Assemblée nationale: Les grands axes du 6e rapport d’activités de Me Adrien Houngbédji

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Assemblée nationale: Les grands axes du 6e rapport d’activités de Me Adrien Houngbédji


Les députés applaudissant après l’adoption du rapport du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji

 

Le Parlement a adopté, ce mardi 10 avril, le sixième rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, portant sur la période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018. Le document a été approuvé à l’unanimité par les députés présents et représentés avec félicitations et applaudissements nourris.

Le leadership du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji a été une fois encore salué, ce mardi 10 avril, par ses collègues députés à travers l’adoption de son rapport d’activités pour la période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018. Ce rapport est le sixième sur les huit prévus avant la fin de la septième législature en mai 2019. Comme son nom l’indique, le document retrace pan par pan l’ensemble des activités de l’institution parlementaire au cours des six derniers mois notamment la production législative, les travaux des commissions permanentes et des séances plénières ainsi que le contrôle de l’action gouvernementale.

Dans le fond, le rapport renseigne qu’il y a eu au total 22 séances plénières au cours de la période sous revue, 66 dossiers ont été affectés aux commissions permanentes dont 31 ont été traités. De ces 31 dossiers traités, 22 ont été adoptés en plénière. Les neuf autres n’ont pas été appelés. Parmi ces dossiers favorablement adoptés, Me Adrien Houngbédji compte 8 lois ordinaires dont la loi n°2017-39 portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation de sachets plastiques en République du Bénin, la loi sur la création de la Police républicaine, la loi portant recueil de renseignements sans oublier la loi portant loi de finances de l’Etat exercice 2018. Il y a 14 autorisations de ratifications accordées, à savoir 5 conventions et traités et 9 accords de prêts et de financement le tout pour un montant de 376 503 816 300 F Cfa mis à la disposition du gouvernement par le Parlement pour la mise en œuvre de sa politique de développement.
Le rapport présenté par le président de l’Assemblée nationale éclaire sur le bilan du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale au cours des six derniers mois. Il informe qu’il a y eu 13 questions avec débats et quatre questions orales sans débat et cinq questions d’actualité. Mais malheureusement, constate Me Adrien Houngbédji, aucune de ces questions d’interpellation des membres du gouvernement n’a pu être examinée. Il explique cette contre-performance par le fait que la période sous revue soit marquée principalement par les activités liées à l’étude et au vote de la loi de finances exercice 2018.
Le président de l’Assemblée nationale a invité le gouvernement à se rendre disponible dès demain jeudi 12 avril pour la reprise des séances plénières consacrées au contrôle de l’action gouvernementale, seconde mission de l’institution parlementaire. Le rapport fait également le point de la gestion administrative et financière du Parlement, des missions des députés et du président de l’Assemblée nationale à l’extérieur sans oublier les audiences de ce dernier au cours de la période de référence.

Quelques griefs

En fait, cet exercice de présentation de rapport d’activités est une exigence des dispositions de l’article 21 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, lesquelles font obligation au président du Parlement de rendre compte de sa gestion au début de chaque session ordinaire. Une épreuve que le président Adrien Houngbédji a encore passé hier avec brio comme ce fut d’ailleurs le cas avec les cinq précédents rapports.
Tous les députés présentés et représentés ont approuvé le document. Selon certains d’entre eux qui sont intervenus lors du débat général, le document présenté est de bonne facture. Il rend compte avec élégance, clarté, concision, précision et cohérence sur tout ce qui a été fait par l’Assemblée nationale au cours de la période allant du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018.
Le député Rachidi Gbadamassi avec son humour habituel n’a même pas hésité à donner la note de 20/20 au rapport.
Ibath Sanni Glèlè, pour sa part, s’est réjouie de cet unanimisme de ses collègues toutes tendances politiques confondues autour du rapport. Un acte qui témoigne, selon elle, que le rapport en appréciation n’est pas celui du président de l’Assemblée nationale mais celui de toute la septième législature. Les députés n’ont pas manqué de féliciter le président Adrien Houngbédji pour l’érection du nouveau bâtiment destiné aux nouveaux bureaux des députés. Ce qui permet désormais aux membres des bureaux des commissions permanentes ainsi qu’aux députés d’avoir de bureaux même si certains sont obligés de cohabiter. Les députés estiment que c’est déjà mieux plutôt que de rester sous des manguiers aux heures creuses des travaux parlementaires. Ils souhaitent que le président de l’Assemblée nationale mette son expérience et son leadership pour la relance des travaux du siège de l’institution parlementaire bloqués depuis plusieurs mois au niveau du pont de Porto-Novo. Mais certains députés surtout de l’opposition, tout en approuvant le rapport, ont soulevé quelques questions qui fâchent. Jean-Marie Allagbé a dénoncé les conditions dans lesquelles ont été récemment recrutés certains agents au niveau du Parlement sans avis de concours public. D’autres députés comme Nourénou Atchadé ont stigmatisé une politique de deux poids deux mesures dans le choix des députés pour les missions parlementaires à l’étranger où les députés de l’opposition seraient mis en quarantaine.
Plusieurs autres préoccupations ont été soulevées relatives entre autres aux questions d’assurance complémentaire retraite des députés, aux difficultés liées à la disponibilité de l’Internet au Parlement et à la nécessité de la couverture de tout le territoire national par la Radio hémicycle pour permettre aux populations, surtout du septentrion de suivre les débats parlementaires. Le président Adrien Houngbédji a tenté de répondre à toutes ces préoccupations. Ses collègues ont exprimé leur satisfaction à travers leur vote favorable à l’unanimité.