Assassinat / 15e dossier: Oumarou Garba condamné par défaut à 20 ans de travaux forcés

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Assassinat / 15e dossier: Oumarou Garba condamné par défaut à 20 ans de travaux forcés


Le quinzième dossier inscrit au rôle de la cour d’assises de la cour d’appel d’Abomey a été examiné, ce lundi 4 juin. Le verdict issu de cette audience est une condamnation par contumace à vingt ans de travaux forcés à l’encontre du sieur Oumarou Garba accusé d’avoir froidement assassiné Manou Mama.

LIRE AUSSI:  Port de masque: Avantages et mode d’emploi

La cour d’assises de la cour d’appel d’Abomey a jugé et condamné par contumace l’accusé Oumarou Garba bénéficiant d’une liberté provisoire et qui s’est volatilisé dans la nature et est demeuré introuvable par les Forces de l’ordre. A l’audience de ce lundi, la cour a constaté son absence et en a pris acte, avant de statuer sur ce dossier d’assassinat.
Il s’agit d’une affaire dont les faits se sont déroulés en octobre 2006 à Monka dans la commune de Savè. Un assassinat d’un Peul bouvier par un autre bouvier peul. Oumarou Garba, un bouvier alors âgé de 29 ans environ, a froidement abattu le nommé Manou Mama à coups de machette, après lui avoir tendu un guet-apens dans la brousse. Aussitôt après son forfait, Oumarou Garba prit la clé des champs, abandonnant sa victime retrouvée gisant dans un bain de sang. Il ne reviendra dans le village qu’environ cinq mois plus tard. Alertée par la population, la police procéda à son arrestation.
Interpellé et inculpé d’assassinat, il a reconnu les faits, expliquant avoir agi à la demande et sur commande de son patron, le nommé Kouenoudo Oumorou qui lui aurait promis en contrepartie deux bœufs ainsi qu’une somme de 10 000 F Cfa. Une promesse qui n’aurait pas été tenue par le commanditaire présumé.
Le casier judiciaire de l’accusé ne porte mention d’aucune condamnation antérieure. L’enquête de moralité faite sur lui n’a pu révéler aucun renseignement pertinent sur sa personnalité et, selon les conclusions de l’expert psychiatre, il n’était pas en état de démence au moment des faits.
L’accusé a profité de la liberté provisoire pour prendre la poudre d’escampette. Constatant l’absence de l’accusé à la barre, l’avocat général Guillaume Dossa Lally, dans ses réquisitions, a déploré le fait que la société devienne de plus en plus un théâtre de violence gratuite. Une violence gratuite qui n’épargne aucun cercle de notre société qui se retrouve ainsi dans une crise morale. Et, il fait observer que ce quinzième dossier relatif à un assassinat en est un témoignage éloquent. Une infraction prévue et punie par le Code pénal en ses articles 295 à 298 et 302. Alors, l’avocat général Guillaume Dossa Lally requiert que la cour condamne l’accusé Oumarou Garba à la peine de 10 ans de travaux forcés.
Après une suspension, la cour revient pour délibérer. Il reconnaît Oumarou Garba coupable d’homicide volontaire et le condamne par contumace plutôt à 20 ans de travaux forcés?

LIRE AUSSI:  Solidarité au profit des populations lacustres de Sô-Avâ : La Fondation Etisalat et l’Ong Faith apportent de la joie aux populations de Kintô

Composition de la Cour

Président : Henri Fadonougbo
Assesseurs : Bienvenu Sohou et Martial Gbaguidi
Avocat général : Guillaume Dossa Lally
Greffier : Robert John Houngbadji