Arts, culture et sports: Une nouvelle réglementation pour les manifestations

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Arts, culture et sports: Une nouvelle réglementation pour les manifestations


Le vent des réformes gouvernementales touche l’organisation des manifestations publiques, festivals et autres spectacles grand public. Ces activités sont recadrées par une nouvelle réglementation dévoilée il y a quelques jours par les ministres en charge de la Culture et des Sports.

LIRE AUSSI:  Promotion du patrimoine culturel : Un jeu-concours pour « réveiller » et magnifier les héros du Bénin

Cinq règles essentielles sont imposées désormais aux organisateurs de manifestations publiques, festivals et autres spectacles grand public. La pagaille notée pendant longtemps dans le milieu du showbiz sera donc un souvenir lointain. Jean-Michel Abimbola, ministre de la Culture, et Oswald Homeky, ministre des Sports, ont tenu une rencontre avec les acteurs concernés en début de semaine à Cotonou pour partager avec eux les nouvelles exigences du gouvernement en la matière. Exigences dont la violation ne sera pas sans effet pour les contrevenants, ont prévenu les deux ministres.
Premier point, les allusions intempestives à la présence de membres du gouvernement ou toute autre autorité politico-administrative sur les lieux de concerts et autres spectacles sont interdites. Ils viennent comme tout autre citoyen, a indiqué le ministre Abimbola qui a plaidé pour que cette pratique disparaisse. Son homologue des Sports soutient que ces autorités viennent aux spectacles comme ils vont sur les lieux de culte et que point n’est besoin de les ériger en vedettes occasionnelles.
Deuxième point, le retard. Les spectacles grand public, on le sait, ont la réputation de ne jamais démarrer à l’heure. Deux, trois, voire quatre heures de retard sont souvent imposées aux spectateurs. Là encore, le gouvernement n’est pas d’accord et demande de mettre un point d’honneur à la ponctualité.
Troisième règle d’or, le respect dû au public et par extension, la réglementation de la publicité. La pratique qui consiste à arrêter un spectacle pour faire passer des messages d’annonceurs est désormais interdite par le gouvernement. Ces annonceurs bénéficient déjà d’assez de visibilité en amont des spectacles pour qu’on en vienne encore à arrêter un spectacle pour leurs produits. Cela frise un manque de respect au public, ont déploré les deux membres du gouvernement.
Quatrième principe auquel tient le gouvernement, la capacité intellectuelle, managériale et le sens de responsabilité des animateurs. Sans s’attarder sur cet autre cas, Jean-Michel Abimbola et Oswald Homeky l’ont tout de même mentionné au nombre des dysfonctionnements à corriger. L’animation culturelle requiert le respect d’un cahier des charges précis que l’organisateur doit mettre à la disposition de celui qui conduit de l’évènement.
Le dernier point est relatif à la pandémie de la Covid-19. Avec l’apparition de nouveaux variants, et les chiffres qui depuis ne cessent de monter, le gouvernement impose le passe sanitaire à toute personne désireuse d’aller sur un lieu de manifestations grand public. Le gouvernement jouera sa partition en rendant les vaccins disponibles. Reste maintenant que les populations se fassent vacciner et que les organisateurs d’évènements s’assurent que chaque spectateur a pris sa dose pour ne pas s’exposer ni exposer les autres.

LIRE AUSSI:  Cérémonie d’hommage : Une semaine pour immortaliser les artistes décédés