Atelier sur la compétitivité de l’or blanc dans la sous-région: La commission de l’Uemoa pour une filière coton plus performante

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Atelier sur la compétitivité de l’or blanc dans la sous-région: La commission de l’Uemoa pour une filière coton plus performante


de partenariats dynamiques et productifs pour les filières cotonnières

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) organise à Cotonou, du 8 au 10 août, avec le soutien de l’Usaid, un atelier d’échanges et de partage d’expériences sur les partenariats et l’amélioration de la compétitivité de la filière coton dans quatre pays de la sous-région que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad. L’objectif de la rencontre est de capitaliser les acquis des différents projets et d’en tirer des propositions bénéfiques pour la filière.

LIRE AUSSI:  Audiences du président de l’Assemblée nationale: Formation des cadres et veille sur les semences paysannes abordées

La production cotonnière au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) connaît depuis quelques années un accroissement. Elle a atteint au cours de la campagne 2017-2018, un record de plus de 2 400 000 tonnes de coton graine. Sauf que cette performance est essentiellement due à un accroissement des superficies cultivées plutôt qu’à une amélioration des rendements.
En aval, selon le représentant résident de la Commission de l’Uémoa au Bénin, Komlan Agbo, « La filière est confrontée aux fortes fluctuations du prix de la fibre, aux variations du taux de change du dollar et à la concurrence de plus en plus accrue des fibres synthétiques ». Face à cette situation, souligne-t-il, « il s’avère impérieux de renforcer la collaboration et le partenariat entre les différentes parties prenantes des secteurs public et privé au niveau local, national et régional, afin de traiter les questions et les priorités relatives à la filière coton ».
C’est dans cette dynamique que l’atelier d’échanges et de partage d’expériences ouvert hier à Cotonou sur les partenariats et l’amélioration de la compétitivité de la filière coton est organisé avec le soutien de l’Usaid. Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de compétitivité du coton de l’Uémoa. Il est question à cette occasion de capitaliser les acquis des différents projets mis en œuvre afin d’améliorer la compétitivité et formuler des propositions de partenariats dynamiques et productifs pour les filières cotonnières.
Au regard de la qualité et des expériences des participants, les résultats de cet atelier permettront une amélioration significative des rendements au niveau de la filière coton. Il est attendu des propositions de partenariats dynamiques et productifs pour les filières cotonnières. Une tâche immense mais pas irréalisable au regard de son impact sur la vie et les revenus des acteurs de la filière, reconnaît le représentant résident de l’Uémoa au Bénin.

LIRE AUSSI:  Célébration du 62e anniversaire de l’indépendance du Bénin : Les derniers réglages en cours

Compétitivité du coton
Au cours des trois jours que dure cet atelier, la tâche sera immense afin de faire de la filière coton un puissant levier de développement économique et social de nos pays, admet à l’ouverture des travaux de l’atelier, le directeur de cabinet du ministère en charge de l’Agriculture. Pour Bonaventure Kouakanou, il sera question d’identifier pour chaque pays concerné des partenariats dynamiques et productifs à établir pour l’amélioration de la compétitivité de la filière, proposer des partenariats pouvant contribuer à promouvoir la transformation locale du coton et jeter les bases de mise en place et d’opérationnalisation d’un cadre de concertation regroupant tous les acteurs de la filière. « Les performances actuelles de la filière coton sont bien en deçà de nos ambitions, en matière de création de richesse et de lutte contre la pauvreté en milieu rural. C’est là un grand défi à relever, mais qui n’est pas au-dessus de nos capacités, pour peu que nous unissions nos intelligences et conjuguons nos efforts à cet effet», déclare-t-il ensuite, optimiste.
Déjà, salue-t-il, la collaboration exemplaire entre le Tchad et des Etats membres de l’Uémoa dans le cadre de la mise en œuvre du projet de compétitivité du coton au sein de l’espace. Puis, au regard des évolutions récentes qu’a connues la filière coton dans la sous-région et dans le monde ainsi que des facteurs qui les sous-tendent, Bonaventure Kouakanou demeure davantage convaincu qu’au terme de l’atelier, l’or blanc est promis à un avenir plus rayonnant sur fond d’amélioration et de modernité pour des rendements meilleurs.