Après six semaines de formation à l’EPA : 14 archivistes du Burundi, du Rwanda et de la RDC reçoivent leurs parchemins

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Après six semaines de formation à l’EPA : 14 archivistes du Burundi, du Rwanda et de la RDC reçoivent leurs parchemins


L’Ecole du patrimoine africain (EPA) a remis vendredi 25 septembre dernier à 14 archivistes du Burundi, du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC) leurs parchemins après six semaines de formation. Cet atelier de renforcement des capacités a été organisé avec le soutien financier du Musée royal d’Afrique centrale (MRAC) et les Archives royales de la Belgique.

LIRE AUSSI:  «LatinAfrica» :Come-back et nouveau départ pour Laurent Hounsavi

Fin de formation à l’Ecole du patrimoine africain (EPA) pour 14 cadres, archivistes de l’Afrique centrale en l’occurrence du Burundi, du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC). Après six semaines de cours, ils ont renforcé leurs capacités pour améliorer la gestion des fonds d’archives de leurs pays respectifs. Une formation qui a été possible grâce à l’appui financier du Musée royal d’Afrique centrale (MRAC) et de la Coopération belge au développement. Les 14 archivistes ont reçu vendredi 25 septembre dernier les parchemins qui attestent leur formation à l’EPA.

Pour le coordonateur de la formation, Ismailou Baldé, cet atelier qui s’est déroulé du 17 août au 25 septembre dernier, s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des conditions de gestion des fonds documentaires de ces trois pays. Lesquels fonds se trouvent dans un état critique, selon des données du MRAC en 2010. Cette formation a permis donc aux 14 cadres des archives de ces trois pays de renforcer leurs capacités pour être aguerris à mieux gérer leurs fonds documentaires. Ainsi, pendant six semaines, précise-t-il, ils ont été outillés sur des enseignements spécifiques dans plusieurs thématiques telles que: «Les principes généraux en archivistique; la conservation, l’évaluation et le stockage des fonds d’archives; l’intervention, le traitement ainsi que le transport des supports et l’initiation à l’élaboration d’un plan de conservation préventive des archives».

LIRE AUSSI:  4es Grammy Awards de sa carrière: Angélique Kidjo, plus qu’une consécration

Des travaux pratiques

Au regard de la cible et des objectifs assignés à cet atelier, les participants ont eu droit à des travaux pratiques ainsi que des sorties de terrain pour mieux assimiler les enseignements à eux dispensés par des enseignants de haut niveau et d’experts africains et européens, a souligné Ismailou Baldé. Selon lui, la balle est désormais dans le camp des stagiaires qui doivent pouvoir bien la jouer à leur retour au bercail pour honorer les organisateurs de l’atelier à travers la mise en œuvre des actions positives en faveur des archives de leurs pays respectifs.
La représentante du Musée royal d’Afrique centrale, Mathilde Léduc, a félicité les participants pour tout leur sérieux pendant la formation qui s’inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud. Elle invite les 14 archivistes à se considérer comme des ambassadeurs pour le développement des archives des institutions de leurs pays respectifs. Mathilde Léduc a réitéré la détermination du Royaume de la Belgique à œuvrer pour l’amélioration des conditions de gestion des fonds documentaires de l’Afrique centrale.
Le directeur de l’EPA, Samuel Kidiba, dira que son école est toujours honorée de recevoir des Africains qui viennent à la rencontre du savoir sur la mémoire de l’Afrique. Il a rendu un hommage mérité à la coopération belge et au MRAC pour l’initiative de cette formation à l’endroit des 14 professionnels des archives. Le directeur de l’EPA invite les récipiendaires à aller semer, la bonne graine dans toutes leurs administrations et à partager les enseignements reçus pour le développement des archives de leurs pays et partout où ils passeront. Des invites qui ne sont pas tombés dans des oreilles de sourd. Les participants par la voix de leur porte-parole John Lékolo ont pris l’engagement de mettre en pratique les connaissances obtenues au cours de la formation tout au long de leur carrière pour sauver les archives de leurs pays.