Assemblée nationale : Le gouvernement rassure sur la cherté de la vie

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Assemblée nationale : Le gouvernement rassure sur la cherté de la vie

Le ministre d'Etat en charge de l'Economie et des Finances face aux députés

Trois membres du gouvernement dont Romuald Wadagni en charge de l’Economie et des Finances ont planché, jeudi 28 avril, devant
l’Assemblée nationale sur la cherté de la vie, notamment les raisons de cette crise et surtout les mesures prises pour l’atténuer et soulager les populations.

LIRE AUSSI:  61e anniversaire de l’indépendance du Bénin: Note de sobriété à Parakou

L’espoir est permis par rapport à la cherté de la vie qui n’épargne aucun pays au monde. Le gouvernement a donné l’assurance, ce jeudi, à l’Assemblée nationale. Le sujet était au cœur des débats à l’hémicycle dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale. Il s’agit d’une question d’actualité transformée en question orale avec débat au regard de son importance, conformément aux dispositions du Règlement intérieur du Parlement.
La question a été posée par les députés Barthélémy Kassa, Orden Alladatin et Gérard Gbénonchi. Les éléments de réponse ont été fournis par le gouvernement représenté par le ministre d’Etat en charge de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, la ministre de l’Industrie et du Commerce, Shadiya Assouma et le garde des Sceaux, Séverin Quenum. Il ressort de leurs explications que la flambée des prix observée aujourd’hui sur le marché n’est pas du fait d’une quelconque mauvaise gestion du gouvernement. Elle est plutôt la conséquence des chocs exogènes dont le Bénin n’est malheureusement pas responsable. Il s’agit notamment de la crise liée à la pandémie de la Covid-19 et surtout de la guerre qui oppose depuis février 2022 la Russie et l’Ukraine, deux pays qui sont respectivement de gros exportateurs d’hydrocarbures et producteurs et exportateurs au monde des céréales et intrants agricoles. Face à cette situation qui est loin d’être apocalyptique même si elle est assez difficile avec des incertitudes pour tous les Etats au monde, le gouvernement béninois n’est pas resté sans réaction, a insisté le ministre d’Etat. Il a très tôt anticipé avec de nombreuses mesures urgentes. Entre autres, l’argentier national cite la subvention de plus de 50 milliards F Cfa allouée au secteur agricole pour soutenir l’achat d’intrants agricoles notamment pour le coton ; le plafonnement des prix des produits pétroliers; l’exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) notamment sur des produits comme le riz, le lait, le blé et l’huile. Il y a aussi l’abattement de 50 % sur les frais des transports des marchandises qui passent par le Port de Cotonou…
Bien d’autres mesures ont été prises par l’Exécutif sur le plan structurel avec par exemple l’arrêt à court terme de l’importation de la volaille et des produits du bois; la poursuite de la diversification de l’économie, la création des conditions attractives pour les investisseurs et le renforcement de l’initiative du « consommons local ». La ministre de l’Industrie et du Commerce, Shadiya Assouma, s’est surtout inquiétée de la disponibilité en grande quantité et en qualité des produits locaux pour faciliter leur consommation par les populations.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : La loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme adoptée

L’espoir est permis

Sinon, explique-t-elle, le gouvernement a fait de son mieux pour contenir la crise qui n’épargne malheureusement aucun pays au monde. Le ministre en charge de la Justice a abondé dans le même sens que ses collègues pour appeler tous les acteurs intervenant dans la chaîne de distribution des produits de première nécessité à faire preuve de responsabilité. Ceci, pour ne pas saboter les efforts faits par le gouvernement pour maîtriser cette crise. Séverin Quenum avertit que tous ceux qui outrepasseraient les recommandations du gouvernement s’exposent à la rigueur de la loi. D’ailleurs, il est prévu bientôt une tournée des ministres sur le terrain pour sensibiliser les populations à tout ce qui est fait.
Plusieurs députés dont les auteurs de la question d’actualité muée en question orale avec débat sont intervenus, après les explications du gouvernement. Ils ont tous salué les différentes actions visant à soulager les citoyens face à la flambée des prix. Ils ont trouvé pertinente l’initiative de la tournée nationale de sensibilisation qu’envisage le gouvernement. Les parlementaires ont souhaité être associés à cette mission pour plus d’efficacité. Ils n’ont pas manqué de faire quelques recommandations dont la nécessité pour le gouvernement d’utiliser le langage de vérité en ce qui concerne le coût des produits comme le riz et autres afin que cela n’alimente pas le commerce illicite ; de renforcer le contrôle des prix sur les marchés et la limitation des mesures d’exonération de la Tva et autres sur certains produits qui risquent d’handicaper la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement 2021-2026.