Assemblée nationale : La 1ère session ordinaire ouverte demain, plusieurs élections en vue

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Assemblée nationale : La 1ère session ordinaire ouverte demain, plusieurs élections en vue


Les députés de la 7e législature lancent mardi 12 avril, les travaux de la première session ordinaire au titre de l’année 2016. Cette rentrée parlementaire s’ouvre à un moment où le Parlement est appelé à faire face à de nouveaux défis, notamment l’accueil de nouveaux députés suppléants et la reprise des élections au niveau de la Commission en charge des lois et de ses représentants à la Haute cour de Justice suite à la nomination au gouvernement des occupants de ces différents postes.

LIRE AUSSI:  Modèle béninois de contrôle des charges sur les routes: L’Uemoa félicite le gouvernement

Après trois mois environ de vacances parlementaires, les députés font leur rentrée à l’hémicycle demain pour le compte de la première session ordinaire de 2016. L’ouverture de cette session est une prescription de l’article 87 de la Constitution du 11 décembre 1990. Lequel article oblige les députés à lancer les travaux de leur première session ordinaire courant la première quinzaine du mois d’avril. Les dispositions de cet article 87 de la loi fondamentale du Bénin seront reprises par l’article 4 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. C’est donc en respect de cette exigence constitutionnelle que les députés de la 7e législature renouent avec l’hémicycle dès demain. Les travaux de cette session ordinaire durent trois mois. Au cours des travaux, les députés auront à se pencher sur une cinquantaine de dossiers dont le premier est l’examen du rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji pour la période allant d’octobre 2015 à mars 2016. La Conférence des présidents sous l’égide du président du Parlement s’est d’ailleurs réunie à cet effet vendredi 9 avril dernier au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Elle a apporté une dernière touche à l’ordre du jour et fait une programmation des plénières devant être consacrées à l’examen des dossiers inscrits à l’ordre du jour. Mais avant tout ceci, la 7e législature va accueillir de nouveaux députés en l’occurrence Justin Adjovi, Guy Mitokpè, Orden Alladatin, Amadou Issifou et Domitien Nouémou. Les quatre premiers sont respectivement les suppléants de Marcel de Souza promu président de la Commission de la Cédeao, Candide Azannaï, Joseph Djogbénou et Sacca Lafia, tous trois nommés depuis mercredi 6 avril dernier au gouvernement par le président de la République, Patrice Talon. Quant au quatrième, Domitien Nouémou, il est le suppléant du député Eric Kouagou N’dah décédé en mars dernier en Afrique du Sud après une évacuation sanitaire. Ces cinq nouveaux députés suppléants feront leur rentrée aussi à l’hémicycle au cours de cette première session ordinaire de l’Assemblée nationale. On annonce par ailleurs un sixième Brice Chabi Katocha, suppléant du député Jacques Yempagou déchu de sa fonction de parlementaire par la Cour constitutionnelle qui lui reproche d’avoir cumulé son mandat de député avec celui de conseiller communal à Kérou. La haute juridiction a saisi le président de l’Assemblée nationale afin que la plénière valide la déchéance du mandat de l’intéressé. La procédure est en cours au Parlement. Mais sans attendre la décision de ses collègues, Jacques Yempagou aurait décidé de démissionner pour faire siéger son suppléant Brice Chabi Katocha. Si cette démission est effective, ils seront donc six nouveaux députés à faire leur baptême de feu parlementaire dans la foulée des travaux de la session ordinaire.

LIRE AUSSI:  Débats sur la fin du F Cfa et la nouvelle monnaie Eco: La position du Parlement béninois connue ce mardi

Des élections en vue

Aussi, la septième législature aura-t-elle à élire les remplaçants des députés Sacca Lafia et Candide Azannaï à la Haute cour de Justice. Suite à leur nomination au gouvernement, ces deux derniers ont perdu ainsi leurs qualités de députés-juges au niveau de cette institution. La plénière devra procéder à une nouvelle élection pour pourvoir aux deux sièges de ses représentants vacants à la Haute cour de justice. Une autre élection est attendue. Mais cette fois-ci, à l’interne de la Commission des lois, de l’administration et des droits de l’Homme. Il s’agit de l’élection du successeur de Joseph Djogbénou rappelé au gouvernement et précédemment président de cette commission. Le député Abdoulaye Gounou semble être le favori pour prendre en mains les destinées de ce poste. Etant donné qu’il est désormais le seul juriste de cette commission permanente phare de l’Assemblée nationale. Les membres de cette commission voudront saisir cette occasion pour élire également leur vice-président dont le poste est vacant depuis la démission du député Michel Bahou reconduit maire d’Akpro-Missérété.
Plusieurs défis attendent les députés de la 7e législature au cours des travaux de cette session ordinaire qui démarrent demain. ¦

LIRE AUSSI:  Décentralisation: Rôle des Osc dans la mise en œuvre des Pdc

Rosine Soglo n’est pas décédée
Une folle rumeur a circulé sur les réseaux sociaux vendredi dernier. Cette rumeur annonce le décès de l’honorable Rosine Vieyra Soglo. L’information s’est révélée par la suite fausse. Puisque la doyenne d’âge des députés de la 7e législature est bien vivante et pétillante de forme. La belle preuve, la dame de fer du parti de la Renaissance du Bénin (Rb) était au palais des Gouverneurs à Porto-Novo vendredi dernier. Elle a participé aux travaux de la Conférence des présidents. Approchée, Rosine Vieyra Soglo félicite les uns et les autres pour leur attachement à sa personne. Pour elle, comme véhicule la tradition en Afrique, c’est encore 7 ans de plus qu’on vient de lui donner à travers son prétendu décès.
Th. C. NAGNONHOU,A/R Ouémé-Plateau