’exercice en apportant des précisions et clarifications aux députés quant à leurs craintes. Il va également insister sur le fait que les postes objet d’inquiétudes seront bien occupés par des jeunes et cadres béninois en quête d’emploi ou même déjà en fonction, si on y met les conditions et une rémunération conséquente. Il en sera de même pour les maires, leurs adjoints, les chefs d’arrondissement et même tous les conseillers. Etant des élus du peuple et appelés à travailler au développement du pays, le président Patrice Talon a une fois de plus insisté sur les conditions minimales à leur assurer. Ceci leur permettra de se concentrer sur l’œuvre de développement et évitera à l’Etat de perdre des ressources à travers les manœuvres frauduleuses ou les réparations des préjudices de la mauvaise gouvernance sur les populations.
Au terme des échanges, le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, dans une brève synthèse, s’est réjoui des avancées que connait cette réforme du fait des apports des députés. Pour ce qui est de leurs craintes, elles sont prises en compte et seront exploitées pour dynamiser la nouvelle charpente que souhaite le gouvernement pour la gouvernance locale.

LIRE AUSSI:  Recensement administratif initial à vocation d’identification de la population (Ravip): Démarrage des opérations le 1er novembre prochain