Assainissement des villes: Le marché de bétail de Sèmè-Podji rasé

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Assainissement des villes: Le marché de bétail de Sèmè-Podji rasé


Après plusieurs appels au départ de gré restés lettre morte, le préfet de l’Ouémé, Joachim Apithy, a fait déguerpir manu militari, ce jeudi 21 juin, tous les occupants du site du marché de bétail dans la commune de Sèmè-Podji, baignant dans une insalubrité indescriptible.

LIRE AUSSI:  Embargo américain contre Cuba : Le Bénin se prononce et donne sa position

L’heure était grave, ce jeudi 21 juin, sur le site du marché de bétail de Sèmè-Podji. Et pour cause ! Le préfet de l’Ouémé a fait déguerpir tous les occupants des lieux jonchés de taudis pouvant servir de refuges aux hors-la-loi. Joachim Apithy a été appuyé par un fort contingent d’éléments de la Police républicaine fortement armés. L’opération coup de poing a engendré un sauve-qui-peut général tant dans les rangs des usagers que des bêtes qui courraient dans tous les sens pour se mettre à l’abri de la furie du bulldozer.
Pour le préfet Joachim
Apithy, les sinistrés n’ont aucune excuse à faire valoir. Selon lui, l’opération de déguerpissement forcé a été précédée d’une série de sensibilisations. D’abord, par le gouvernement qui a pris la décision d’assainir ce site réservé pour accueillir les infrastructures du Port en eaux profondes dont les travaux préliminaires ont déjà démarré. Une équipe interministérielle est passée à plusieurs reprises échanger avec les acteurs du marché sur la nécessité pour le gouvernement de prendre possession du site. La délégation a donné une première date butoir pour le 30 janvier dernier. A en croire, l’autorité préfectorale qui a dirigé en personne l’opération, l’équipe interministérielle est retournée sur le site le 12 février dernier. Mais grande a été sa surprise de noter que l’ultimatum n’a pas été respecté. Une nouvelle date à savoir, l’échéance du 30 avril dernier, a été donnée aux acteurs du marché pour quitter les lieux. Cette seconde échéance est restée encore lettre morte, déplore le préfet Joachim
Apithy. Loin d’être las, le préfet dit avoir dépêché une équipe préfectorale sur le terrain après l’expiration du nouvel ultimatum du 30 avril dernier. Cette équipe s’est entretenue également avec tous les acteurs et a annoncé l’intervention imminente des bulldozers pour faire libérer de force le site. A cette dernière rencontre, rappelle le préfet, les occupants ont demandé qu’il leur soit accordé un moratoire de quelques semaines. Ils ont souhaité en effet avoir quelques jours de prolongation afin surtout de leur permettre de boucler la période du carême et de fêter le Ramadan, détaille Joachim Apithy. Ainsi, pendant ce temps, ils seront en train de déménager progressivement. La doléance a été favorablement accueillie par le préfet. Mais, comme s’ils sont décidés à défier l’autorité, les acteurs n’ont pas bougé d’un iota sur le site, une semaine après la célébration du Ramadan. Malgré cet énième fiasco, le préfet n’a pas voulu passer tout suite à la force pour restaurer l’autorité de l’Etat. Il a invité à la préfecture, mardi 18 juin dernier, les différents responsables du marché avec qui il a tenu une ultime séance de travail sur fond de sensibilisation et de sommation. Joachim Apithy dit avoir annoncé clairement à ses hôtes l’urgence pour lui de prendre ses responsabilités dès ce jeudi 21 juin, pour un déguerpissement manu militari. Ce marché est un vrai ghetto qui ne peut rester au bord d’une voie inter-Etats comme celle du corridor Lagos-Cotonou-Lomé-Accra-Abidjan où passent de hautes personnalités aussi bien béninoises qu’étrangères, estime le préfet. Le site présente un aspect piteux et honteux pour le Bénin avec ces taudis qui le jonchent. Il doit être rasé pour permettre à l’Etat de rependre son domaine, souligne Joachim Apithy, invitant les sinistrés à aller s’installer sur les sites à eux prévus, notamment dans les localités de Ouèdo ou à Tohouè respectivement par les mairies d’Abomey-Calavi et de Sèmè-Podji.

LIRE AUSSI:  Economie béninoise: Le Fmi annonce de bonnes perspectives